//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / THEATRE / SPECTACLES À L'AFFICHE / ♥ [CRITIQUE] « Pixel » par la Compagnie Käfig : Un spectacle à voir d’urgence

♥ [CRITIQUE] « Pixel » par la Compagnie Käfig : Un spectacle à voir d’urgence

Un vent de numérique a soufflé sur la Commanderie de Dole pour deux soirées extraordinaires : petits et grands se sont laissés émerveiller par le flot envoûtant de Pixel par la compagnie Käfig du  chorégraphe Mourad Merzouki. Bulles de Culture vous raconte ce spectacle coup de cœur.

Synopsis :

C’est à un spectacle total que nous invite Mourad Merzouki dans Pixel. Une troupe de danseurs animée par des pas de type hip-hop et dont le talent ne cesse de se révéler, une musique signée Armand Amar aux rythmes variés et aux sons enchanteurs, et un environnement numérique qui coupe le souffle créé par Adrien Mondot et Claire Bairdainne. C’est à ne manquer sous aucun prétexte !

Pixel :
Un fragile équilibre

 

CCN CRETEIL PIXEL image 2 (c) Patrick Berger
© Patrick Berger

 

Curieuse expérience d’abord que l’entrée dans ce monde singulier que dessine Pixel, tout en douceur et en poésie.

L’univers numérique fait voir très vite sa place : écran, vidéo-projection au sol, interactivité de la vidéo avec les danseurs. Mais ce numérique se montre sous un visage nu : celui de pixels devenus flots, plans au sol, vagues, cieux incléments. Les tableaux se succèdent et inventent à chaque fois une utilisation des pixels qui soit singulière. On se laisse captiver par cette dimension visuelle qui dérange d’abord : juxtaposition des plans, troisième dimension, mouvement incessant, les pixels explorent toutes les facettes de la création fantasmagorique qu’ils contribuent à faire naître.

 

CCN CRETEIL PIXEL image (c) Patrick Berger
© Patrick Berger

 

Cependant, cet univers numérique ne devient pas un masque. Bien au contraire. Pixel laisse la place et même magnifie à la perfection un système chorégraphique d’une grande force. Mourad Merzouki fait en effet grandir sous vos yeux des performances physiques dansées toutes plus incroyables les unes que les autres. Mouvements ralentis puis accélérés, synergie époustouflante de groupe, puis solo ou duo à vous clouer sur votre siège. Très vite ne s’élèvent plus de la salle que les soupirs d’admiration et les murmures qui répètent « C’est magnifique ! », « C’est fou ! », « Je n’en reviens pas ! ».

L’expérience de Pixel est encore enrichie par l’univers sonore. La composition musicale est l’œuvre d’Armand Amar, le compositeur qui signe en ce moment la très jolie bande son du film La Vallée des Loups (2016). Tout en finesse et en délicatesse, Armand Amar vous entraîne dans de jolis moments endiablés et dans de riches moments d’émotion, jouant de subtilité et de variété.

Est-ce le clapotis de l’eau ou le tintement de l’ordinateur qui arrive à vos oreilles ? Dur de le dire parfois. Le jeu sur les ambiguïtés et les glissements est toujours astucieux et bien vu. L’osmose entre la musique et la danse est parfaite, pénétrante et inventive.

 

CCN CRETEIL PIXEL image (c) Agathe Poupeney
© Agathe Poupeney

 

C’est donc à une expérience sensorielle hors-du-commun que vous allez assister avec ce Pixel. L’équilibre entre les univers visuel, musical et chorégraphique touche à la perfection. Une telle réussite est rare et Bulles de Culture vous assure qu’elle atteint ici une dimension tout à fait exceptionnelle.

Pixel :
Une autre idée du mouvement

 

CCN CRETEIL PIXEL image 2 (c) Laurent Philippe
© Laurent Philippe

 

Dans Pixel, le dialogue entre musique, performance numérique et danse est si bien mené, si habile, si intelligent qu’il réinvente le mouvement. L’interactivité entre la vidéo-projection et les danseurs fait naître une troisième dimension, dans laquelle l’art du danseur apparaît plus nettement encore.

Le jeu sur les formes est ainsi tout à fait fascinant : cercles, spirales, vagues, flots viennent rencontrer les figures de groupes ou les corps qui se contorsionnent. L’ensemble est saisissant et n’en finit pas de susciter l’émerveillement.

 

CCN CRETEIL PIXEL image (c) Laurent Philippe
© Laurent Philippe

 

Tout semble rivaliser d’intelligence. Les transitions sont soignées et raffinées. Les trouvailles s’additionnent, qu’elles soient visuelles, musicales ou chorégraphiques. Elles sont mises en valeur par l’écrin incroyable que leur offre le spectacle de Pixel dans son ensemble. Les mouvements qui se déroulent sous nos yeux sont un témoignage de la grâce des corps. Tout semble simple dans ces déliés et ces figures. Les minutes s’enchaînent et l’on voudrait les retenir.

