enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] « The Young Lady » (2017) venimeux et glacé
Affiche The Young Lady

[CRITIQUE] « The Young Lady » (2017) venimeux et glacé

En anglais comme en français, nous avons droit à un titre anglophone pour cette nouvelle relecture de Madame BovaryÂmes romantiques, vous risquez d’être un peu déçus par The Young Lady (Lady MacBeth) de William Oldroyd. Mais les grands frissons sont là ! Notre critique.

Synopsis :

1865, Angleterre rurale. Katherine (Florence Pugh) mène une vie malheureuse d’un mariage sans amour avec un Lord qui a deux fois son âge. Un jour, elle tombe amoureuse d’un jeune palefrenier qui travaille sur les terres de son époux et découvre la passion. Habitée par ce puissant sentiment, Katherine est prête aux plus hautes trahisons pour vivre son amour impossible.

 

The Young Lady : quand madame s’ennuie…

 

The young lady
© KMBO

 

La généralité d’Emma Bovary, l’héroïne de Gustave Flaubert, tout le monde connaît. Le bovarysme en est né et c’est en lui que va naître l’impulsion de Katherine (Florence Pugh), vénéneuse héroïne de ce film d’époque qui sonne d’ailleurs moderne. Les décors sont dépouillés pour donner de la force aux tableaux et les dialogues claquants. La constellation de caractéristiques féminins fait le reste : future poule pondeuse, insatisfaction/échec conjugal, séduction, envie de piment sexuel, fragilité nerveuse et… vous verrez !

 

Désillusions du mariage et des amants

 

Il est difficile de parler des rebondissements tragiques du film pour ne pas en dévoiler tout le sel. On sait juste que, dès le début, le mariage va foirer. L’incommunicabilité radicale du couple fonde l’incompréhension réciproque et l’antagonisme crade. C’est d’autant plus frappant que ce dernier ne s’exprime par aucune violente et criante dispute ni par aucun conflit déclaré. Les silences ont tout leur importance. Il faut à Katherine une étincelle. Et ce sera le beau et mystérieux Sebastian (Cosmo Jarvis) qui est censé s’occuper des chevaux (ce n’est point évident à comprendre). Elle enchaîne avec lui galipette sur galipette, et pense ainsi acquérir du pouvoir sur les hommes.

 

Une fin… qui ouvre la faim

 

The young lady
© KMBO

 

The Young Lady est donc une plongée brumeuse dans le cerveau rebelle d’une jeune hirondelle qui va devenir cygne noir. Chaque scène a son importance, comme avec les perles d’un collier. Le dernier morceau du film, lui, est assez choquant et laisse la place à un second volet qui pourrait s’avérer tout aussi palpitant.

 

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 12 avril 2017
  • Distribution France : KMBO

Luigi Lattuca

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Journaliste culturel fasciné par les comportements humains, aimant se retrouver défendant le ciné en solo et se délectant aussi de séries télé et d'essais percutants.

TOP 3 TV : "Desperate Housewives" (2004-2012), "Revenge" (2011-2015), "2 Broke Girls" (2011-...)
TOP 3 Cinéma : "Batman, le défi" (1992), "La Belle et la Bête" (1991), "8 Femmes" (2002)
TOP 3 Littérature : "Le bilan de l'intelligence" (1935) de Paul Valéry, "Robert des noms propres" (2002) d'Amélie Nothomb, "A nous deux, Paris !" (2012) de Benoît Duteurtre

Site personnel : Les caprices de Luigi

Les derniers articles par Luigi Lattuca (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.