enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Dans la forêt » (2016) de Gilles Marchand
Dans la foret - Affiche

[Critique] « Dans la forêt » (2016) de Gilles Marchand

Gilles Marchand, sous la houlette de son producteur et acteur principal Jérémie Elkaïm, a décidé de confronter ses peurs d’enfant à son cinéma dans la fiction Dans la forêt. L’avis et critique film de Bulles de Culture sur ce long métrage fantastique.

Synopsis :

Tom (Timothé Vom Dorp) et son grand frère Benjamin (Théo Van de Voorde) partent en Suède retrouver leur père (Jérémie Elkaïm) pour les vacances d’été. Tom appréhende les retrouvailles avec cet homme étrange et solitaire. Le père, lui, semble convaincu que Tom a le don de voir des choses que les autres ne voient pas. Quand il leur propose d’aller vers le Nord pour passer quelques jours dans une cabane au bord d’un lac, les enfants sont ravis. Mais l’endroit est très isolé, au milieu d’une immense forêt qui exacerbe les peurs de Tom. Et plus les jours passent, moins le père semble envisager leur retour…

Dans la forêt : un manque d’explications

Dans la forêt image
© 2016 Les Films de Françoise / Film Vast / Gota Film International

Au scénario notamment de Marguerite et Julien de Valérie Donzelli, le réalisateur Gilles Marchand ne cache pas son appétence pour les films de David Lynch avec son film Dans la forêt. Sous les yeux d’un enfant, il crée un monde peuplé de montres et d’étranges évènements. Des explications ? C’est peut-être ce qu’il manque cruellement au film qui tire en longueur dans un univers pavé de bonnes intentions mais dans lequel on a du mal à prendre pied.

Gille Marchand arrive bien à retranscrire le contexte angoissant de son histoire grâce à la figure paternelle de Jérémie Elkaïm qui va s’avérer être particulièrement malfaisante. On le comprend dès le début du film lorsque seul dans le noir, il avoue à son fils qu’il ne dort jamais. A cet instant, il a déjà un regard terrible et plein de mauvaises intentions. Puis, la folie va prendre le pas sur cette angoisse au fur et à mesure que l’histoire se déconstruit.

Une Suède magnifique et austère

Dans la forêt image
© 2016 Les Films de Françoise / Film Vast / Gota Film International

Pour le long métrage Dans la forêt, le réalisateur décide d’isoler ses personnages dans une Suède authentique et sublime, mais dans laquelle la forêt ne prend malheureusement pas vie sous les yeux des spectateurs. On reste de glace face à ce lieu mythique inspiré de la Transylvanie. Au lieu de tirer profit de ce huis clos à l’air libre, le cinéaste s’embourbe dans une dramaturgie en manque de twist.

Avec Dans la forêt, on oscille entre conte et fantastique. Cependant, il manque cruellement à ce film les codes d’un genre sous-exploité en France : la fable enfantine.

La figure juvénile de Timothée Vom Dorp emporte néanmoins l’empathie. Il joue avec justesse cet enfant aux pouvoirs paranormaux. On se demande même parfois si ses expressions d’épouvante ne sont pas liées à de réelles situations de peur sur le tournage en voyant le maquillage de l’acteur Mika Zimmerman grimé en monstre.

Avec Dans la forêt, on manque de cohérence et d’explications. On reste extérieur à ce film. Même le récit tendu n’arrive pas à contrebalancer un sentiment de lassitude.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 15/02/2017
  • Distribution France : Pyramide Distribution

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.