//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / SPECTACLES / ♥ [CRITIQUE] « 42nd Street » (2016), nouvelle production du Théâtre du Châtelet
42nd Street Affiche

♥ [CRITIQUE] « 42nd Street » (2016), nouvelle production du Théâtre du Châtelet

42nd Street est la dernière production musicale du Théâtre du Châtelet avant sa fermeture. Pour une cinquantaine de représentations, la scène parisienne rivalise avec Broadway. Découvrez notre dossier et notre critique sur le spectacle. 

Synopsis :

Un producteur, Julian Marsh (Alexander Hanson) lance ce qui sera son dernier spectacle sur Broadway. Mais au dernier moment, la star de la production , Dorothy Brock (Ria Jones) doit être remplacée par une simple choriste, Peggy Sawyer (Monique Young).

Un peu d’histoire : qu’est ce que la 42nd Street ?

 

Photo 42nd Street
© Théâtre du Châtelet – Marie-Noëlle Robert

 

Surnommée « la République du spectacle », la 42nd Street à New-York est un lieu mythique qui est au centre de l’histoire de la culture américaine. Jusqu’à la crise de 1929, c’est le lieu des grands théâtres humains où on peut côtoyer toutes sortes de spectacles de rue, entre strip-tease, combats de nains ou auteurs à sketches. A la 42nd Street, c’est le royaume des soirées peu onéreuses avec un spectacle qui coûte environ 4 dollars, avec en retour des artistes bohèmes payés au lance pierre.

Après une période compliquée qui suit la crise de 1929, l’âge d’or de la 42nd Street se termine dans les années 50. Le temps des revues et des cabarets est passé pour laisser la place aux spectacles plus chics de Broadway qui reflètent davantage l’idéal puritain de la nouvelle amérique. Aujourd’hui, l’âme de la 42nd Street s’est envolée. Elle n’est guère qu’une curiosité passée, qu’on surnomme désormais « le Caniveau » et qui laisse la place aux petites arnaques, sex-shops et aux dealers à la petite semaine, loin de l’auréole décernée quelques rues plus loin au quartier de Broadway, devenu le Tin Pan Alley ( dénomination attribuée pour désigner un lieu d’essor musical).

Cependant, le mythe de la 42ème rue Ouest reste ancré dans l’imaginaire populaire, notamment à travers le film 42nd Street de 1933 réalisé par Lloyd Bacon et Darryl F. Zanuck, puis de la comédie musicale à succès qui s’en suit.

Rendez-vous dans les pages suivantes de notre dossier !

Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.
Antoine Corte

Check Also

Carmen la Cubana - affiche

« Carmen La Cubana » (2016) de Christopher Renshaw

L’opéra de Bizet, le plus joué au monde, s’installe pour le mois d’avril au Théâtre …

ricky and the flash- affiche

5 actrices qui ont poussé la chansonnette

À l’occasion de la sortie sur les écrans de Ricky and the Flash (2015) de …

Un commentaire

  1. Il aurait été intéressant de citer également la version présentée par le Châtelet en décembre 1990 puisque ce dernier met à l’affiche pour la 2e fois en 1/4 de siècle cette comédie musicale.

    Pour info, les chansons « We’re in the Money et Getting Out of Town » figurent également dans la version scénique de cette comédie depuis la création à Broadway en 1980.

    Un certain nombre de chansons figurant dans la version scénique ne se trouvent pas dans la version cinématographique de 42nd street de 1933. Cependant, We’re in the Money et the Shadow Waltz figurent dans le film Gold Diggers of 1933 qui est en quelque sorte le prolongement de 42nd street.

Laisser un commentaire