//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “Un jour mon prince” (2017) : trouver un “cheum” pour la Belle au Bois Dormant
Un jour mon prince affiche

[CRITIQUE] “Un jour mon prince” (2017) : trouver un “cheum” pour la Belle au Bois Dormant

Encore des contes au cinéma avec Un jour mon prince ! Sauf qu’ici on parle québécois et qu’on est téléporté à Paris sans rien y connaître. Un pari réussi signé Flavia Coste. Bulles de Culture a apprécié et vous présente sa critique et son avis. 

Synopsis :

Il y a presque cent ans que La Belle au Bois dormant est plongée dans un profond sommeil. Or jusqu’ici, aucun prince n’a réussi à la réveiller d’un baiser. Et le temps presse : si aucun candidat sérieux ne se présente, le royaume des fées risque de disparaître à jamais. La Reine Titiana (Catherine Jacob) envoie donc deux fées à Paris, Blondine (Sarah-Jeanne Labrosse) et Mélusine (Mylène Saint-Sauveur), avec une mission spéciale : trouver l’homme idéal. Mais nos deux fées, propulsées au 21 ème siècle, vont vite se rendre compte que la tâche est plus compliquée qu’elle n’y paraît…

 

Un jour mon prince… sera à Paris ?

 

Un jour mon prince photo
© MACT productions, Paradis Films et Christal Films

 

Et oui, Paris, ville des amours ! Enfin, c’est ce qu’on dit mais ce que les deux fées du film vont constater, c’est que ce n’est pas si simple. Un peu comme dans les catalogues virtuels où 100 mecs valent autant de cons. La grande force du film est de ne pas être trop lourd pour faire passer l’idée et de juste supposer que l’amour n’est plus trop ce qu’il est. Même les enfants ne croient plus aux fées une fois passé l’âge de 6 ans !

 

Des fées québécoises pour chercher un “cheum”

 

Un jour mon prince photo
© MACT productions, Paradis Films et Christal Films

 

Rien de neuf sous le soleil, les contes ont déjà été énormément décortiqués mais Un jour mon prince vous fera tout de même passer un bon moment. L’astuce différente consiste ici à prendre deux fées québécoises (car, parlant français, “ça peut nous aider”, dit Catherine Jacob) et de les placer dans une ville moderne, sans magie et robes de princesses. Elles se doivent de chercher le cheum, pardon le prince charmant, capable de réveiller la Belle Au Bois Dormant dont le centenaire d’endormissement approche.

Un casting réjouissant où chacun est à sa place

 

Un jour mon prince photo
© MACT productions, Paradis Films et Christal Films

 

Le film démarre sur les chapeaux de roue et ne perd jamais en rythme, ce qui est complètement réjouissant. Tout est dit en 1h18. Notre tandem de belles fées est épaulé par un casting réjouissant avec Hugo Becker (Gossip Girl, Chefs !), Pierre-François Martin-Laval, Catherine Jacob (dans un rôle tout trouvé) et Flavia Coste qui réalise aussi le film. Et pour preuve que cette dame a de l’humour, son prochain film a pour titre La Mariée n’est pas qu’une marchande de frites. Qu’on se le dise !

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 11 janvier 2017
  • Distribution France : Paradis Films

Luigi Lattuca

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Journaliste culturel fasciné par les comportements humains, aimant se retrouver défendant le ciné en solo et se délectant aussi de séries télé et d'essais percutants.

TOP 3 TV : "Desperate Housewives" (2004-2012), "Revenge" (2011-2015), "2 Broke Girls" (2011-...)
TOP 3 Cinéma : "Batman, le défi" (1992), "La Belle et la Bête" (1991), "8 Femmes" (2002)
TOP 3 Littérature : "Le bilan de l'intelligence" (1935) de Paul Valéry, "Robert des noms propres" (2002) d'Amélie Nothomb, "A nous deux, Paris !" (2012) de Benoît Duteurtre

Site personnel : Les caprices de Luigi

Laisser un commentaire