//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / THEATRE / [CRITIQUE] « Noces de Sang » par la Compagnie La Grue Blanche : Chronique sanglante d’un triangle amoureux

[CRITIQUE] « Noces de Sang » par la Compagnie La Grue Blanche : Chronique sanglante d’un triangle amoureux

A La Folie Théâtre accueille la bouillonnante pièce de théâtre de Federico Garcia Lorca, Noces de Sang, mise en scène par Natalie Schaevers avec la Compagnie La Grue Blanche. Notre avis. 

Synopsis :

Dans une contrée andalouse , on se prépare à célébrer un mariage. Le fiancé (Erwan Samor) se languit du jour de ses noces, bien que sa mère (Hélène Hardouin) soit plus réservée sur cette union. La jeune promise (Maiko Vuillod) a en effet déjà été fiancée par le passé et cette histoire avec le fameux Leonardo (Romain Sandère) n’est peut-être pas tout à fait terminée…

Noces de Sang :
Honneur au théâtre, à la danse et au chant

 

Noces de sang Compagnie la Grue Blanche image Théâtre de Nesle 2016 (c) Elodie Petit
© Elodie Petit

 

Dans ce projet créé par Maiko Vuillod, directrice artistique de la Compagnie La Grue Blanche, Noces de Sang est une pièce plurielle qui fait du texte de Federico Garcia Lorca le vecteur de différentes démonstrations artistiques.

Le théâtre, tout d’abord. Quatre comédiens, quatre rôles principaux, mais aussi d’autres personnages, réels ou allégoriques qui viennent émailler le parcours sinistre de ces fiançailles. C’est une pièce vivante, volcanique, servie par le merveilleux texte de Federico Garcia Lorca. Une intrigue somme toute assez classique, étoffée par le talent de Lorca, la complexité des personnages, la poésie des dialogues.

Noces de Sang, ici, est aussi mise en musique et en danse. Le déroulé de la pièce est ponctué par des mélodies jouées au violon par Maiko Vuillod et à la clarinette par Erwan Zamor. Les quatre comédiens chantent également, Hélène Hardouin s’illustrant plus particulièrement. Un choix scénique qui sied bien à la pièce de Federico Garcia Lorca, toute entière vouée aux déchirements humains, à la passion, à la violence des sentiments. En passant sur quelques enchaînements qui semblent un peu artificiels, le procédé apporte du corps à la pièce. Les émotions, très simplement, se dévoilent volontiers dans la musique, le chant, la danse.

Une pièce relevée

 

Noces de sang Compagnie la Grue Blanche image A La Folie Theatre 2017 Tango à 3 (c) Jean-Christophe Fossey
© Jean-Christophe Fossey

 

Aussi tragique soit le canevas de la pièce, cette dernière est plutôt endiablée qu’alourdissante. Parfois, certaines scènes peuvent même faire sourire. Si le rythme de la pièce n’est pas toujours égal, le spectateur se laisse toutefois emporter. Mention spéciale à Hélène Hardouin dont la polyvalence est très appréciable.

L’espace scénique est également largement exploité par la danse et par de nombreux déplacements. Nul besoin d’une foule de décors, l’attention du spectateur se veut concentrée sur les interactions entre les comédiens.

Noces de Sang est une pièce puissante, qui mêle l’emploi du registre du fantastique, le verbe poétique de Federico Garcia Lorca, avec une réflexion sur les considérations matérielles relatives à une union : un ex-fiancé d’une condition trop peu élevée mais aimé, le devoir marital qui vole en éclat face au feu d’un amour partagé. C’est une pièce colorée par le sang des deux figures masculines qui s’entretuent, par l’ivresse amoureuse.

A découvrir.

 

En savoir plus :

  • Noces de Sang à la Folie Théâtre (Paris, France) du 9 février au 16 avril 2017. Les jeudi à 19H30, samedi à 18h et dimanche à 16h30
  • Noces de Sang
    Créatrice du projet : Maiko Vuillod
    Mise en scène, adaptation du texte : Natalie Schaevers
    Direction d’acteurs : Sandrine Briard
    La mère/la femme de Leonardo/la lune/chant : Hélène Hardouin
    Leonardo/le père/la voisine : Romain Sandère
    Le fiancé/clarinette : Erwan Zamor
    La fiancée/violon : Maiko Vuillod
    Coach chorégraphe : Patrice Meissirel (double champion de France tango scène et salon)
    Dessin de l’affiche : Liliana Rago

Check Also

nina meurisse photo

[INTERVIEW] Nina Meurisse : « J’ai été élevée dans l’idée que le travail paie »

Un long métrage à dix ans et une mini-série de prestige à vingt-huit ans, découvrez …

En attendant Godot Laurent Fréchuret image (c) Christophe Raynaud de Lage

[CRITIQUE] « En attendant Godot » de Laurent Fréchuret

Ce sont de drôles de clowns qui sont venus nous conter l’absurde à La Fabrique …

Laisser un commentaire