//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / INTERVIEW TV / [CRITIQUE & INTERVIEWS] « Riviera » saison 1 : La Côte d’Azur impitoyable

[CRITIQUE & INTERVIEWS] « Riviera » saison 1 : La Côte d’Azur impitoyable

Après Les Médicis, Maîtres de Florence, Sirens, Riviera saison 1 de Neil Jordan est le nouvelle série de prestige de la plateforme SFR Play, bientôt renommée Altice. Notre avis sur cette première saison coproduite avec la chaîne britannique Sky Atlantic et notre interview des acteurs et producteurs de la série lors d’un déjeuner presse.

Synopsis :

Georgina Clios (Julia Stiles), jeune curatrice d’art américaine mariée à son employeur, le milliardaire et philanthrope Constantine (Anthony Lapaglia), voit sa vie voler en éclats lorsque son mari est présumé mort dans l’explosion mystérieuse d’un yacht en baie de Monaco. Unis par leur deuil, Georgina, les enfants de Constantine, ainsi qu’Irina Atman (Lena Olin), l’ex-épouse tentent tant bien que mal de reprendre une vie normale. Mais tout s’effondre comme un château de cartes, et la quête de Georgina sur les activités secrètes de son mari et du monde qu’il habitait l’entraîne sur des chemins de plus en plus dangereux.

Riviera saison 1 :
« La star, c’est la Côte d’Azur »

 

Lors d’une conférence de presse organisée pour annoncer la production de Riviera saison 1 alors que la recherche du casting n’avait pas encore commencé, le coproducteur et coscénariste Paul McGuinness avait prévenu : « Il n’y a qu’une star dans notre série, c’est la Côte d’Azur ». Bienvenue donc donc la Villa Carmella sur les bords de la Méditerranée, un lieu fictif imaginé par le créateur Neil Jordan (Michael Collins, The Borgias) sur une idée de Paul McGuinness. Après la décevante première saison de la série Netflix Marseille,  c’est donc une nouvelle série ambitieuse et internationale qui se passe dans le sud de la France. En effet, le tournage de la série Riviera a eu lieu à Cannes, à Grasse — où se trouve notamment la Villa Carmella —, à Antibes, à Villefranche-sur-Mer, à Monaco, à Nice et dans des décors d’intérieur construits dans la ville de Beaulieu.

Avec un budget de 40-45 millions d’euros pour dix épisodes de 45 minutes pour la première saison, Riviera saison 1 a été écrite par cinq scénaristes — John Banville (Albert Nobbs), Guy Burt (The Borgias), Stacey Gregg (The Frankenstein Chronicles), Neil Jordan et Paul McGuinness — et réalisé par cinq réalisateurs internationaux — Philipp Kadelbach (Generation War), Damon Thomas (Penny Dreadfull), Hans Herbots (The Beast), Paul Walker (Shameless) et Adrian Lester —. Mélange entre polar et soap opera, la série nous entraîne au cœur d’une famille très riche dont le monde va s’écrouler à la mort du père de famille et qui va devoir se reconstruire sans lui.

Manager notamment de la chanteuse et musicienne britannique de rock alternatif PJ Harvey ainsi que du groupe de pop rock irlandais U2 pour lequel il s’est occupé des tournées mondiales pendant trente-cinq ans depuis la ville de Nice en France, Paul McGuinness est celui qui a eu l’idée de cette série que Neil Jordan a ensuite mise en forme. Et pour Paul McGuinness, il y avait huit choses importantes qu’il voulait retrouver dans son histoire se déroulant sur la Côte d’Azur : « la France, le soleil, des yachts, des gens riches faisant des choses horribles, des russes, des explosions, de l’art et de la fraude dans le marché de l’art ».

Des personnages familiaux archétypaux

 

Selon le coproducteur et coscénariste Paul McGuinness, la Côte d’Azur, et particulièrement la Riviera, est un endroit libérateur pour un scénariste parce que c’est un endroit où tous les personnages sont imaginables et crédibles. Et le coproducteur Kris Thykier d’abonder en ce sens en disant que c’est « un endroit où l’argent, la jet set international et l’art entrent en conflit dans un magnifique environnement ». Sur fond d’intrigues de fraude dans le monde de l’art, de trafiquants russes, d’enquête policière et d’Interpol, c’est surtout la famille de Constantine Clios et ses membres qui sont le cœur de Riviera saison 1.

Georgina Clios, interprétée par l’actrice Julia Stiles (Jason Bourne, Dexter), est le personnage principal de la série et l’outsider qui va nous faire pénétrer l’univers de fantasmes, de luxe et d’oisiveté que suscite les portes closes des clinquantes maisons de la Riviera. Marié depuis un an avec le riche homme d’affaires Constantine Clios, joué par l’acteur Anthony Lapaglia (Lantana, FBI – Portés disparus), son personnage honnête et intègre va évoluer au contact de la face sombre de cette société, aidée par son meilleur ami, Robert Carver, interprété par l’acteur Adrian Lester (London Spy, Undercover) qui a réalisé aussi des épisodes de la série.

