//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “Tempête de sable” (2016) d’Elite Zexer
Tempête de sable affiche

[CRITIQUE] “Tempête de sable” (2016) d’Elite Zexer

Grand Prix au Sundance Film Festival 2016, Tempête de sable (סופת חול) est le premier long-métrage de la réalisatrice israélienne Elite Zexer. Notre avis.

Synopsis :

Les festivités battent leur plein dans un petit village bédouin en Israël, à la frontière de la Jordanie : Suleiman (Haitham Omari), déjà marié à Jalila (Ruba Blal), épouse sa deuxième femme.
Alors que Jalila tente de ravaler l’humiliation, elle découvre que leur fille aînée, Layla (Lamis Ammar), a une relation avec un jeune homme de l’université où elle étudie. Un amour interdit qui pourrait jeter l’opprobre sur toute la famille et contre lequel elle va se battre.
Mais Layla est prête à bouleverser les traditions ancestrales qui régissent le village, et à mettre à l’épreuve les convictions de chacun.

Tempête de sable :
Des personnages tout en nuances

 

Tempête de sable image 3 (c) Vered Adir
© Vered Adir

 

Tempête de sable s’ouvre sur une scène en voiture entre Layla (Lamis Ammar), jeune femme bédouine, et son père, Suliman (Haitham Omari). Il laisse sa fille conduire, un peu inquiet, un peu amusé, mais à peine sont-ils entrés dans leur village qu’il reprend le volant. Dans ces premières images, on perçoit déjà le fort caractère de Layla, mais aussi la complexité de la personnalité de son père : progressiste de prime abord, il devient conservateur dès que ses voisins sont susceptibles de le voir.

La mère de Layla, Jalila (Ruba Blal), est également pleine de paradoxes. Son mari prend une seconde épouse et malgré sa tristesse et son amertume, elle ne voit pas d’autres choix que de se plier à toutes les traditions afférentes aux festivités. Pourtant, Jalila n’hésitera pas à se confronter à Suliman à plusieurs reprises et à remettre en cause sa place supposée.

La réalisatrice Elite Zexer qui est aussi scénariste prend soin de ne pas imposer son opinion au spectateur. Jamais dans le jugement, elle ne fait que dépeindre les personnages et leurs nuances. L’histoire est inspirée de faits réels dont elle a été le témoin lorsqu’elle accompagnait sa mère photographe dans les villages bédouins.

Le poids des traditions
sur deux générations de femmes

 

Tempête de sable image 2 (c)Vered Adir
© Vered Adir

 

Jalila et Suliman ont quatre filles, et l’aînée Layla est une forte tête (on notera également le potentiel de sa petite sœur !) qui est tombée amoureuse d’un garçon en dehors de son village. C’est inacceptable pour ses parents, mais chacun va l’exprimer différemment. Surtout, Layla n’entend pas se faire dicter sa vie amoureuse par les règles du village.

Ainsi, dans Tempête de sable, en parallèle du drame que vit sa mère, Layla se bat, bouscule les certitudes de sa famille et les convenances traditionnelles. Elle incarne, selon la réalisatrice, une nouvelle génération de femmes bédouines qui luttent pour changer les traditions et pouvoir conduire, aller à l’école, épouser l’homme de leur choix…

Un souci d’authenticité
qui n’empêche pas le cinéma

 

Tempête de sable image 1 (c)Vered Adir
© Vered Adir

 

A chaque instant transparaît une volonté très forte de ne pas trahir la culture bédouine du sud d’Israël. Les acteurs, tous palestiniens, ont d’ailleurs dû apprendre à parler le dialecte des bédouins de cette région.

Enfin, même en souhaitant coller à la réalité, le film Tempête de sable n’oublie pas de proposer de belles scènes de cinéma comme cet échange au milieu de linges qui sèchent qui se transforme en partie de cache-cache mi-romantique, mi-dramatique.

Les sujets abordés ne sont pas forcément d’une grande originalité, mais Tempête de sable est un premier long métrage prometteur, subtil et finement réalisé.

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 25/01/2017
  • Distribution France : Pyramide Distribution
Lauriane N.

Lauriane N.

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
Cinéphile dilettante, j'aime qu'on me raconte des histoires.

Top 3 Cinéma : "Mulholland Drive" (2001), "Mommy" (2014), "Volver" (2006)
Lauriane N.

Check Also

cinéma du mercredi 20 septembre 2017 imageFaute d'amour, Mon Garçon, Des rêves sans étoiles et Ça

Sorties cinéma du mercredi 20 septembre

Quel film voir cette semaine ? Faute d’amour, Mon Garçon, Des rêves sans étoiles et …

sélection des sorties cinéma du mercredi 30 août 2017 image

Notre sélection des sorties cinéma du mercredi 30 août 2017

Petit paysan, Le Prix du succès, Wind River, Gabriel et la montagne, Le Veuf, Bonne …

Laisser un commentaire