//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] « Message From The King » (2017) : Fabrice du Welz à L.A.
Affiche Message From The King

[CRITIQUE] « Message From The King » (2017) : Fabrice du Welz à L.A.

Le belges Fabrice du Welz est parti aux États-Unis pour tourner son film Message From The King, accompagné d’un casting attrayant, avec notamment les acteurs Chadwick Boseman, Luke Evans et Teresa Palmer. Notre avis et critique sur ce film.

Synopsis :

En provenance de Cape Town, Jacob King (Chadwick Boseman) débarque à Los Angeles à la recherche de sa sœur disparue. Avec un billet retour pour l’Afrique du Sud sept jours plus tard, et 600 dollars en poche. Au bout de 24 heures, il découvre que sa sœur est morte dans des circonstances étranges…

 

Message From The King, une quête d’identité inspirée des films des années 70

 

Message From The King
© The Jokers

 

Fabrice du Welz est très clair lorsqu’il évoque son travail sur Message From The King. Il s’agit pour lui d’un « film de producteur ». Il n’a été que le collaborateur d’une logique cinématographique à l’américaine, arrivant sur le projet alors que le scénario était déjà bouclé et le casting choisi. Pour trouver les références du film, il faut donc sonder les inspirations des co-scénaristes Oliver Butcher et Stephen Cornwell.

Ces derniers ont souhaité une œuvre avec un personnage principal fort, porté par une quête d’identité. Pour ce faire, ils se sont inspirés des thrillers néo-noirs des années 70, tels que Get Carter (Mike Hodge), le Point de non-retour (John Boorman) ou la trilogie du dollar de Sergio Leone. Pas étonnant qu’on retrouve de ce fait un petit air de Quentin Tarantino dans ce Message From The King, lui qui est un inconditionnel des westerns du réalisateur italien.

Jacob King, ce héros taciturne, pendant masculin de Black Mamba

 

Message From The King
© The Jokers

 

On est donc face à une proposition de scénario issu du cinéma américain indépendant qui se fascine pour des personnages charismatiques. Fabrice du Welz le précise, Jaco King est un héros de personnalité. On le découvre arrivant à Los Angeles sans rien connaitre de son passé. Puis, au fil de l’histoire, le réalisateur réussit à nous distiller des indices quant à son identité grâce à des flashbacks de son enfance. Il restera pourtant jusqu’au twist final un mystère pour le spectateur.

Pour interpréter ce Jacob King, le producteur David Lancaster a fait appel à Chadwick Boseman, figure montante de l’entertainment américain qui incarne notamment la Black Panthers dans l’univers Marvel. Pour Message From The King, il prend les traits d’un héros calme et taciturne prêt à tout par vengeance. Il pourrait être en quelque sorte le pendant féminin de Uma Thurman, Black Mamba dans Kill Bill.

 

Message From The King
© The Jokers

 

Deux piliers aident Chadwick Boseman à se transcender, ses collègues de plateau à savoir Luke Evans et Teresa Palmer. Le premier, tout juste sorti de son rôle de Gaston dans La Belle et la Bête de Bill Condon, incarne un rôle de sociopathe. Même s’il n’est pas violent physiquement, son âme est sombre. Il tient la stature du mal absolu que Jacob King est venu combattre. Un peu en marge du récit, Teresa Palmer est Kelly. Elle apporte de l’humanité au protagoniste. Toujours sur la corde sensible, elle est la sœur de substitution de celui-ci.

Autre élément essentiel à l’ambiance de Message From The King, la ville de Los Angeles.  Au cinéma, elle est souvent filmée de nuit, notamment par David Lynch dans Mulholland Drive. Fabrice du Welz prend le contrepied de cette tendance en tournant de jour, dans une lumière vétuste, que le format pellicule retranscrit merveilleusement bien. L’angoisse des décors ne se cachent pas derrière la pénombre. Elle est plutôt la conséquence directe d’une tension dramatique efficace.

Pourquoi est-ce tout de même une légère déception ?

 

Message From The King
© The Jokers

 

Bien qu’on se retrouve avec un film aux nombreuses qualités artistiques, Message From The King reste cantonné à ses hommages cinématographiques sans jamais aller dans une audace artistique novatrice. Le récit se perd dans sa cadence lorsqu’il alterne trop souvent entre scènes violentes et dialogues trop longs.

On sent que Fabrice du Welz en a encore sous le pied avec le personnage de Jacob King. Il donne à Message From The King une allure de pilote de série où on a tout juste le temps de se familiariser avec le héros avant de rentrer dans le vif du sujet. Bonne idée que celle évoquée par le réalisateur de vouloir faire décliner le film en série !

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 10/05/2017
  • Distribution France : The Jokers

Check Also

Rodin affiche film

[CRITIQUE] « Rodin » (2017), lenteur sculpturale par Jacques Doillon

Rodin de Jacques Doillon est présenté au Festival de Cannes 2017 en compétition officielle. Vincent Lindon …

Alive in France photo critique

Cannes 2017 « Alive in France » : Un bonus DVD à la Quinzaine par Abel Ferrara

Alive in France, documentaire de Abel Ferrara est présenté à la Quinzaine des réalisateurs du …

Un commentaire

  1. Fabienne Javid Milani

    Fabrice du Welz, français ?…

Laisser un commentaire