//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / LITTERATURE / [CRITIQUE] « L’Ange de Dalkey Island » (2016) d’Alain Teulié
l-ange-de-dalkey-island-alain-teulie-couverture
Alfama Films Production

[CRITIQUE] « L’Ange de Dalkey Island » (2016) d’Alain Teulié

Septième roman d’Alain Teulié, L’Ange de Dalkey Island flirte avec le conte philosophique. Les mots de l’auteur nous conduisent à travers la vie, la mort et la transmission. Notre avis.

Synopsis :

Molly, quatorze ans, a été confrontée à la mort tragique de ses parents dans un incendie alors qu’elle n’avait que 4 ans. Traumatisée, elle ne s’épanouit pas et est profondément malheureuse malgré l’amour de ses grands-parents qui l’élèvent. Un jour, assise sur une plage, elle rencontre… son père. Est-ce un Ange ? Est-ce un Homme ? Qu’importe, il apporte à Molly ce qui lui manquait cruellement… le retour à une vie heureuse.

« Le seul mort qu’elle connaissait
était plus intéressant
que tous les vivants réunis »

 

On s’attache à Molly, cette jeune adolescente qui a largement eu son lot de malheurs. On s’assoit avec elle et son ange sur cette plage irlandaise où ils se rencontrent, se retrouvent et se trouvent… Parce qu’on sent l’iode, on entend les vagues et qu’on a envie de savoir…

Molly est fascinée par la mort depuis celle de ces parents. Elle pense à la sienne, couche toutes ses réflexions et ses interrogations dans un carnet. Sa joie de vivre s’est éteinte le jour de leur disparition. Un jour, sur une plage, elle croit reconnaître son père, l’Ange de Dalkey Island. Comment est-ce possible ?

De cette rencontre naît un long interrogatoire de Molly sur ce sujet qui l’obsède. Elle a enfin les réponses à toutes ses questions. Son père céleste est de retour pour la consoler, pour lui montrer qu’il sait tout de sa vie même s’il n’appartient plus au monde terrestre.

Dans L’Ange de Dalkey Island, au fil des échanges métaphysiques et philosophiques entre son père et l’adolescente, on s’interroge nous-même sur l’existence de l’au-delà. On réfléchit avec eux sur notre lien qui nous unit encore avec nos propres morts. Comment réagirions-nous si nous pouvions revoir l’un d’entre eux ? Que nous raconteraient-ils ?

De cette rencontre naîtra une série de rendez-vous. Le lien qui n’avait pas pu se tisser entre le père et sa fille est enfin possible. Un miracle s’est produit sur cette plage.

Puis soudain, d’un coup, Alain Teulié tranche le voile du fantastique. La supercherie nous est révélée. L’Ange de Dalkey Island est bien vivant.

Jusqu’où irions-nous par amour ?

 

L’Ange de Dalkey Island est une belle histoire d’amour. Une histoire d’amour entre trois générations. Le grand-père de Molly ne supporte plus de voir  les yeux de sa petite fille baignés de tristesse. Un soir où il assiste à une pièce de théâtre, il voit son fils, du moins son sosie parfait. Une idée folle surgit dans son esprit pour aider Molly. Il propose à cet acteur de jouer le rôle le plus difficile de sa vie : improviser un père décédé depuis 10 ans auprès d’une ado.

Cas de conscience pour l’acteur. Peut-il accepter ? Se jouer d’une petite fille, même si la raison est honorable, reste malgré tout inconcevable. Le grand-père lui ne s’est pas posé de question : pour lui c’est la seule solution pour rendre le goût de vivre à sa petite-fille qu’il aime par-dessus-tout.

Le dilemme de l’acteur ne dure pas longtemps car lui aussi aime passionnément sa compagne. Il veut lui donner une vie de rêve et cet argent va enfin le lui permettre. Il n’aura plus honte de sa condition d’acteur mal payé.

Au-delà de la vie, de la mort, de la transmission entre un père et sa fille, L’Ange de Dalkey Island nous pousse également à nous interroger sur notre vision de l’amour, sur le rapport que nous entretenons avec lui.

Le grand-père n’agit que par amour pour sa petite-fille. Mais on peut aussi se demander : qui cherche-t-il réellement à soulager ? Sa petite fille ou lui-même ? Les deux ? L’amour peut-il résoudre l’absence ?

Et cet acteur qui veut offrir à sa belle des dîners et des voyages : l’amour ne tient-il qu’aux choses matérielles ? A-t-il si peu confiance en lui et en ce qu’il a offrir à sa compagne qu’il craigne que ce ne soit pas assez suffisant pour être aimé réellement en retour ?

L’Ange de Dalkey Island :
un roman, un conte sur la magie de la vie

 

L’Ange de Dalkey Island est un roman, un conte sur la magie de la vie, la mort, l’absence, l’amour et tant d’autres choses. On le savoure tout doucement pour laisser place aussi à nos propres interrogations.

Alain Teulié l’a dédié à sa mère. Une belle preuve d’amour.

Et vous, jusqu’où iriez-vous par amour ?

 

 

En savoir plus :

  • L’Ange de Dalkey Island, Alain Teulié, Éditions Michel de Maule, août 2016, 210 pages, 18 euros
Cathy Ellissèche

Cathy Ellissèche

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
Dévoreuse de livres, passionnée de danse, de théâtre et de cinéma, je suis curieuse et friande de toutes créations (même en arts plastiques) qui font s'agiter mes émotions.

TOP 4 CINÉMA : "Les Tontons flingueurs" de George Lautner (1963), "Singing in the Rain" de Stanley Donen et Gene Kelly (1952), "Star Wars, épisode V : L'Empire contre-attaque" de Irvin Kershner (1980), "Gran Torino" de Clint Eastwood (2008)
TOP 4 LITTÉRATURE : "L'Ombre du Vent" de Carlos Ruiz Lafont, "Compartiment pour Dames" de Anita Nair, "Les Dieux voyagent toujours incognito" de Laurent Gounelle, "Harry Potter à l'Ecole des Sorciers" de J K Rowling
Cathy Ellissèche

Les derniers articles par Cathy Ellissèche (tout voir)

    Check Also

    Sans raison livre

    [CRITIQUE] « Sans raison… » (2015) de Mehdy Brunet

    Né en 1974, Mehdy Brunet aime le changement : Gironde, Haute-Savoie, Genève, île de la …

    L'indolente

    [CRITIQUE] « L’indolente » (2016) de Françoise Cloarec

    Françoise Cloarec est peintre, psychanalyste et écrivain. Elle est notamment l’auteur de Séraphine. L’indolente est sélectionné …

    Laisser un commentaire