//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] « Passengers » (2016) de Morten Tyldum
Passengers affiche

[CRITIQUE] « Passengers » (2016) de Morten Tyldum

Après Premier Contact (2016) de Denis Villeneuve, Sony Pictures sort un nouveau film de science-fiction : Passengers de Morten Tyldum avec les deux stars Chris Pratt et Jennifer Lawrence. Notre critique et analyse. 

Synopsis :

Alors que 5000 passagers endormis pour longtemps voyagent dans l’espace vers une nouvelle planète, deux d’entre eux sont accidentellement tirés de leur sommeil artificiel 90 ans trop tôt. Jim (Chris Pratt) et Aurora (Jennifer Lawrence) doivent désormais accepter l’idée de passer le reste de leur existence à bord du vaisseau spatial. Alors qu’ils éprouvent peu à peu une indéniable attirance, ils découvrent que le vaisseau court un grave danger. La vie des milliers de passagers endormis est entre leurs mains…

 

Des images de synthèse convaincantes

 

Chris Pratt; Jennifer Lawrence passengers photo
© Sony Pictures France

 

Perdu dans l’espace, la volonté de Passengers est clairement de raconter une épopée intergalactique qui oscille entre Interstellar (2014) de Christopher Nolan et 2001 , l’Odyssée de l’espace (1968) de Stanley Kubrick. On croit presque à cette grande fresque au moment de la scène d’ouverture lorsque le magnifique vaisseau est touché par de multiples météorites.

A ce moment là, le visuel est léché avec des images de synthèse très bien réalisées qui donnent du réalisme. On rajoute une 3D convaincante qui immerge bien le spectateur dans cet univers futuriste. On se croirait presque dans croisière sur un paquebot des étoiles avec tout le standing nécessaire : piscine, salle de cinéma, réfectoire, chambre nuptiale….

 

Passengers : Un conte Shakespearien sans enjeu fort

 

Chris Pratt; Jennifer Lawrence passengers photo
© Sony Pictures France

 

Puis, l’histoire de Passengers commence par le réveil de Jim. A la façon d’un Tom Hanks dans Seul au Monde (2000, Robert Zemeckis), on voit longuement déambuler Chris Pratt dans ce lieu clos sans aucun enjeu. Souffrant de solitude, il est vite rejoint par Jennifer Lawrence avec laquelle il va vivre une idylle shakespearienne.

On est alors assez étonné que le scénario consacre une grande partie aux amours tortueux des deux protagonistes, faussant un peu la promesse de Passengers vendu comme un film d’action et qui passe pour une succursale de Roméo et Juliette. Certes, les scènes d’action viendront mais beaucoup trop tard dans la chronologie du film. Elles seront un peu bâclées et souffriront trop de la comparaison avec Gravity (2013) d’Alfonso Cuaron.

Côté acteurs, le budget figurant n’a pas coûté trop cher. Le film Passengers ne repose presque sur Chris Pratt et Jennifer Lawrence. Celle qui a demandé 20 millions de dollars pour ce film ressemblera à une statue de cire à laquelle il manque quelques expressions. On y retrouve les traces d’un jeu monocorde, vestige de ses Hunger Games.

Au-delà d’un casting alléchant, il manque donc à Passengers un véritable scénario aux allures d’une saga spatiale.

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 28/12/2016
  • Distribution France : Sony Pictures France
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Check Also

    corniche kennedy affiche

    [CRITIQUE] « Corniche Kennedy » (2016) : Un très beau portrait de Marseille et ses minots

    En cette période d’hiver et de grippe saisonnière, direction l’été et Marseille dans le très …

    Live By Night affiche

    [CRITIQUE] « Live By Night » (2017) de Ben Affleck : Le parrain

    Après s’être consacré à son nouveau rôle de Batman dans Batman vs Superman (2016), Ben …

    Laisser un commentaire