enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SVoD / [Critique & Interviews] « Zone Blanche » saison 1 : Une série policière et fantastique
Zone Blanche saison 1 affiche

[Critique & Interviews] « Zone Blanche » saison 1 : Une série policière et fantastique

Des personnages et un casting inédits

L’enjeu était de créer un univers à part entière et de faire voyager le téléspectateur. Et le casting a été nourri de cet appétit de rareté. Et il fallait créer une communauté cohérente, donc avec des acteurs trop connus, on aurait déséquilibré notre univers. Et la chance a été aussi de tomber sur beaucoup de comédiens venant du théâtre et pour créer cette communauté, il fallait créer un effet de troupe et cela s’est fait rapidement. Il faut dire que l’hostilité de la nature sur place a aussi aidé à resserrer les rangs.
— Vincent Mouluquet

Une autre chose qui frappe dans Zone Blanche saison 1 est sont ses nombreux personnages (une douzaine de récurrents) caractérisés de manière originale et interprétés par un casting d’acteurs qui ont peu joué à la télévision et encore moins dans une série télévisée.

Et qui peut mieux pour parler des personnages que les acteurs eux-même !

Ainsi, pour Suliane Brahim (Que d’amour !, Dom Juan & Sganarelle), la comédienne de La Comédie-Française qui joue l’héroïne principale, le major Laurène Weiss, « avec ce personnage, il y a très peu de moment où elle sort son arme, elle donne des ordres. Elle est dans une forme de maternité avec sa fille mais aussi dans son rapport avec la nature ».

Et pour l’acteur Hubert Delattre (Malaterra, Glacé),qui interprète Nounours, le fidèle adjoint du major Laurène, ce personnage permet « le rééquilibrage entre elle son instinct et lui la méthode. Ils sont un peu comme un frère et une sœur. Ils ne sont pas d’accord mais ils vont dans la même direction« . Un rôle qui lui a d’ailleurs permis de décrocher le Prix du Meilleur espoir masculin au Festival des Créations Télévisuelles de Luchon 2017.

Mais la vraie surprise de Zone Blanche saison 1 est l’acteur Laurent Capelluto (Je suis à vous tout de suite, Les Revenants) et son rôle de procureur, d’étranger du village. L’acteur est irrésistible dans le rôle de ce personnage aux nombreux troubles obsessionnels : « Ce qui m’a plu est son caractère décalé. Et c’est aussi un point d’entrée dans cette communauté qu’il découvre. Il ne partage pas les mêmes racines avec eux. Et je me souviens quand je suis entré dans le décor du bar de Sabine [NDLR : un personnage interprété par Brigitte Sy], j’ai vraiment eu l’impression d’être dans un western. Et il a ce côté têtu, intègre, borné. On ne comprend pas bien ce qu’il l’anime à vouloir absolument chercher la vérité et on se dit qu’il y a aussi une part de mystère chez lui. Et il a quelques petits troubles obsessionnels qui sont très agréables à jouer. Mais sur la plateau, quand les gens riaient, je ne comprenais pas car je le trouvais très cohérent ce garçon ».

Impossible donc de ne pas demander au créateur Mathieu Missoffe d’où lui est venu l’idée de ce personnage atypique : « Il faut savoir que mes parents habitent à Villefranche-de-Lauragais et je ne peux pas y aller car je suis très allergique à la campagne. Ensuite, le personnage du procureur marche beaucoup en duo avec le maire sur le rapport au groupe et aux institutions. Tout ce qu’on a mis en place met en avant la nature, l’individu et le groupe. Et le procureur dans sa croisade contre la corruption avec sa part d’orgueil et d’aveuglement se heurte au maire qui quand les institutions sont défaillantes a été habitué à créer un autre système illégal par son père. Moi, je les ai construit en duo sur la longueur de la saison ».

