//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / MUSIQUE / [CRITIQUE] Adam Naas, nouveau roi de la soul épurée, sort son premier EP éponyme
Adam Naas cover

[CRITIQUE] Adam Naas, nouveau roi de la soul épurée, sort son premier EP éponyme

Il n’a que 24 ans mais déjà tout d’un grand. Adam Naas, ça sonne peu français mais il est bien de l’Hexagone, et sort son premier EP éponyme de quatre titres sur le label Mercury. Laissez-vous séduire.

Adam Naas :
Un disque court mais caressant

 

Adam Naas, jeune chanteur franco-libanais, a confié ne pas vouloir se précipiter. Ça se ressent à l’écoute d’un disque évidemment très court. Premièrement, c’est un très agréable premier essai et deuxièmement, il ne contient que 4 petites pépites (voir plus bas). L’ancien étudiant en marketing ne vise pas le succès qu’il prendra juste comme un bonus. C’est donc tranquillement qu’il a lancé en juin Fading Away, le premier extrait.

 

 

Une soul épurée qui n’en fait point trop

 

Adam Naas a le sens des mélodies, plus particulièrement de celles qui n’en font pas trop, qui délivrent l’essentiel pour être touché en plein cœur. Et cela lui vaut les meilleures critiques. Il faut dire qu’il a eu le temps de se faire connaître sur scène, aux côtés du chanteur AaRON dont il a assuré les premières parties. On a connu pire comme débuts. Grâce à sa limpidité, nul doute qu’il saura séduire les radios. C’est brumeux, sensible et resplendissant.

Un avenir prometteur

 

Avec sa voix forte et fragile (elle est les deux à la fois !), son look quasiment dandy mais un peu androgyne, une silhouette marquante est née. Une silhouette car Adam Naas apparaît presque fuyant, renfermé et même instable dans le clip de Fading Away ci-dessus. Sans doute compte-t-il doser ses apparitions médiatiques afin de maintenir quasiment intacte la magie naissante entre lui et son public.

La trackinglist :

  1. Fading Away
  2. Downtown
  3. You Should Know (Brothers and Sisters)
  4. Go Slow

 

 

En savoir plus :

  • Le premier éponyme d’Adam Naas est disponible depuis le 30 septembre 2016 sur le label Mercury/Universal

Luigi Lattuca

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Journaliste culturel fasciné par les comportements humains, aimant se retrouver défendant le ciné en solo et se délectant aussi de séries télé et d'essais percutants.

TOP 3 TV : "Desperate Housewives" (2004-2012), "Revenge" (2011-2015), "2 Broke Girls" (2011-...)
TOP 3 Cinéma : "Batman, le défi" (1992), "La Belle et la Bête" (1991), "8 Femmes" (2002)
TOP 3 Littérature : "Le bilan de l'intelligence" (1935) de Paul Valéry, "Robert des noms propres" (2002) d'Amélie Nothomb, "A nous deux, Paris !" (2012) de Benoît Duteurtre

Site personnel : Les caprices de Luigi

Les derniers articles par Luigi Lattuca (tout voir)

    Check Also

    Le Manifeste L'Oiseau Liberté & Prélude Acte II damien saez image album

    [CRITIQUE] « Le Manifeste L’Oiseau Liberté & Prélude Acte II » de Damien Saez

    Il y avait eu Miami en 2013, qui faisait suite à la tournée rock de …

    [CRITIQUE] « Cyborg » de Nekfeu (2016) : un poil trop ambitieux ?

    Avant de percer l’écran aux côtés de Catherine Deneuve, Nekfeu a dévoilé Cyborg, un second …

    Laisser un commentaire