Pixel est de ces spectacles dont on veut garder chaque moment pour prolonger le bien-être et l’émerveillement qu’ils font naître en nous. La grâce est fragile, et c’est ce qui la rend précieuse.

La beauté de Pixel vous pénètre entièrement. Tant de beauté est bouleversante à l’extrême. Le spectateur sort de cette expérience remué au plus profond de lui-même, avec la sensation d’avoir découvert une poésie des corps qu’il n’imaginait pas, une perfection d’ensemble qui l’a transporté du côté du syndrome de Stendhal, une émotion qui vibre encore pendant des heures et des jours au simple souvenir de ces tableaux magiques.

Bulles de Culture vous l’assure : on se trouve grandi de cette expérience singulière et unique !

Pixel :
Une ode à la vie

 

CCN CRETEIL PIXEL image 3 (c) Agathe Poupeney
© Agathe Poupeney

 

Ce qui rend plus émouvante encore cette expérience sensorielle extraordinaire, c’est qu’elle n’est pas gratuite. Les tableaux du spectacle Pixel vous font découvrir un panel d’émotions riches et complexes. On voit tous ces hommes qui avancent sans regarder en groupe et parmi lesquels s’échappent de temps à autre des électrons libres. On s’interroge sur ce qui fait la singularité de chacun au sein du groupe, on assiste au déchirement du rejet, à la lutte implacable contre les éléments, à la symphonie qui grandit dans le chœur.

On saisit aussi ces instants où l’ambivalence entre numérique et réalité atteint son paroxysme, à tous ces moments où le visuel nous fait hésiter, où le numérique prolonge ou accompagne l’homme.

Les pixels peuvent-ils mimer ainsi la nature ? La surpasser ? La question est ouverte.

Ce que fait encore et magnifiquement voir Mourad Merzouki, c’est la synergie du groupe, la valeur de l’humain, la beauté et la complexité du rapport à l’autre. L’incroyable harmonie qui se dégage du groupe atteint le spectateur au cœur, rend hommage à l’entraide, à la bienveillance, à l’écoute de l’autre. Rien n’est plus fort que le lien qui nous unit à l’autre, et le magnifique entrelacement des corps dans un duo à couper le souffle vient bien nous en convaincre.

Mourad Merzouki explore toutes les dimensions du lien, et la singularité de Pixel choisie pour désigner la myriade de pixels que nous voyons à l’écran semble le suggérer. Vivre c’est vivre avec autrui et avancer avec lui.

Pixel est un coup de cœur de Bulles de Culture.

 

En savoir plus :

  • Durée du spectacle : 1h10
  • Pixel a été joué à la Commanderie de Dole dans le cadre des Scènes du Jura les 13 et 14 février 2017
  • Pixel sera joué les 22 et 23 février 2017 en Belgique à l’Atelier Théâtre Jean Vilar à Louvain-la-Neuve puis en France le mardi 28 février 2017 à l’espace Malraux de Chateaudun ; les 2 et 3 mars 2017 à la Halle au Grains, scène nationale de Blois, à Vendôme ; les 23 et 24 mars 2017 au Moulin du Roc, scène nationale, à Niort ; le vendredi 31 mars 2017 au Théâtre de Poissy ; les 20 et 21 avril à la Cigalière de Sérignan ; le jeudi 27 avril 2017 à l’Espace Malraux de Joué-les-Tours ; le samedi 29 avril 2017 au Théâtre du Blanc-Mesnil ; le vendredi 12 mai 2017 à l’Opéra-Théâtre de Saint-Étienne ; les 16 et 17 mai 2017 à la Scène nationale d’Albi ; du 19 au 21 mai 2017 au Théâtre de Privas
Morgane P.

Morgane P.

Rédactrice

Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Les derniers articles par Morgane P. (tout voir)

    Check Also

    La Jeune fille et la mort Massimiliano Verardi affiche

    [CRITIQUE] « La Jeune Fille et la Mort » par Massimiliano Verardi : Magistral

    Bulles de Culture a assisté à une représentation de La Jeune Fille et la Mort d’Ariel …

    Nous partons pour ne plus vous donner de soucis affiche

    [CRITIQUE] « Nous partons pour ne plus vous donner de soucis » de Daria Deflorian et Antonio Tagliarini

    Le Centre Dramatique National Besançon Franche-Comté nous a invités à une bouffée de Grèce et …

    Laisser un commentaire