//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] « Patients » (2017) de Grand Corps Malade et Medhi Idir
Patients affiche

[CRITIQUE] « Patients » (2017) de Grand Corps Malade et Medhi Idir

Adapté du propre roman de Grand Corps Malade, Patients (2017), réalisé avec Medhi Idir, reprend l’histoire vraie du chanteur de slam lors de sa période de rééducation après un accident pour lequel il aurait pu resté paralysé. Notre avis sur ce film autobiographique.

Synopsis :

Se laver, s’habiller, marcher, jouer au basket, voici ce que Ben (Pablo Pauly) ne peut plus faire à son arrivée dans un centre de rééducation suite à un grave accident. Ses nouveaux amis sont tétras, paras, traumas crâniens…. Bref, toute la crème du handicap. Ensemble ils vont apprendre la patience. Ils vont résister, se vanner, s’engueuler, se séduire mais surtout trouver l’énergie pour réapprendre à vivre. Patients est l’histoire d’une renaissance, d’un voyage chaotique fait de victoires et de défaites, de larmes et d’éclats de rire, mais surtout de rencontres : on ne guérit pas seul.

Grand Corps Malade raconte son parcours de vie

 

Patients photo
© 2017 – MANDARIN PRODUCTION – KALLOUCHE CINÉMA – GAUMONT – F. MARC DE LACHARRIÈRE

 

Grand Corps Malade éblouit depuis quelques années la scène musicale en faisant découvrir le slam au grand public. Dès la sortie de son album Mid 20 en 2006, le chanteur est un modèle pour les jeunes en prônant des valeurs de courage et d’humanité.

Il faut dire que le chanteur est passé par des épreuves difficiles, qui ont forgé sa personnalité. En particulier, il subit à l’âge de 20 ans un grave accident qui l’oblige à rester paralyser pendant plus d’un an. Le film Patients, adapté du livre éponyme qu’il a lui-même écrit, revient sur cette période de sa vie, véritable parcours du combattant pour retrouver sa motricité.

 

L’allégorie de la prison

 

Patients photo
© 2017 – MANDARIN PRODUCTION – KALLOUCHE CINÉMA – GAUMONT – F. MARC DE LACHARRIÈRE

 

Patients est en effet l’allégorie d’une prison. Au début du film, Ben est muré dans son propre corps. Les carreaux des néons, aperçus en caméra subjective, sont autant de barreaux de cellules. Puis, peu à peu, on voit le cadre s’élargir avec un héros qui évolue. Comme acteurs de sa reconstruction, on peut citer le kinésithérapeute, interprété par Yannick Renier (Ainsi soient-il ?, Les Chevaliers Blancs), qui sera en prime son confident. L’attention des autres personnels soignants aura également pris une part importante dans sa progression. Ils sont traiter dans le film avec beaucoup d’auto-dérision. A savoir, un infirmier qui ne s’adresse à Ben qu’à la troisième personne, une aide quotidienne pas très avenante qui lui tient le téléphone pour ses correspondances externes…

Surtout, Patients est un ode à l’amitié et à la camaraderie : « ensemble, on est plus fort« . Le film porte un message universel de bravoure, à l’image de la personnalité et de la persévérance de Grand Corps Malade. Avec lui, on peut toujours se relever d’un drame après un long combat .

Pour éviter de se laisser déborder par un récit personnel, Grand Corps Malade fait appel à Medhi Idir à la co-réalisation qui est la caution extérieure du film. Il apporte un regard neutre afin de se détacher du réel pour faire de Patients une réelle fiction.

Patients, un film de cœur avec un message fort

 

Patients photo
© 2017 – MANDARIN PRODUCTION – KALLOUCHE CINÉMA – GAUMONT – F. MARC DE LACHARRIÈRE

 

Aucune tête d’affiche n’est présente dans Patients, ce qui explique peut-être qu’aucune chaîne gratuite n’ait préachetées le film. Pour autant, le casting est assez étonnant, en particulier Pablo Pauly, de tous les plans, qui montre une certaine précision dans son jeu, en plus d’une ressemblance frappante avec Grand Corps Malade. Les autres acteurs n’ont pas à pâlir. On s’attache très vite aux figures bienveillantes de la « team » composée notamment de Soufiane Guerrad, Moussa Mansaly ou Nailia Harzoune. Dominique Blanc fait même l’amitié d’apparaître un cours instant dans le film.

Très belle musique pour Patients, composée par Angelo Foly. On remarque plus précisément la chanson du générique, Espoir Adapté écrit par Grand Corps Malade et chanté par Anna Kova.

Avec ces beaux messages de courage, on peut néanmoins reprocher à Patients de ne pas clôturer l’ensemble des arc scénaristiques qu’il aura aborder. Par exemple, on sera frustré du traitement donné aux relations amoureuses de Ben, suggérées mais qui restent inabouties.

Patients est à l’image de son co-réalisateur. Un film de cœur avec un message fort.

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 01/03/2017
  • Distribution France : Gaumont Distribution

Check Also

L'amant double affiche film

Cannes 2017 « L’amant double » (2017), le cinéma français content de lui par François Ozon

L’amant double de François Ozon a été présenté vendredi en Compétition du 70ème Festival de …

Affiche Mobile Homes film

[Cannes 2017] « Mobile Homes » (2017) : Vladimir de Fontenay, un jeune réalisateur à suivre

Mobile Homes est le premier long-métrage de Vladimir de Fontenay, jeune réalisateur français installé aux …

Un commentaire

  1. Je n’irai sûrement pas voir ce film … Non qu’il soit mauvais …mais cela va me rappeler un épisode de ma vie … Le plus dur , se faire laver par une aide soignante … Même les besoins intimes nécessité une aide … Moi je m’en suis sorti , mais d’autres colistiers n’ont pas eu la même chance … Je fait du sport , fait l’amour , et bosse … Un métier que j’aime … D’autre n’ont pas eu cette chance … Je leurs rend hommage ..mais je n’irai pas voir ce film …

    Claude P

Laisser un commentaire