//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] « 20th Century Women » (2016) de Mike Mills
20th century women affiche

[CRITIQUE] « 20th Century Women » (2016) de Mike Mills

En 2011, avec Beginners, Mike Mills s’inspirait de la vie de son père qui a fait son coming-out à 75 ans. Avec 20th Century Women, le réalisateur se penche sur la figure de sa mère et dépeint sa propre adolescence. Notre avis sur le film. 

Synopsis :

Santa Barbara, été 1979. L’époque est marquée par la contestation et d’importants changements culturels. Dorothea Fields, la cinquantaine, élève seule son fils Jamie. Elle décide de faire appel à deux jeunes femmes pour que le garçon, aujourd’hui adolescent, s’ouvre à d’autres regards sur le monde : Abbie, artiste punk à l’esprit frondeur qui habite chez Dorothea, et sa voisine Julie, 17 ans, aussi futée qu’insoumise…

 

Une éducation sentimentale

 

20th century women
© Mars Films
Mike Mills ne s’en cache pas : le personnage de Jamie (Lucas Jade Zumann) est largement inspiré de sa propre expérience, à quelques années près. Le film adopte complètement le point de vue de Jamie, 15 ans, sans pour autant être centré exclusivement sur ses problématiques adolescentes.
En effet, le réalisateur cherche surtout à peindre les portraits des personnages qui influencent Jamie dans la construction de son identité. Singulièrement, ce sont des femmes : sa mère (Annette Bening, aussi géniale que dans The Kids are All Right), une locataire de leur maison, Abbie (Greta Gerwig, vue récemment dans Jackie) et une voisine, Julie (Elle Fanning). Toutes les trois représentent trois âges de la vie et trois générations.

20th Century WomenTrois femmes puissantes

 

20th century women
© Mars Films
Ces trois personnages sont clairement le point fort du film. Légèrement dépassée par son fils adolescent, Dorothea demande à Abbie et à Julie de l’aider pour son éducation. Réticentes au départ, elles finissent par y participer, volontairement ou non.
Abbie est une jeune photographe passionnée par la culture punk. Elle incarne un féminisme revendicatif et bagarreur. Julie n’a que 17 ans, mais déjà une conscience très forte de sa féminité et de son pouvoir de séduction sur les hommes. Elle grandit en opposition à sa mère psychanalyste, qui l’a poussé à participer à des sessions en groupe. Dorothea, elle, a 55 ans. Indépendante, elle mène une brillante carrière et elle élève seule son fils. Mais elle écarte systématiquement les questions de son fils sur son propre bonheur ou ses émotions.
La profondeur de ces trois figures fait de 20th Century Women un film clairement féministe. Leurs préoccupations ne tournent pas uniquement autour de Jamie ni de l’autre homme de la maison (William, incarné par Billy Crudup, vu dans Spotlight.) Par ailleurs, la liberté de parole est assez remarquable : dans quel autre film récent a-t-on autant entendu parler finement de menstruations ou de stimulation clitoridienne ?

Un film à la fois nostalgique et plein d’espoir

 

20th century women
© Mars Films
Très écrit, 20th Century Women recèle de répliques subtiles et drôles. Au-delà du scénario, Mike Mills y fait montre de tout son talent de metteur en scène. Un usage subtil des couleurs et la remarquable bande-son plongent le spectateur dans cette ambiance particulière de la fin des 70’s. Les Talking Heads, Bowie et Siouxsie and the Banshees résonnent tout au long du film dans la musique. Il y règne une forme de douceur un peu mélancolique, mais tout à fait dépourvue de naïveté.

On peut remercier les trois héroïnes plus ou moins romancées Annette BeningGreta Gerwig,et Elle Fanning. Grâce à elles, Mike Mills est décidément un réalisateur très doué. Intelligent, féministe et nostalgique, 20th Century Women a tout pour plaire.

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 01/03/2017
  • Distribution France : Mars Films

Check Also

Sans pitié affiche film

Cannes 2017 « Sans Pitié » (2017) de Sang-Hyun Byun

Présenté en hors compétition au Festival de Cannes 2017, Sans Pitié (Bulhandang) de Sung-Hyun Byun nous arrive …

L'amant double affiche film

Cannes 2017 « L’amant double » (2017), le cinéma français content de lui par François Ozon

L’amant double de François Ozon a été présenté vendredi en Compétition du 70ème Festival de …

Laisser un commentaire