//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / LITTERATURE / [CRITIQUE] « Cartographie de l’oubli » (2016) de Niels Labuzan
Cartographie de l'oubli

[CRITIQUE] « Cartographie de l’oubli » (2016) de Niels Labuzan

Né en 1984, Niels Labuzan vit à Paris. Cartographie de l’oubli est son premier roman. Le livre est sélectionné pour recevoir le Prix des lecteurs au Salon du Roman Historique de Levallois 2017, dont Bulles de Culture est partenaire. Notre avis et critique sur le livre.  

Synopsis :

« J’étais jeune et je découvrais à quel point l’Histoire qu’on maintient vivante est modulable et subjective. Le Sud-Ouest africain a été une répétition avant le grand bal. La modernité avant l’heure. Mais personne ne voulait m’écouter».
1889. Jakob Ackermann et une vingtaine de soldats allemands débarquent dans le Sud-Ouest africain. Ils ont pour mission de créer une colonie de peuplement. Ils s’imaginent être des bâtisseurs, l’étendard de la modernité.
2004. En marge d’une journée commémorant le massacre des Hereros, un jeune métis namibien interroge son passé. Comme son pays, il est fait de contradictions, de violences. Il est l’héritier de ce qui n’aurait pas dû être.
L’un pense écrire l’Histoire, l’autre la questionne. Leurs voix se répondent. Elles racontent le destin de ces hommes et de cette terre convoitée, conquise, ravagée, où le XXe siècle est peut-être né.

Cartographie de l'oubli

Un questionnement sur l’historiographie

 

NIELS LABUZAN cartographie de l'oubli
© DR

 

Cartographie de l’oubli nous conte l’histoire de Jacob Ackermann. Soldat de l’Empire Allemand, envoyé en Namibie pour y étendre l’espace colonial de l’empire. Jacob est un jeune homme peu sûr de lui et pensant faire le bien. C’est pourquoi il s’est enrôlé dans l’armée. Sauf que celle ci va détruire le peu d’humanité en lui.
 

Cette histoire nous est racontée par un jeune métis, en 2004, lors d’une commémoration de ce qui est considéré à l’heure actuelle, comme le premier génocide du siècle. En effet, l’auteur nous parle du massacre, par les armées de l’Empire, des Hereros. Un peuple poursuivi, anéanti par les allemands pour s’approprier les terres. Aucun prisonnier, aucune preuve de l’existence de ce peuple puisque les allemands vont tout faire pour détruire leur trace, leur culture.
Quelques années avant les horreurs de la seconde guerre mondiale, Niels Labuzan nous montre que l’horreur était déjà présent chez les allemands. Prémice raciste à cette heure sombre que nous connaissons tous.

Cartographie de l’oubli est un roman qui nous montre comment l’Histoire est écrite, du point de vue des vainqueurs. Mais aussi sur la façon dont un peuple la vit, sans avoir pleinement conscience des atrocités.

 

Cartographie de l’oubli : une réussite

 

Niels Labuzan signe un premier roman de qualité. L’auteur ne se contente pas de la facilité et offre à son lecteur un style bien propre. Le style de Niels Labuzan jongle entre les deux protagonistes de cette merveilleuse histoire. D’un côté, le style permet un rythme assez soutenu grâce à l’utilisation d’ellipses. Et de l’autre, le rythme est plus lent, plus intimiste. Niels Labuzan entre dans la tête de son personnage et développe ses questionnements. L’auteur dispose d’une magnifique plume et d’un vrai talent de conteur. On ressent toute la maturité de ce jeune auteur dans Cartographie de l’oubli.
 

Jacob Ackermann est un personnage de fiction mais il côtoie des personnages historiques réels, vit des événements dramatiques qui se sont déroulés. Niels Labuzan manie à la perfection Histoire et fiction afin de créer un roman de qualité, riche en enseignements sur l’Histoire et sa transmission dans le temps.

 

En savoir plus :

  • Cartographie de l’oubli, Niels Labuzan, JC Lattès, juin 2016, 520 pages, 20,00€
  • Cartographie de l’oubli est en lice pour le Prix des lecteurs  dans le cadre du Salon du Roman Historique de Levallois 2017
Toma Books

Toma Books

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Dévoreur de thriller, de fantastique, de S-F et d'horreur. Mais aussi amateur de cinéma, séries TV et musique Rock.

Top 5 Littérature : La saga Harry Potter de J.K. Rowling , "Simetierre" de Stephen King, "Hannibal" de Thomas Harris, "Les Thanatonautes" de Bernard Werber, "1984" de Georges Orwell

Site personnel : Tomabooks
Toma Books

Les derniers articles par Toma Books (tout voir)

    Check Also

    120 nuances d’Afrique image couverture

    [CRITIQUE] Le Printemps des poètes 2017 : « 120 nuances d’Afrique » par Bruno Doucey, Nimrod et Christian Poslaniec

    Thème de la manifestation Le Printemps des Poètes 2017, l’Afrique dans sa pluralité, dans sa …

    Sans raison livre

    [CRITIQUE] « Sans raison… » (2015) de Mehdy Brunet

    Né en 1974, Mehdy Brunet aime le changement : Gironde, Haute-Savoie, Genève, île de la …

    Laisser un commentaire