//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / INTERVIEW TV / [INTERVIEW] Manon Dillys et Sébastien Le Délézir (« Emma »)
emma-image-7
© Philippe Leroux / Mandarin Télévision / TF1

[INTERVIEW] Manon Dillys et Sébastien Le Délézir (« Emma »)

Nous avons eu la chance de rencontrer au Festival de la Fiction TV de La Rochelle 2016 Manon Dillys et Sébastien Le Délézir, les deux créateurs de la série Emma. Retour avec eux sur l’écriture de ce double épisode pilote et sur la création de cette série policière d’anticipation pour TF1.

Synopsis :

Emma Faure (Solène Hebert) est la nouvelle stagiaire du groupe dirigé par le commandant Fred Vitulo (Fred Vitulo), à la DPJ de Versailles. Très vite, la jeune femme montre des capacités hors norme. Si elle analyse sa première scène de crime avec une précision incroyable, son attitude en revanche surprend : rien ne semble en effet l’émouvoir, ni la déstabiliser. D’abord intrigué par ce comportement de plus en plus étrange, puis vite suspicieux, Fred apprend alors qu’Emma a été déclarée morte des mois auparavant. Demandant des comptes à sa hiérarchie, ce qu’il va découvrir dépasse l’entendement…

Suivant Prev

“On est parti d’une page blanche”

 

Bulles de Culture : Pourriez-vous nous décrire votre parcours en tant que scénariste ?

Sébastien Le Délézir : Moi, j’ai fait le CEEA puis j’ai travaillé sur la série Préjudices pour France 2 puis Plus Belle la Vie pendant un an et demi. Puis après des petites séries comme Chante !. Ensuite, on s’est retrouvé avec Manon. On a fait un Candice Renoir ensemble, un Joséphine, ange gardien, un Doc Martin pour arriver jusqu’à Emma.

Manon Dillys : Moi, ça fait plus de quinze ans que je suis scénariste. J’ai fait pas mal de séries policières, de Julie Lescaut à Candice Renoir. A un moment donné, j’ai bifurqué vers la comédie. J’ai travaillé sur Fais pas ci fais pas ça pendant quatre ans. J’ai aussi co-écrit un film de cinéma [NDLR : le film Les Reines du ring (2013) de Jean-Marc Rudnicki]. Et Emma est la première série que nous créons tous les deux.

Bulles de Culture : Emma n’est donc pas la première série que vous écrivez à deux ?

Manon Dillys : On est en couple, en fait.

Sébastien Le Délézir : On travaille ensemble.

Bulles de Culture : C’est pratique…

Les deux : Oui. (Rires)

Bulles de Culture : Alors parlons de la série Emma. Et pour commencer, pourquoi ce titre ?

Sébastien Le Délézir : Ce n’est pas nous qui avons eu l’idée originale du projet mais un autre auteur. Il avait commencé à le développer pour TF1 mais ça ne s’était pas très bien passé. Il n’était pas tombé d’accord car lui devait être plus science-fiction, je pense.

Manon Dillys : Et plus noir aussi. Ce n’était pas du tout développé de la même façon. Il a arrêté le développement et Gilles [NDLR : Gilles De Verdière, producteur chez Mandarin Télévision] a cherché des auteurs pour reprendre mais c’est vrai que le titre et le nom du personnage étaient là et on les a gardés.

Sébastien Le Délézir : Mais pour le reste, on est parti d’une page blanche.

“On voulait être crédible”

 

Bulles de Culture : Selon le dossier de presse, vous avez fait un gros travail de recherches autour de l’intelligence artificielle ?

Sébastien Le Délézir : On a lu pas mal de bouquins dessus parce qu’on voulait être crédible dans ce qu’elle pouvait faire et surtout dans sa relation avec Fred [NDLR : Fred Vitulo,  le personnage interprété par Patrick Ridremont]. On voulait que la relation avec Fred soit crédible et c’est marrant parce que tout ce qu’on avait fait instinctivement était juste.

Manon Dillys : On était évidemment dans les questionnements qui font aujourd’hui l’actualité et que l’on a approfondi ensuite en se documentant de manière plus pointue. Et on voit bien que ces derniers temps, il y a des avancées en matière d’intelligence artificielle qui sont impressionnantes. Le dernier en date, c’est un ordinateur qui a battu un homme au jeu de go.

Sébastien Le Délézir : Et on est parti du transhumanisme, de ce courant qui est beaucoup soutenu par Google qui fabrique des robots et dont l’objectif est : “chaque homme, un robot”. Nous, on est dans cette dialectique-là pour la suite.

Manon Dillys : En tout cas, ce sont ces questions-là qu’on va poser par la suite et qui nous intéressent.

