//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “Compte tes Blessures” (2017) de Morgan Simon
Compte tes blessures affiche

[CRITIQUE] “Compte tes Blessures” (2017) de Morgan Simon

Compte tes blessures est le premier long-métrage du réalisateur Morgan Simon, film de fin d’étude de la FEMIS dont le scénario a également reçu le prix Sopadin en 2014. Notre avis sur cette oeuvre qui traite du rapport filial dans les salles le 25 janvier 2016. 

Synopsis :

Chanteur charismatique d’un groupe de hard rock, Vincent (Kévin Azaïs), 24 ans, a déjà tatoué la moitié de son corps. Avec sa gueule d’ange et son regard incandescent, le monde lui appartient. Mais l’arrivée d’une nouvelle femme (Monia Chokri) dans la vie de son père (Nathan Willcocks) réveille les tensions. Vincent n’entend plus retenir sa colère, ni son désir.

 

Compte tes blessures, une première oeuvre calibrée avec du potentiel

 

Compte tes blessures kevin Azais
© Kazak Productions

 

Compte tes blessures fait parti de ces premières oeuvres calibrées dont on voit le potentiel émergent du réalisateur. Pas encore complètement affirmé, Morgan Simon filme avec une maitrise scolaire des longs plans séquences au plus près de ces acteurs. Il s’inscrit pour cela dans la mouvance actuelle des jeunes réalisateurs sortant de la FEMIS qui ont le vent en poupe. On peut notamment citer ses homologues Cyprien Vial ou encore Julia DucourneauCette dernière ayant d’ailleurs collaboré au scénario de Compte tes blessures.

Au-delà de l’académisme de Morgan Simon, on voit néanmoins émergé un univers singulier, source d’une identité cinématographique forte. Celui qui a découvert le cinéma très tard, notamment grâce aux films de Stanley Kubrick, parle de l’amour filial comme personne. Entre Vincent et son père, c’est une relation inédite qui s’instaure. Compte tes blessures fonctionne sur le non-dit et ne donne pas toutes les clés aux spectateurs. Il faut que chacun absorbe ce qu’on lui montre pour s’en faire une compréhension personnelle, en fonction de son propre vécu. Car plus que la relation entre les personnages, c’est une portée universelle que le réalisateur essaye de donner à son film.

 

Découverte de la musique “post-harcore”

 

Compte tes blessures kevin Azais
© Kazak Productions

 

Compte tes blessures est évidemment rempli de détails personnels qui lie Morgan Simon inextricablement à son oeuvre. Comment ne pas citer l’exemple de la musique dite “post-harcore”, dont le réalisateur est fan, tenant une place importante dans le film. Sorte de hard rock à se casser la voix, Vincent le pratique avec ses amis, donnant lieu à plusieurs scènes époustouflantes où les chanteurs font ressortir leur désarroi.

 

 

C’est d’ailleurs ce post-hardcore qui permet à Kévin Azaïs de se transcender dans le rôle de Vincent. L’acteur tout jeune dans Les Combattants (2014) de Thomas Cailley s’affirme de plus en plus. Il est en ce début d’année 2017 l’amant d’Isabelle Huppert dans SouvenirDans Compte tes blessures, il veut s’émanciper de son père après le décès de sa mère. Kévin Azaïs a tout donner, notamment dans ses prestations musicales. L’acteur allant même à se casser la voix et à frôler la syncope pour incarner la rage de Vincent.

Pour donner corps à son personnage, Kévin Azaïs n’hésite pas de longues heures de maquillage afin que son corps soit recouvert de tatouage, élément déterminant dans la psychologie de son personnage.

 

 

En face, il y a du répondant. Monia Chokri incarne cette héroïne, entre la seconde mère et l’amante, qui aurait très bien pu être écrit par Xavier Dolan. Celle qu’on a vu dans Réparer les vivants vit un rôle intense, plein de transgression. Enfin, Compte tes blessures n’aurait pas été pareil sans la figure du mauvais garçon de Nathan Willcocks. 

Comptes tes blessures est donc une oeuvre dans la mouvance d’un cinéma français d’aujourd’hui. Néanmoins, le réalisateur Morgan Simon sait donner de la singularité à un film, signant le début d’une longue carrière.

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 25/01/2017
  • Distribution France : Rezo Films
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Laisser un commentaire