//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / SPECTACLES / [CRITIQUE] “C’est (un peu) compliqué d’être l’origine du monde” de Les filles de Simone : Pour une maternité décomplexée
C'est (un peu) compliqué d'être l'origine du monde image 1 (c) Giovanni Cittadini Cesi
© Giovanni Cittadini Cesi

[CRITIQUE] “C’est (un peu) compliqué d’être l’origine du monde” de Les filles de Simone : Pour une maternité décomplexée

C’est à un beau morceau d’humour et de vérité sur la grossesse que nous invitent Les filles de Simone. Présenté au festival Avignon le Off 2017, C’est (un peu) compliqué d’être l’origine du monde fait salle comble et on comprend aisément ce qui fait leur succès.

Synopsis :

Ce sont deux comédiennes (en alternance Claire Fretel, Tiphaine Gentilleau et Chloé Olivères) qui imaginent qu’une femme découvre et annonce sa grossesse. De l’annonce à sa patronne au rendez-vous chez le gynécologue, de la préparation à l’accouchement aux premières semaines du bébé, la grossesse est abordée dans son aspect physiologique, émotionnel, sociétal. Un beau coup de pied dans les tabous et les préjugés qui entourent la maternité.

C’est (un peu) compliqué d’être l’origine du monde :
Femme enceinte, femme ou sainte ?

 

C'est (un peu) compliqué d'être l'origine du monde image 1 (c) Giovanni Cittadini Cesi
© Giovanni Cittadini Cesi

 

Les filles de Simone abordent dans C’est (un peu) compliqué d’être l’origine du monde la question de la féminité et de la grossesse, des premiers pas dans la maternité. Ce sont d’abord tous ces regards qu’on porte sur la femme enceinte : elle devient un fardeau dans son milieu professionnel, un être entièrement tourné vers le bien-être du bébé qui grandit en elle, l’objet de toutes les attentions presque mystiques qui voient dans la grossesse l’occasion d’un équilibre cosmique.

Mais C’est (un peu) compliqué d’être l’origine du monde traite aussi du rapport intime de la femme avec la transformation de son corps, de cette perte d’intimité propre qui arrive avec la grossesse et la maternité quand le corps semble subordonné à l’enfant qui arrive et perdre ainsi sa dimension sensuelle.

Ce sont encore les premiers pas incertains après la naissance, les doutes, et l’immense charge mentale qui pèse sur la femme que la pièce aborde. Cette solitude qui apparaît, cette impression d’aliénation, cette apparition d’émotions contradictoires et complexes qui bouleversent l’équilibre individuel.

Un manifeste féministe ?

 

C'est (un peu) compliqué d'être l'origine du monde image 3 (c) Giovanni Cittadini Cesi
© Giovanni Cittadini Cesi

 

Le propos de la pièce est-il féministe ? Nul doute à ce sujet ! Est-il offensif ? Nul doute non plus ! Est-il militant ? Cela est moins sûr et c’est aussi ce qui fait le succès du spectacle. C’est un peu compliqué d’être l’origine du monde et éviter le dogmatisme. En témoigne un débat burlesque entre les historiennes qui ont théorisé leur vision de la femme et de la maternité.

Pas de dogmatisme donc. On baigne dans la réalité et sa dimension concrète, dans la réalité physique, quitte à jouer avec l’intime, avec le trivial aussi. Dans cette presque vulgarité se trouve certainement l’intention de sauter à pieds joints dans les tabous. Et cela marche en tout cas très bien !

S’il faut forcer le trait pour dénoncer les faits de société, des compagnies telles que Les filles de Simone ont un rôle salutaire. Et il faut reconnaître que C’est (un peu) compliqué d’être l’origine du monde donne matière à réfléchir et à discuter. Car force est de constater que les langues se délient après le spectacle !

 

 

En savoir plus :

  • Le spectacle est joué au festival Avignon le Off 2017, au Théâtre des Lucioles, du 7 au 30 juillet  à 15h45 (relâches les 10, 17 et 24 juillet)
  • Tournée en France : le 10 novembre 2017 à Maisons-Laffitte, du 20 au 22 novembre 2017 au Théâtre André Malraux à Rueil-Malmaison, le 1er décembre 2017 au Centre culturel Camille Claudel à Saint-Gratien, le 8 décembre 2017 à l’espace Germinal de Fosses, le 12 décembre 207 à l’espace André Malraux d’Herblay, le 14 décembre 2017à Dinan, le 15 décembre au Jardin de Verre à Cholet, le 12 janvier 2018 à Bois-Colombes, le 13 janvier à Châtillon, le 16 janvier à Montauban
  • Durée du spectacle : 1h10
  • Site officiel de la compagnie Les filles de Simone
Morgane P.

Morgane P.

Rédactrice chez Bulles de Culture
Rédactrice

Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Laisser un commentaire