//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] « Ma Vie de Courgette » (2016) de Claude Barras
Ma Vie de Courgette affiche

[CRITIQUE] « Ma Vie de Courgette » (2016) de Claude Barras

Après avoir été sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs, le film d’animation Ma Vie de Courgette de Claude Barras continue son très beau parcours en Festival en remportant le Cristal du long-métrage et le prix public à Annecy. Notre avis. 

Synopsis :

Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu’ils sont tendres. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même, être heureux.

 

Ma Vie de Courgette :
élan de solidarité chez les enfants maltraités

 

Ma Vie de Courgette image
© Ritaproductions

 

Ma Vie de Courgette est une adaptation du livre de Gilles Paris, Autobiographie d’une Courgette. Il met en avant la thématique singulière de la détresse et la maltraitance chez les enfants. Alors que de nombreux films traitent de la misère dans les centres d’accueil, comme par exemple Les 400 coups de François Truffaut ou les Choristes de Christophe Barratier, Ma Vie de Courgette fait le contrepied en mettant en avant la solidarité et la camaraderie au sein de ces lieux. Les enfants cohabitent, chacun avec leurs douleurs, et ils s’unissent contre un monde extérieur qui est menaçant.

Le scénario, écrit par Céline Sciamma, réalisatrice notamment de Bande de Filles (2014), est d’une extrême intelligence. Il met au centre du récit des éléments très durs : la mort, l’immigration, l’abandon, la perversité, et essaye de les transposer à destination d’un public jeune. Pas sûr que Ma Vie de Courgette soit vraiment un film pour enfant. Néanmoins, le réalisateur opte pour un point de vue didactique et très ordonné. Il nécessite pas à casser la continuité de sa mise en scène pour faire quelques apartés légères, notamment au travers d’un nid d’oiseaux logé dans un arbre de la cour du centre. L’intimisme de la dramaturgie transparait à travers de longs plans séquences donnant un rythme assez lent.

« Une simplicité dramatique qui finit par émouvoir »

Ma Vie de Courgette image
© Ritaproductions

 

On est dans une construction émotionnelle en ascension. On commence par des phases de présentation, plutôt drôles, où Courgette apprend à connaitre ses camarades. Puis, peu à peu, les personnages secondaires, adjuvants comme opposants, viennent donner du caractère au film. On retrouvera de la bienveillance chez la directrice du foyer ou encore chez le policier, seconde famille pour Courgette. On aura du rejet pour la tante de Camille qui souhaite récupérer sa nièce uniquement pour toucher des allocations. La simplicité finit par émouvoir dans Ma Vie de Courgette.

Ma Vie de Courgette image
© Ritaproductions

L’audace de ce film n’est pas uniquement sur le plan scénaristique mais transparait également sur le plan technique. Film français en stop motion, il a fallu énormément du travail et un savoir faire drastique pour venir à bout d’une soixantaine de décors et de plus de cinquante marionnettes. Même si le procédé a l’air artisanal face aux rendus du numérique, on est quand même impressionné par l’image extrêmement lumineuse.

Du côté de la musique, Ma Vie de Courgette fait appel à la compositrice Sophie Hunger qui posera notamment sa voix roque sur une reprise du titre Le Vent Nous Portera du groupe Noir Désir.  La partition est sensible grâce à suprématie de la guitare.

Ma Vie de Courgette est la petite perle d’animation franco-suisse qui montre à quel point ce type de film est capable d’inventivité.

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 19/10/2016
  • Distribution France : Gebeka Films
  • Film à partir de 8 ans

Check Also

Le magasin des suicides

[CRITIQUE] « Le Magasin des Suicides » (2017) par la compagnie Nandi

« Nous vous souhaitons un mauvais spectacle et bien sûr ne vous adressons pas le bonjour …

[CRITIQUE] « Baby Driver » (2017) : Edgar Wright à 200 à l’heure !

On savait qu’Edgar Wright en avait sous le capot. Mais avec son nouveau film Baby Driver, …

3 Commentaires

  1. dommage que ce film ne soit pas en version sous-titrée pour les malentendants!

  2. Bonjour ce film est un film Suisse…eh oui, la francophonie ne s’arrête pas à la France !

    • Bonjour,

      Merci pour votre remarque mais en réalité, le film est franco-suisse. Nous avons donc corrigé l’article en conséquence.

Laisser un commentaire