//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] « Primaire » (2016) d’Hélène Angel
PRIMAIRE AFFICHE

[CRITIQUE] « Primaire » (2016) d’Hélène Angel

L’année 2017 s’ouvre avec la sortie de Primaire d’Hélène Angel au cinéma. Ce film sur l’éducation avec Sara Forestier montre les dérives d’une mère institutrice passionnée par son métier. Notre critique. 

Synopsis :

Florence (Sara Forestier) est une professeure des écoles dévouée à ses élèves. Quand elle rencontre le petit Sacha, un enfant en difficulté, elle va tout faire pour le sauver, quitte à délaisser sa vie de mère, de femme et même remettre en cause sa vocation. Florence va réaliser peu à peu qu’il n’y a pas d’âge pour apprendre…

Une femme passionnée et idéaliste

 

Primaire photo film
© JC LOTHER

 

Dans Primaire (2016), Florence est une institutrice comme on les imagine : gentille, affectueuse, passionnée par son métier, qui ne compte pas ses heures auprès des enfants.
Entièrement dévouée, elle cherche à aider au mieux ses élèves en étant à leur écoute. Son métier d’enseignante lui colle à la peau.

Sara Forestier incarne parfaitement Florence, toute en fragilité et en émotion. Elle souhaite être l’institutrice parfaite, la mère de famille idéale, la collègue de travail la plus impliquée. Les objectifs qu’elle se fixe sont cependant bien trop ambitieux et donc irréalisables…La réalité, plus rude, la rattrape.

Primaire, un film qui se veut réaliste

 

Primaire photo film
© JC LOTHER

 

Passionnée… Elle l’est tellement qu’elle est incapable de prendre de la distance face à son métier. Trop empreinte dans la vie de son école, elle en oublie de vivre et prête finalement peu d’attention à son propre fils.
Les défauts de cette femme fragile ne sont pas gommés par la réalisatrice, Hélène Angel. Ce choix est en accord avec l’envie de créer un film particulièrement réaliste.
Après deux ans passés au sein d’une école primaire, Hélène Angel souhaite nous immerger au plus près de cet univers, des équipes pédagogiques et d’un métier altruiste mais parfois compliqué.

Les scènes de classe sont particulièrement réussies. Vous rentrez aisément dans l’intimité du cours par des plans fixes ou en mouvements. Hélène Angel nous confie qu’elle laissa, dans Primaire, peu de place à l’improvisation mais que l’équipe s’est tout de même laissée porter par le naturel des enfants.

Vous remarquerez que la démarche magistrale et expositive n’est plus au goût du jour. Les méthodes pédagogiques qui veulent l’élève acteur de la séance sont bien représentées dans ce film. Ce sont constamment des échanges entre les élèves et les enseignants qui participent progressivement à la construction du savoir et à son appropriation par l’enfant.

De plus, vous sentirez parfois la difficulté qu’à l’institutrice à maîtriser son autorité face à des enfants ayant de plus en plus de répondant. Peut être peut-on parler d’un peu de laxisme ou tout simplement de tolérance face à ces petits êtres en construction tiraillés entre rires et larmes.
Les préoccupations des enseignants, la cantine, les inspections académiques, tout le système est reconstruit. On peut noter un coté légèrement caricatural sur la salle des profs.

Enseigner c’est aussi apprendre

 

Primaire photo film
© JC LOTHER

Tout s’accélère quand Florence s’investit auprès d’un élève, Sacha (Ghillas Bendjoudi). Celui-ci, délaissé par sa mère, est livré à lui-même. Sans amour maternel, ni repère, Florence veut le sauver et lui éviter le placement en foyer. Elle fait ainsi la rencontre de l’ex-beau-père de Sacha. Ce protagoniste est l’inverse de l’institutrice. Il vit au jour le jour, sans attaché d’importance à son métier et se laisse porter par ses envies, ses émotions. Incarné par Vincent Elbaz, ce personnage ajoute des touches d’humour dans Primaire. Cette figure masculine, son fils et ses collègues de travail vont l’aider à remettre les pieds sur terre, vont lui apprendre à vivre.

En résumé, Primaire est un film sur le quotidien des enseignants, souvent peu ou mal considérés par les médias et la société française. Vous n’irez cependant pas voir un documentaire sur l’école mais bien une comédie dramatique sur le quotidien et l’évolution d’une jeune femme pleine d’envie. Un peu d’altruisme qui vous fera du bien.

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 04/01/2017
  • Distribution France : StudioCanal
Céline D.

Céline D.

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
J'aime les musiques, les films et les spectacles qui arrivent à me transporter dans leur univers et à m'ouvrir sur une réalité autre que la mienne.

TOP 3 Cinéma : "Forrest Gump" (1994), "Million Dollar Baby" (2004), "Le Dernier des Mohicans" (1992)
Céline D.

Les derniers articles par Céline D. (tout voir)

    Check Also

    Compte tes blessures affiche

    [CRITIQUE] « Compte tes Blessures » (2017) de Morgan Simon

    Compte tes blessures est le premier long-métrage du réalisateur Morgan Simon, film de fin d’étude …

    corniche kennedy affiche

    [CRITIQUE] « Corniche Kennedy » (2016) : Un très beau portrait de Marseille et ses minots

    En cette période d’hiver et de grippe saisonnière, direction l’été et Marseille dans le très …

    4 Commentaires

    1. Attention il y a une faute à corriger : impliquée elle l’EST trop » (être impliqué et non avoir)

    Laisser un commentaire