Mais pourquoi Georgina ne fuit-elle pas ce monde qui n’est pas le sien ?

Pour l’interprète Julia Stiles, c’est parce qu’elle « veut s’affirmer elle-même ainsi que sa position dans cette maisonnée, et je pense qu’il faut beaucoup de courage et de force pour ça. Elle devient manipulatrice et peut-être même impitoyable à la fin de la série, ce qui est un tournant intéressant. Mais je pense qu’il est très rare de voir une femme antihéros à la télévision. C’est très populaire d’avoir un homme qui fait des choses douteuses mais de voir une femme faire cela est unique et cela m’a excité ». En effet, l’idée de Riviera saison 1 est bien de nous dévoiler au fil des épisodes ce qui se cache sous le vernis de la Côte d’Azur et sur ceux qui y vivent à travers les différentes facettes — sous-entendu par ce générique en kaléidoscope sur la chanson Was It Love? d’Isabella ‘Machine’ Summers featuring Lena — de cette famille particulièrement dysfonctionnelle dans laquelle Georgina est tombée.

L’autre personnage important de la famille Clios dans Riviera saison 1 est l’ex-femme de Constantine, Irina Atma, interprétée par Lena Olin (Alias, Vinyl). Pour le coproducteur et coscénariste Paul McGuinness, « Lena Olin et Julia Stiles jouent des veuves rivales et cela produit une forme de drama inhabituel où deux femmes fortes vont essayer de gagner ». La famille Clios est composé ensuite du fils aîné Adam, joué par Iwan Rheon (Game of Thrones, Misfits), qui tout en voulant garder ses distances avec sa famille ne peut s’empêcher de jalouser son frère Christos et d’éprouver des sentiments vis-à-vis de sa belle-mère.

De son côté, Christos, interprété par Dimitri Leonidas (Monuments Men), est celui que Constantine a désigné comme l’héritier de son empire. Mais accroc à la drogue, Christos n’a peut-être pas les épaules assez solides pour perpétuer un tel héritage et devra accepter enfin qui il est vraiment. Selon son interprète Dimitri Leonidas, « Christos est l’expression de la façon dont cette famille a fonctionné, sous une forme dysfonctionnelle. Il est une expression du trauma dans la manière dont il a été élevé par sa famille, entre une mère dominante et un père légèrement tyrannique. Et même en absence du père, nous sentons son influence sur Christos. (…) La relation avec sa mère est assez complexe car ils sont très dépendants l’un avec l’autre. Lena Olin qui joue la mère et moi avons parlé du fait que lorsque son personnage a rompu avec son mari, Christos est peut-être devenu un mari pour elle et sa proximité avec lui n’est peut-être pas très saine. Et d’une certaine manière, cela a rendu l’attitude de Christos envers les femmes un peu étrange ».

Enfin, dans la famille Clios, je demande la benjamine, Adriana, jouée par l’actrice française Roxane Duran (Mary Queen of Scots, Les témoins). Sa première apparition dans Riviera saison 1 la montre en train de se scarifier le bras après la mort de son père est particulièrement violente. C’est d’ailleurs autour de cette scène-clé que l’actrice a construit son personnage : « Il y a une réplique qui a été coupée à la fin de la première scène où on la voit se scarifier. Elle disait qu’elle se scarifiait parce qu’elle ne pouvait pas pleurer. Pour moi, c’était la plus belle chose qu’on pouvait dire sur elle mais qu’on n’avait pas le droit d’oraliser, de la réduire à ça. A partir du moment où on a trouvé le secret d’Adriana, elle nous appartient un peu et je ne voulais surtout pas qu’elle puisse appartenir à quelqu’un et qu’on puisse l’ancrer. Pour moi, c’est la clé ».

Et à l’image des autres personnages de la série, elle va changer au fil des épisodes et montrer d’autres facettes d’elle : « Elle est une forte tête mais en même temps, c’est une jeune fille qui a toujours eu tout ce qu’elle voulait. Avec l’argent, on peut être désagréable car on a toujours ce qu’on veut parce qu’on l’achète. Ou en tout cas, les gens vous respectent parce que vous avez ce statut, cette possibilité. Et je pense qu’à partir du moment où elle perd ça, elle se rend compte que tout ce qui lui reste, c’est la famille : ses frères, sa mère, sa belle-mère. Et même si on a tous nos problèmes, nos failles, ce sont les seules personnes qui peuvent vraiment l’aider et l’aimer comme elle est. Je pense qu’elle est l’élément qui essaie de rassembler la famille et de la tenir ensemble ».

Une saison 2 ?

 

Au final, Riviera saison 1 qui peut faire penser à des faits divers tels que l’assassinat de la femme d’affaires monégasque Hélène Pastore en 2014 ou des trafics dans le monde de l’art tel que celui révélé dans l’affaire qui oppose l’oligarque russe Dmitry Rybolovlev et le marchand d’art Yves Bouvier depuis 2015, pourra séduire par son côté thriller porté par des personnages féminins forts et des décors magnifiques mais pourra aussi laisser sur sa faim par son côté soap opera que peut rappeler, par exemple, certains choix de réalisation tels que des zooms trop appuyés sur les réactions silencieuses des personnages.