Sébastien Le Délézir : Pourquoi Emma ? Pourquoi elle arrive là ? Comment elle a été construite et comment cela a été financé ?

Manon Dillys : Évidemment, ça ne nous a pas empêché de revoir tous les films de science-fiction pour se ré-imprégner de tout ce qui avait déjà été fait. Même si nous, notre univers n’étant pas de la SF [NDLR : la science-fiction], c’était un exercice avec moins de pression, une histoire plus singulière.

Bulles de Culture : La série suédoise Real Humans : 100 % humain a pu être une source d’inspiration pour Emma ?

Manon Dillys : Oui, Real Humans, c’était intéressant et d’autres séries qu’on a regardé.

Sébastien Le Délézir : Et même une série comme Almost Human qui est passé en deuxième partie de soirée sur TF1, c’était très SF, cela se passait en 2050 et il y a des trucs qui nous ont intéressé dedans.

Manon Dillys : Le robot, cela avait déjà été fait un million de fois. Et relire Asimov [NDLR : l’écrivain américain de science-fiction Isaac Asimov], ça a été passionnant et on a fait un hommage avec ces Trois Lois de la Robotique.

Sébastien Le Délézir : Celles-là, on voulait vraiment les citer, cela nous tenait à cœur.

Bulles de Culture : Et y-a-t-il eu un peu d’influence de la série suédo-danoise Bron/Broen ?

Sébastien Le Délézir : Oui, on l’a vu parce qu’au début, on a beaucoup travaillé sur le syndrôme Asperger pour la caractériser. En fait, quand on a commencé à bosser sur le projet, pendant deux mois, on n’a pas écrit, on a regardé, on a lu, on a maté plein de films…

Manon Dillys : Et Asperger, c’est forcément une référence pour Emma.

Sébastien Le Délézir : Surtout que dans le deuxième épisode, Fred Vitulo cherche un problème neurologique pour rassurer sa femme. Il faut que ce soit un petit peu crédible parce qu’il est quand même obligé de donner des explications à son entourage. Et pareil pour Nassim et Alex [NDLR : les coéquipiers Nassim Bendjani et Alex Gestaz de Varennes, interprétés respectivement par Slimane Yefsah et Sabrina Seyvecou].

Bulles de Culture : Et ça vous permet aussi d’accélérer le récit car elle dit souvent les choses directement…

Sébastien Le Délézir : Oui, on s’en sert évidemment.

Manon Dillys : Même si on ne veut pas qu’elle puisse tout déduire et aller au bout du raisonnement toute seule. Il faut qu’il y ait Fred.

“Ça nous plaît bien,
faites-nous lire un dialogué”

 

Bulles de Culture : Et comment a réagi à TF1 quand vous êtes arrivés sur le projet ?

Sébastien Le Délézir : Ils avaient abandonné le projet. On leur a refait une bible, une note d’intention d’une dizaine de pages et là, ils ont aimé et ils nous ont donné leur feu vert pour faire un pilote…

Manon Dillys : … en leur expliquant comment on écrirait la série…

Sébastien Le Délézir : … comment on voyait les personnages…

Manon Dillys : … ce qui nous intéressait dans les thématiques, ce qu’on développerait comme personnages. Et là, ils nous ont dit : “Ça nous plaît bien, faites-nous lire un dialogué”.

Sébastien Le Délézir : Et on a pu faire une version dialoguée comme on voulait.

Manon Dillys : Et quand ils ont eu le dialogué, ils ont adoré.

Sébastien Le Délézir : Et ils ont tout de suite demandé un deuxième pour voir s’il y avait vraiment une série. Et on a fait le deuxième et ils ont aussi beaucoup aimé. Et on a eu le feu vert pour le tournage.

Bulles de Culture : Comme vous êtes deux, comment vous vous répartissez les tâches ?

Sébastien Le Délézir : Ce n’est pas fixe. En fait, on écrit par strate. L’un fait une première version puis l’autre la deuxième puis l’autre la troisième puis la quatrième… que ce soit pour les arches, le synopsis, le séquencier.

Manon Dillys : On brainstorme quand même avant.

Sébastien Le Délézir : Oui, on vit ensemble donc on s’en parle beaucoup et tout le temps. Et comme on se connait très bien, il n’y a pas vraiment d’égo, enfin, pas beaucoup.

Manon Dillys : Oui, c’est un peu le principe qu’on avait dans l’équipe de la série.

Sébastien Le Délézir : L’idée par exemple que quand Emma vient d’autopsier le chat, elle dit “Ok, Emma, ok”, ça s’est une idée de Solène [NDLR : Solène Hébert, l’actrice qui interprète le personnage d’Emma Faure] et qu’on a prise lors d’une lecture.

