enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « L’amant double » (2017) : Le cinéma français content de lui par François Ozon
L'amant double affiche film

[Critique] « L’amant double » (2017) : Le cinéma français content de lui par François Ozon

Cet article est le 22e sur 32 pour Festival de Cannes 2017

L’amant double de François Ozon a été présenté vendredi en compétition au 70ème Festival de Cannes 2017. Ce thriller prétentieux et à côté de la plaque avec Jérémie Rénier et Marine Vacth confirme le niveau global mitigé de cette compétition-anniversaire. L’avis et la critique de Bulles de Culture.

Synopsis :

Chloé (Marine Vacth), une jeune femme fragile, tombe amoureuse de son psychothérapeute, Paul (Jérémie Rénier). Quelques mois plus tard, ils s’installent ensemble, mais elle découvre que son amant lui a caché une partie de son identité.

L’amant double, genre psychologisant qui tombe à côté

L'amant double photo film critique
© Mars Distribution

Au cinéma comme dans la vie, rien de plus agaçant que quelque chose d’à la fois creux et prétentieux. L’amant double, c’est ça: un film intello sans être intelligent. Une tentative de film de genre à l’ambiance bourrée d’un parisianisme caricatural et d’une mise en scène affligeante de médiocrité.

En effet, on parle de jumeaux, on parle de duplicité: pourquoi ne pas bourrer un plan sur trois de symétrie ou de miroirs ? Comme ça on multiplierait l’image des personnages, et le spectateur comprendrait peut-être que c’est double, très double, et peut-être même que n’est pas double qui on croit.

De même, pour devenir un Brian De Palma parisien, pourquoi ne pas utiliser l’ambiance arty et immaculée des salles du Palais de Tokyo ? Et pourquoi ne pas modifier les œuvres d’art pour symboliser les états d’âme de l’héroïne ? On pourrait mettre des peintures de sang, des fœtus géants. Avec Alfred Hitchcock ou Brian de Palma, ça aurait marché.

Un jeu d’acteur naturaliste, sans âme

L'amant double photo film critique
© Mars Distribution

Avec son physique lisse, sans chien, et son jeu totalement creux, Marine Vacth n’intéresse décidément que François Ozon. Quand à Jérémie Rénier, bodybuildé (si si), il semble égaré dans une œuvre qui ne lui va pas du tout. Clairement dirigés vers un jeu naturaliste, tous deux troquent l’incarnation de véritables personnages contre un monocorde murmure dans sa barbe pour l’un et une petite larmichette de temps en temps pour l’autre.

À l’intérieur de ce style à la Ozon, on s’étonne de deux ou trois scènes carrément fausses dans L’amant double, notamment une téléfilmique séquence de larmes de Jérémie Rénier. Des tentatives de second degré qui tombent à côté ? Probablement.

En résumé, François Ozon, c’était déjà du cinéma d’Ancien Régime qui conserve depuis trop longtemps ses privilèges. Maintenant c’est pire: il se prend pour Brian De Palma et on le fait venir à Cannes.

Le cinéma français est bourré de nouveaux talents qui attendent sagement à la Quinzaine des Réalisateurs comme Vladimir de Fontenay, à la Semaine de la Critique du Festival de Cannes comme Léa Mysius et Emmanuel Gras, à la Cinéfondation comme Tommaso Ubserti (franco-italien), et dans bien d’autres endroits en dehors de Cannes:

Soyons réalistes, Ozon le grand ménage.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 26/05/2017
  • Distribution France : Mars films
Marie Deconinck

Marie Deconinck

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
Comédienne franco-québécoise, scénariste à mes heures et surtout obsédée de cinéma, j'aime les oeuvres flamboyantes et hypersensibles (Terrence Malick, Leos Carax, Charlie Kaufman, Xavier Dolan, David Lynch, Les frères Coen, Coppola...).

Top 5 Cinéma : "Nos meilleures années" (2003),"The Tree of Life" (2011), "Fargo" (1996), "Apocalypse Now" (1979), "Les enfants du paradis" (1945), "Eternal Sunshine of the Spotless Mind" (2004)
Marie Deconinck

Les derniers articles par Marie Deconinck (tout voir)

    3 Commentaires

    1. Commentaire pour le moins excessif sans grand intérêt – chacun a le droit d exprimer ses désaccords, ses incompréhensions, ses déceptions mais dans ce cas le  » je » est de rigueur et les jugements de valeur à proscrire

      • Concernant le « je » vous avez probablement raison, mais à partir du moment où l’on écrit dans un blog il est presque sous entendu à chaque phrase.

        En revanche « je » (rien que pour vous) ne pense pas que ce commentaire soit excessif, il faut le replacer dans son contexte: L’amant double à été présenté en Compétition au festival de Cannes. Ça pose un véritable problème selon moi, qui mérite un gros coup de gueule. Le festival a semble-t-il eu des difficultés à « remplir » sa compétition cette année, certes, mais il a une responsabilité envers le monde du cinéma et je trouve fâcheux que l’on présente un film comme celui là dans la compétition la plus prestigieuse du monde.

      • Cet article est le reflet de l’avis de Bulles de Culture dans sa globalité, et non uniquement celui de notre rédactrice. Elle aurait très bien pu aussi utiliser le « nous »…
        Bien à vous

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :