//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] « Tour de France » (2016) de Rachid Djaïdani
Tour de France affiche film

[CRITIQUE] « Tour de France » (2016) de Rachid Djaïdani

Immersion dans le milieu assez méconnu au cinéma du rap avec Tour de France de Rachid Djaïdani. Pour l’occasion, le réalisateur fusionne deux mondes en deux acteurs : celui de la scène slam avec le rappeur Sadek et celui du grand cinéma français avec Gérard Depardieu. Notre critique

Synopsis :

Far’Hook (Sadek) est un jeune rappeur de 20 ans. Suite à un règlement de compte, il est obligé de quitter Paris pour quelques temps. Son producteur, Bilal, lui propose alors de prendre sa place et d’accompagner son père Serge (Gérard Depardieu) faire le tour des ports de France sur les traces du peintre Joseph Vernet.
Malgré le choc des générations et des cultures, une amitié improbable va se nouer entre ce rappeur plein de promesses et ce maçon du Nord de la France au cours d’un périple qui les mènera à Marseille pour un concert final, celui de la réconciliation.

 

Tour de France : 2 mondes qui se rencontrent

 

tour de france photo gérard depardieu sadek
© Mars Films

 

Tour de France est deux mondes qui se rencontrent. D’un côté, il y a le dur milieu du rap, souvent redouté des néophytes qui lui attribuent de nombreux clichés. De l’autre, il y a la France de bourgade dans lequel les habitants vivent dans une sorte de protectionnisme. Pour confronter ces deux milieux, le réalisateur Rachid Djaïdani fait le choix judicieux de deux acteurs iconiques qui incarnent totalement chacun des univers.

Le rappeur Sadek est présent sur les scènes de battles de la région parisienne depuis 2007. Il a pas moins de 5 albums à son actif. En face, il y a Gérard Depardieu, notre Gégé national, qui est le représentant d’un cinéma français classique et ambitieux.

Ensemble, ils vont réussir à construire une osmose. Ils deviennent malgré eux les meilleurs alliés. Gardant chacun leur personnalité, ils vont tour à tour faire un pas vers l’autre à travers leurs personnages. Serge, bouquon dans l’âme et conservatisme au plus haut point, va pourtant revoir son changement sur les « arabes ». Far’Hook, contestataire sociologique, va gagner en respect et en humilité au coté de ce « bonhomme ».

Un carrefour de beaux paysages

 

tour de france photo gérard depardieu sadek
© Mars Films

 

Ce Tour de France est également un beau carrefour de paysages qui fait prendre conscience de la diversité culturelle d’une France qu’on ne sait plus regarder. Les ports de pêches, les horizons de campagne sont un moyen de sortir du carcan urbain pour s’ouvrir à un cinéma qui sort des sentiers classiques.

Néanmoins, avec une volonté de multing pot culturel – on entend en effet dans Tour de France du rap, la Marseillaise, Serge Reggiani ou encore Serge Lama – il y a quand même un manque de modernisme qui isole un peu la portée du film. Pas sûr que celui-ci parle à tout le monde. De même, le message sur la tolérance, face à une haine qui monte en France, manque un peu d’originalité dans une année cinéma qui nous a déjà proposé Divines (2016) de Houda Benyamina.

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 16/11/2016
  • Distribution France : Mars Films
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.
Antoine Corte

Check Also

Carnivores image Leïla Bekhti et Zita Hanrot

Première image du film « Carnivores » (2018) avec Leïla Bekhti et Zita Hanrot

Carnivores avec Leïla Bekhti et Zita Hanrot sera le premier film réalisé par les frères …

HHhH affiche

[CRITIQUE] « HHhH » (2017) : L’assassinat du « Boucher de Prague » par la Résistance

En adaptant HHhH, le roman éponyme de Laurent Binet, le réalisateur Cédric Gimenez ambitionne de …

Laisser un commentaire