//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] #FIFM2016 « Souvenir » (2016) de Bavo Defurne
Souvenir affiche

[CRITIQUE] #FIFM2016 « Souvenir » (2016) de Bavo Defurne

Le Festival International du Film de Marrakech 2016 accueille cette année Isabelle Huppert et le réalisateur belge Bavo Defurne pour la présentation hors compétition du film Souvenir. Notre critique et avis. 

Synopsis :

Une chanteuse oubliée (Isabelle Huppert), qui a autrefois participé à l’Eurovision, rencontre un jeune boxeur (Kevin Azais) qui va la convaincre de tenter un come-back.

 

Souvenir, un petit bonbon ciné

 

Souvenir Isabelle Huppert
© D.R.

 

Souvenir est un petit bonbon cinématographique appartenant à cette catégorie de films qui sont des petits plaisirs coupables. Commençant avec l’austérité propre à une oeuvre des frères Dardenne, dépeignant une classe ouvrière laborieuse et désespérée, le long-métrage se transforme petit à petit en quelque chose de beaucoup plus lumineux.

La mise en scène tournant volontairement en boucle dans un premier tiers prend son envol en même temps que naît l’idylle improbable entre cette chanteuse déchue et ce jeune boxer naïf. Le film brasse les genres oscillant tour à tour entre le film social, la comédie romantique et la comédie musicale.

Se calant sur ce modèle narratif, la réalisation s’envole elle-aussi délaissant son imagerie pauvre pour embrasser un univers visuel léché et fantasmé. Ce dernier souligne une romance passionnée qui n’est pas sans rappeler le style du réalisateur Baz Luhrmann.

 

Un duo charmant et convainquant

 

Souvenir Isabelle Huppert
© D.R.

 

Si de prime abord le sujet pourrait laisser froid, non sans rappeler d’anciennes prestations d’Isabelle Huppert comme dans La Ritournelle (2014) de Marc Fitoussi où elle s’aguichait déjà d’un jeune homme, Souvenir est emprunt d’une originalité certaine qui contribue à rendre le film véritablement prenant. Avec le parti de proposer une histoire décalée dans un univers impossible à dater, Bavo Defurne réussit à donner de la poésie à un kitch assumé. Il utilise pour ce faire des chansons fabuleusement désuètes, issues du dernier album du groupe Pink Martini, des costumes dépassés et des chorégraphies « Dalidaesque ».

Couple de prime abord mal assorti, Isabelle Huppert et Kevin Azaïs incarnent un joli duo auquel on se surprend à croire. Kevin Azaïs a pris de la maturité depuis Les Combattants (2014) de Thomas Cailley. On assiste à un passage à son statut d’homme devant la caméra de Bavo Defurne. D’un autre côté, on sent d’Isabelle Huppert le besoin d’incarner une jeunesse éternelle, tout en ne rognant pas son âge véritable.

Les personnages secondaires, comme le producteur à la Barclay disparu aujourd’hui, sont extrêmement travaillés.

Avec Souvenir, on est replongé dans une France qui n’existe plus, bercé par une âme intemporelle entre une communauté passionnée par un télé-crochet et le berceau nostalgique d’une artiste sur le retour. A l’instar du refrain de la chanson titre du film « Joli Garçon » de Pink Martini, on dit un grand « oui » !

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 21/12/2016
  • Distribution France : ARP Selection

Check Also

Les Gardiens de la Galaxie Vol.2 affiche

[CRITIQUE] « Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 » (2017) de James Gunn

Après le succès inattendu du premier opus, James Gunn rempile pour Les Gardiens de la …

Affiche Message From The King

[CRITIQUE] « Message From The King » (2017) : Fabrice du Welz à L.A.

Le belges Fabrice du Welz part aux Etats-Unis pour tourner son film Message From The King. …

Laisser un commentaire