//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “A ceux qui nous ont offensés” (2016) de Adam Smith
A ceux qui nous ont offensés affiche

[CRITIQUE] “A ceux qui nous ont offensés” (2016) de Adam Smith

A ceux qui nous ont offensés est le premier film de Adam Smith, réalisateur qui s’est fait un nom  à la télévision anglaise avec des séries telles que Doctor Who et Skins. Inspiré de faits réels, le réalisateur nous propose une incursion dans le monde étrange des gens du voyage en suivant un bandit charismatique incarné par Michael Fassbender, déjà à l’affiche en 2016 de Assasin’s Creed. Notre avis.

Synopsis :

Les Cutler vivent comme des hors-la-loi depuis toujours dans une des plus riches campagnes anglaises, braconnant, cambriolant les résidences secondaires et narguant la police. Luttant pour faire perdurer leur mode de vie, Chad (Michael Fassbender) est tiraillé entre les principes archaïques de son père et la volonté de faire le nécessaire pour ses enfants. Mais la police, les traquant sans relâche, l’obligera peut-être à choisir entre sa culture et le bonheur des siens…

A ceux qui nous ont offensés, A mi-chemin entre thriller et drame social

 

A Ceux Qui Nous Ont offensés
© The Jokers Films

 

Le premier film d’ Adam Smith nous offre une plongée dans un pan de notre société assez peu abordé au cinéma: la communauté des gens du voyage. Ancrée au coeur de la campagne anglaise, cette micro-société menée par un Brendan Glaser obscurantiste et inculte, offre un cadre fascinant pour l’intrigue du film et l’évolution de son personnage principal incarné par un Michael Fassbender toujours aussi habité.

Oscillant entre la film de  gangsters et la fresque familiale dramatique, A ceux qui nous ont offensés jongle avec ses genres pour proposer une oeuvre profonde, véritable réflexion sur la douteuse nécessité du poids des traditions et de la religion. En effet, la façon dont le personnage de Brendan Gleser utilise la religion pour légitimer ses actes et contrôler les esprits de sa communauté n’est pas sans rappeler certaines heures sombre de notre époque…

 

Un scénario original desservi par une fin sans enjeux

 

A Ceux Qui Nous Ont offensés
© The Jokers Films

 

Très humain et parfaitement écrit, A ceux qui nous ont offensés nous emprisonne dans le quotidien étouffant de ce clan improbable et nous fait partager l’envie du héros d’aspirer à une vie meilleure, loin de l’omniprésence castratrice de l’odieux patriarche.

Riche en dialogues lourds de sens et en réflexions sur la notion de transmission, l’histoire se perd malheureusement dans son dernier quart d’heure dans une drôle de fable moralisatrice qui jure avec l’aspect noir et désespéré du reste du film. Le réalisateur finit alors par nous livrer une fin “mignonne” à la place de la conclusion dramatique et puissante que le reste du métrage nous laissait espérer.

 

A Ceux Qui Nous Ont offensés
© The Jokers Films

 

Pour conclure, A ceux qui nous ont offensés se laisse agréablement regarder et soulève avec brio des problématiques qui trouveront un écho dans la société d’aujourd’hui. On regrettera cependant une fin plutôt légère, loin de la conclusion dantesque le métrage semblait promettre.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 01/03/2017
  • Distribution France : The Jokers
Salvatore V.

Salvatore V.

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Passionné de pop-culture (et de culture tout court en général), je suis amoureux de tout ce qui raconte une histoire. Ayant un faible pour le cinéma de genre et l'animation, je milite pour un cinéma qui conte, qui émerveille, qui effraie et qui prend aux tripes. On ne pense pas devant un film, on ressent.

TOP 5 Cinéma : "Sueurs froides", "Conan le barbare", "Docteur Strangelove", "Le Château dans le ciel", "Les Fils de l'homme"
TOP 5 BD: "Ghost Money", "Les épées de verre", "Le vol du corbeau", "Les gardiens du Maser", "Siegfried"
TOP 5 Comics : "Daredevil l'homme sans peur", "Silver Surfer: Requiem", "House of M", "The Dark Kight returns", "Old man Logan"
TOP 5 TV : "Penny Dreadful", "Viking", "Doctor Who", "Community", "Cowboy Bebop"
Salvatore V.

Laisser un commentaire