Et ce personnage du maire dont parle Mathieu Missoffe est donc joué par Samuel Jouy qui est donc l’exception de ce casting inédit de Zone Blanche saison 1 car plus connu à la télévision grâce au succès mérité de la série Ainsi soient-ils sur Arte où il interprétait un des séminaristes. On retrouve d’ailleurs dans cette première saison de Zone Blanche la même colère rentrée qu’il avait dans Ainsi soient-ils dans le rôle de ce personnage d’élu peu représenté dans les séries françaises : « Je n’ai pas cherché à jouer la maire. Je me suis dit que je l’étais d’office. Ce qui m’intéressait, c’était le drame de ce type qui le tiraille du premier au huitième épisode : la disparition de sa fille, le deuil qui ne peut pas se faire. Dès que j’ai lu ça, je me suis dit que cet homme n’avait que ça en tête. Et pour le reste, c’est un fantôme, il est absent. Il y a un moment où il s’éveille, c’est quand il a une  histoire qui revient avec Laurène. Pour moi, c’est une personne qui est absente à elle-même, même quand il gère la scierie. Il n’a qu’un but : retrouver sa fille, et s’il lui est arrivé quelque chose, retrouver le mec qui lui a fait ça. C’est le rapport à cette fille et à sa disparition qui a résonné très fort en moi ».

Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

10 Commentaires

  1. ZONE BLANCHE Une série insipide.

    Point positif :
    – Une belle lumière du à ce beau département des Vosges et à ses paysages.

    Points négatifs :
    – Des acteurs et des jeux médiocres
    – Des cadrages à l’emporte-pièce et mal « cadrés »
    – Des erreurs grotesques sur le matériel médical pour le jeune homme alité
    – Ridicule sur le maniement des armes par les acteurs
    – Une pseudo américanisation bidon
    – Action mollassonne ; sorte de zombie mais à moitié vivant
    – Une intrigue confuse due à une direction artistique à revoir
    – Ça veut faire crado-classe et bobo à l’arrache
    – Un western de mauvais goût

  2. Mal du siècle: une qualité de son déplorable, on ne comprend pas le dialogue.

    -EXIGEZ DES ACTEURS QU’ILS FASSENT CE POURQUOI ILS SONT PAYES: savoir leurs textes bien sûr MAIS AUSSI PARLER DISTINCTEMENT, dans la série ils sont INAUDIBLES
    -MAUVAISE PRISE DE SON ?
    -AUCUNE RIGUEUR DANS LES TRAVAUX DE FINITIONS SONORES (mixage de très mauvaise qualité)?

  3. Nath
    Encore plus pathétique le 2éme diffusion de Zone Blanche sur France 2.
    Sans queue ni tête, une cohérence qui reflète du grand n’importe quoi.
    Des scènes d’action débiles et des jeux d’acteurs niant niant !!
    Vous avez d’autres épisodes encore plus mauvais ou vous êtes déjà au fond du ridicule ?

  4. il y aura toujours des sceptiques et des qui comprendront pas pourquoi les choses évoluent et pas eux. Pour ne pas laisser toute la place à ces insatisfaits pathologiques. J’ose écrire mon humble commentaire. Bravo pour ce moment de dépaysement qui met en scène la nature, les contes et légendes, nos racines, le tout très bien filmé très bien joué.

  5. continuellement dans le noir on a du mal a reconnaitre les acteurs,les lieux et je ne parle pas du son ,incomprehensible

  6. RAS LE BOL DE CES SÉRIES OU LE SON EST INFECTE JE SUIS OBLIGÉ DE METTRE LE TÉLÉTEXTE POUR COMPRENDRE INGÉNIEUR DU SON EST UN MÉTIER ALORS PRENEZ DES DIPLÔMES

  7. J ‘ai regardé tous les épisodes, et mon avis ne plaide pas vers le chef
    d’oeuvre. Son inaudible perte d’intérêt sur 4 semaines et final interrogatif, avec l’impression d’avoir un peu perfusion temps.

  8. J’ai trouvé cette série prenante, avec une ambiance, un environnement et des personnages vraiment intéressants. Vivement la suite ! Évidemment, tout n’est pas parfait, mais de là à préférer Laurent Ournac (sans lui manquer de respect) … En tout cas, j’ai adoré !

  9. Achetez un sonotone

  10. La série Zone Blanche, quel gâchis de ce jeu médiocre d’acteurs, avec une histoire sans queue ni tête qui ne tient pas la route !
    Mal tourné, mal monté… des scènes d’actions bas de gamme orchestrées sur un goût plus que mauvais !
    Zéro et nul comme série !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.