//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] « Lion » (2017) de Garth Davis : A la recherche de racines
LION affiche film

[CRITIQUE] « Lion » (2017) de Garth Davis : A la recherche de racines

En lice pour la course aux Oscars, Lion de Garth Davis est prêt à émouvoir le public français avec une sortie quelques jours avant la grande cérémonie. Porté par Dev Patel et Nicole Kidman, on vous dresse un portrait de ce film touchant. Notre critique.

Synopsis :

Une incroyable histoire vraie : à 5 ans, Saroo (Sunny Pawar) se retrouve seul dans un train traversant l’Inde qui l’emmène malgré lui à des milliers de kilomètres de sa famille. Perdu, le petit garçon doit apprendre à survivre seul dans l’immense ville de Calcutta. Après des mois d’errance, il est recueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d’Australiens (Nicole Kidman et David Wenham).
25 ans plus tard, Saroo (Dev Patel) est devenu un véritable Australien, mais il pense toujours à sa famille en Inde.
Armé de quelques rares souvenirs et d’une inébranlable détermination, il commence à parcourir des photos satellites sur Google Earth, dans l’espoir de reconnaître son village.

Lion, une enquête haletante

 

Lion Dev Patell film photo
© SND

 

Lion est tiré du livre autobiographique de Saroo Brierley. Le film est annoncé comme le nouveau Slumdog Millionnaire (Danny Boyle, 2008). Il n’en est rien !

En effet, si la première partie est concentrée sur l’enfance du jeune Saroo, qui doit affronter la dureté des bidonvilles indiens, ce n’est qu’une large introduction à ce qu’est le sujet principal de Lion : une enquête. Cette démarche introductive sert à s’attacher au petit bout de chou interprété par le très fort Sunny Pawar qui va émouvoir la plupart des spectateurs. Pour autant, on trouve cette phase introductive un peu trop longue. On a du mal à comprendre où souhaite nous emmener le réalisateur. Pas de besoin de rappeler les conditions de salubrité dans lesquelles vivent les enfants à Calcutta. C’est quelque chose que l’on sait déjà.

 

Lion Dev Patell film photo
© SND

 

Aussi, après quelques longueurs, on rentre dans le vif du sujet lorsque Dev Patel arrive dans le film. Via une ellipse temporelle, il incarne Saroo partant à la recherche de ses racines. A la façon de Spotlight, Oscars du meilleur film en 2016, Lion est une enquête haletante, construite avec rythme. Pour montrer la confusion du personnage principal, Garth Davis va n’avoir de cesse de faire des flashbacks couplés par des séquences imagées par le héros.

De l’émotion avec quelques défauts de mise en scène

 

A travers l’évolution du scénario, on est obligé d’être émus. On l’est quand la mère, jouée par Nicole Kidman, doit assumer ses souffrances intérieures liées à l’adoption de deux enfants indiens, dont l’un est atteint de problèmes psychiatrique. On est forcément sensible à la belle histoire d’amour, porté par le couple Dev PatelRooney Mara, qu’on a déjà vu dans Carol (Todd Haynes, 2015), qui fonctionne très bien.

 

Lion Dev Patell film photo
© SND

 

Par contre, on est légèrement perturbé par des défauts de mise en scène surtout lors des scènes finales. Garth Davis sait alors s’appuyer sur la superbe musique de Robert Mackenzie qui donne de l’ampleur à des moments d’émotions. Celui qui était à la partition de Tu ne tueras point (Mel Gibson, 2016) se donne des airs majestueux de Hans Zimmer pour accompagner Lion.

Côté casting, Dev Patel joue encore une fois pour Hollywood un indien, alors qu’il n’a jamais vécu dans ce pays. La cité des stars semble l’avoir catalogué. Peu importe, il est efficace et aussi émouvant que son personnage de Jamal en 2009 dans Slumdog Millionnaire. C’est Nicole Kidman qui est véritablement intense dans Lion. Sorti de son sourire figé de Grace de Monaco (Olivier Dahan, 2014), elle montre qu’elle peut encore interpréter de beaux rôles à fort potentiel.

Lion est ce film avec quelques défauts mais qui emballera le public à la recherche d’une histoire forte. Un Oscars du meilleur Film ? Ce n’est pas exclu face à son concurrent La La Land (Damien Chazelle, 2016)

 

 

En savoir plus  :

  • Date de sortie France : 22/02/2017
  • Distribution France : SND
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Check Also

    Fixeur photo

    [CRITIQUE] « Fixeur » (2016) de Adrian Sitaru

    Fixeur (The Fixer) est un film franco-roumain de Adrian Sitaru présenté en compétition du Festival …

    orpheline affiche film

    [CRITIQUE & CONCOURS] « Orpheline » (2016) d’Arnaud des Pallières

    Après son réussi Michael Kohlhaas sorti en 2013, Arnaud des Pallières nous revient avec son …

    Laisser un commentaire