enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] #FIFM2016 « Mister Universo » (2016) de Tizza Covi et Rainer Frimmel
Mister Universo photo
© D.R.

[CRITIQUE] #FIFM2016 « Mister Universo » (2016) de Tizza Covi et Rainer Frimmel

Cet article est le 10e sur 13 pour #FIFM2016

Mister Universo de Tizzi Covi et Rainer Frimmel est un film italo-autrichien présenté en compétition du Festival International du Film de Marrakech 2016. Notre avis et critique 

Synopsis :

Tairo (Tairo Caroli), jeune dompteur de lion, n’est pas heureux. La disparition de son porte-bonheur lui sert de prétexte pour partir en voyage à travers l’Italie à la recherche d’Arthur Robin, ancien Mister Univers, qui le lui avait offert jadis.

Mister Universo, une série de portraits liés autour d’une quête

 

Mister Universo photo
© D.R.

 

Mister Universo est conçue autour d’une série de portraits liés autour de la quête du protagoniste. Explorant le domaine des saltimbanques, les personnages portent chacun en eux un destin brisé. Autour de Tairo qui ne vit que pour ses félins, on retrouve son amie contorsionniste qui se voit déjà arrêtée son métier pour des problèmes de santé; son oncle est un chanteur à la carrière ratée;  enfin, son père est également dresseur d’animaux. Celui-ci parait emprisonner dans un schéma familial qui se répète de génération en génération.

Les personnages de Tizzi Covi et Rainer Frimmel présentent la particularité d’être des êtres brisés, soit physiquement, soit psychologiquement. Certains sont blasés de cette vie sans surprise. Ils se complaisent dans une monotonie cyclique. A l’inverse, Arthur Robin est l’icône, ancien bobybuilder, à l’heure de gloire passée.

Pourtant, se focalisant sur un objet de prime abord sans importance, l’histoire de Mister Univers va se transformer en voyage initiatique dépassant la vision matérialiste initiale. On se retrouve alors à comparer le film à celui de Hasta la Vista (2006) de Geoffrey Enthoven, dont la quête était la première expérience sexuelle pour des handicapés.

 

Une réalisation au frontière du documentaire

 

Mister Universo photo
© D.R.

 

Privilégiant une caméra portée, à même de capter les moindres émotions des protagonistes, Mister Universo prend des allures de documentaires en nous dépeignant le mode de vie de ces gens du spectacle.

L’approche documentaire est un plus au scénario. Il permet d’apporter une véritable sensibilité aux propos tenus dans le film. Les fêlures et les histoires des personnages prenant une toute autre dimension.

Avec Mister Universo, on sort du schéma classique du cinéma italien grand public et on s’intéresse au versant social d’une minorité.

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : inconnue
  • Distribution France : inconnue
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.