En tout cas, même si le tournage de la série Riviera a pu souffrir du Brexit (le référendum qui a entériné le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne) — au point que les producteurs ont envisagé de tourner certaines scènes en Croatie pour réduire les coûts suite au passage de l’euro à la livre sterling —, une deuxième saison de la série Riviera est bien envisagée en fonction des résultats d’audiences de cette première saison. Et si cette saison 2 pourrait s’ouvrir à d’autres pays que la France mais quoiqu’il arrive, la Villa Carmella sur la Côte d’Azur ainsi que la famille Clios resteront le noyau central de l’histoire.

Anecdotes de tournage

 

Petit bonus à notre article, découvrez ci-dessous quelques anecdotes de tournage de Riviera saison 1 que nous ont confié acteurs et producteurs lors du déjeuner presse.

Première anecdote de tournage : Pour se préparer au métier de curatrice de son personnage, Julia Stiles « a fait plus de recherches sur le côté commercial du monde de l’art en préparation de la série parce que je trouve cela fascinant. Paul McGuinness m’a donné un livre intéressant intitulé ‘Seven Days in the Art World’ [NDLR: le livre Sept jours dans le monde de l’art de Sarah Thornton a été publié aux États-Unis en 2008], j’ai regardé quelques documentaires sur la pratique des prix dans l’art et j’ai parlé avec des marchands d’art pour comprendre ce qu’est ce travail. J’ai regardé certaines des enchères diffusées sur internet juste pour voir comment cela fonctionne avec les gestes. Georgina a un intérêt authentique pour l’art mais aussi un bon sens des affaires. Et comment les prix pour l’art sont fixés, c’est fascinant pour moi et j’espère que nous ferons une deuxième saison qui explorera cela encore plus parce que je pense que c’est une des choses qui rendent cette série si unique ».

Deuxième anecdote de tournage : L’actrice Roxanne Duran qui joue Adriana est revenue avec nous sur la surprenante scène de l’épisode 2 où elle se jette nue contre une vitre pour venir en aide à son frère Christos en mauvaise posture : « Je suis très pudique. On ne pense pas à soi pendant cette seconde, j’étais tellement vulnérable à ce moment-là. Se coller contre une vitre et voir son frère assis à cette table avec ces inconnus autour, c’est hyper violent. Et Philipp Kadelbach [NDLR : un des réalisateurs de la série] m’a dit que c’est la seule façon qu’elle a trouvé pour le protéger et c’est tellement surréel. On pourrait dire que c’est juste une provocation mais non, son corps est aussi son instrument : se montrer, se scarifier, s’exposer. Et plus elle est vulnérable, plus elle voit le trouble dans les autres et plus elle se renforce. Son corps n’est pas grand chose pour elle ».

Troisième anecdote de tournage : L’épisode 5 de Riviera saison 1 est particulièrement éprouvant pour Christos. Sa confrontation violente avec Georgina pendant le gala va l’obliger à tomber le masque et arrêter de prétendre ce qu’il n’est pas. Pour son interprète Dimitri Leonidas, « dans l’épisode 5, Christos vit un moment de plus en plus dur  à mesure que l’épisode avance, cela devient de pire en pire pour lui et il y a un moment où j’ai passé beaucoup de temps au maquillage où ils voulaient que je ressemble à une merde, que je paraisse au plus bas. Et sur le plateau, tout le monde s’est inquiété en me voyant, j’avais l’air au plus mal. C’était assez drôle dans une série sur le glamour de jouer un Christos qui s’effondre littéralement ».

Quatrième anecdote de tournage : Le coproducteur Kris Thykier nous a révélé qu’ils ont travaillé avec une galerie au Royaume Uni pour être sûr que la partie artistique de Riviera saison 1 soit crédible. Par exemple, dans le cinquième épisode, il y a plusieurs sculptures de Lorenzo Quinn, auteur notamment des mains géantes à la Biennale de Venise 2017,  dans le jardin de la villa.

Propos recueillis le 14 juin 2017 à l’Hôtel Lancaster (Paris, France).

 

 

En savoir plus :

  • Riviera saison 1 est disponible sur SFR Play depuis le vendredi 16 juin 2017

Check Also

AFFICHE BIARRITZ SURF GANG

[CRITIQUE] « Biarritz Surf Gang » (2017) : Les punks font du surf

Biarritz Surf Gang des réalisateurs et surfeurs Pierre Denoyel et Nathan Curren raconte l’incroyable histoire …

The Art of Television les réalisateurs de séries saison 1

[CRITIQUE] « The Art of Television : Les réalisateurs de séries » saison 1

La série documentaire The Art of Television : les réalisateurs de séries de Charlotte Blum …

Laisser un commentaire