Manon Dillys : Oui, elle a fait une blague en disant : “Ok, Emma, ok” et on l’a gardée car c’est drôle.

Sébastien Le Délézir : Mais ni les comédiens ni les producteurs n’ont lu ce qu’on a écrit pour la suite.

Bulles de Culture : Il y a donc eu une prépa avec les comédiens avant le tournage ?

Sébastien Le Délézir : Oui, on a eu deux-trois semaines de lecture avec les comédiens.

Manon Dillys : C’est vrai que pour eux, cela paraît toujours très, très court. Pour Solène Hébert spécialement parce qu’elle a eu quand même un gros travail physique et de jeu.

Sébastien Le Délézir : On a eu onze jours de tournage par épisode.

Manon Dillys : On n’a pas eu le temps de répéter les scènes mais on a eu le temps de faire une lecture avec tous les chefs de poste.

Sébastien Le Délézir : Et les comédiens se sont vus pas mal entre eux avant le tournage pour répéter.

Manon Dillys : Solène Hébert, c’est une bosseuse. Ce n’est pas le genre de comédienne à arriver sur le plateau en connaissant à moitié son texte.

Sébastien Le Délézir : Dans le deuxième épisode, quand elle cite toutes les molécules, c’est difficile. Et on en mettait beaucoup exprès.

Manon Dillys : Et c’est très rare les mots où elle savonnait.

“C’est un robot
qui rêverait d’être humain”

 

Bulles de Culture : Et comment avez-vous construit l’histoire d’Emma ? Vous avez d’abord travaillé vos personnages ?

Manon Dillys : Oui, la première étape, c’est quand même les personnages. Déjà, c’était qui on met en face du robot, quel personnage on met pour le duo. Et cela nous a semblé assez évident tout de suite de mettre un flic très empathique, très humain.

Sébastien Le Délézir : On a des amis flics qui sont comme ça et on s’est beaucoup inspiré d’eux.

Manon Dillys : Qu’il soit un papa poule, qu’il fasse à manger. Nous, nos copains ne sont pas dépressifs, alcooliques…

Sébastien Le Délézir : Ce n’est pas Olivier Marchal. (Rires)

Manon Dillys : Comme elle, elle doit apprendre les émotions, c’est quand même plus intéressant de la mettre face à un personnage qui est très empathique, très psychologue.

Bulles de Culture : Et le choix de faire une équipe composé de quatre policiers ?

Sébastien Le Délézir : Cela nous semblait important qu’il y ait d’autres flics mais qu’il n’y en ait pas trop parce qu’on veut pouvoir tous leur donner à manger sur les huit épisodes.

Bulles de Culture : Et c’était clair pour vous dès le départ que les deux autres flics ne saurait pas qu’elle est un robot ?

Sébastien Le Délézir : Oui et c’est ce qui fait le charme de la série. Si tout le monde le sait, il n’y aurait plus de série. Du coup, c’est jouissif comme quand dans le premier épisode, Fred Vitulo hallucine ou quand Nassim Bendjani qui est dragueur, lui dit : “J’adore ton humour”.

Manon Dillys : Fred, c’est vraiment la porte d’entrée du spectateur pour entrer dans la série. Les téléspectateurs savent que c’est un robot mais Fred n’est pas au courant pendant la moitié du premier épisode et quand il va découvrir ça, il va se dire “Putain”, tellement c’est énorme. Et le téléspectateur va se dire la même chose. Et après on va être en totale empathie avec Fred. Et le fait que les autres ne savent pas va créer une affinité entre les spectateurs et les personnages, plus les procédés comiques.

Et en même temps, Emma est curieuse de l’humanité. Elle a été programmée pour s’adapter, pour imiter et pour faire le plus humain possible. Du coup, elle est curieuse de base et elle cherche aussi à comprendre l’humanité et ça, c’est ce qui la rend attachante.

Sébastien Le Délézir : C’est un robot qui rêverait d’être humain.

Manon Dillys : Et ça nous donne le miroir de l’humanité.

Sébastien Le Délézir : Et quand Mila [NDLR : la fille de Fred Vitulo, interprétée par Lilly-Rose Debos] lui dit “Tu n’as pas de photos de toi, petite fille ?”, Emma se pose plein de questions. Parce qu’elles ont un peu le même âge, elle peut devenir une copine de Mila.

« Il ne faut pas
que ce soit Super Jaimie »

 

Bulles de Culture : Et j’ai beaucoup aimé vos citations d’Asimov, du sociologue français Pierre Bourdieu, d’études du FBI…

Sébastien Le Délézir : Asimov, on était un peu obligé. Bourdieu, on s’est lâché, on s’est fait plaisir.

Bulles de Culture : Dès le départ, vous saviez que vous ne joueriez pas sur les effets spéciaux ?

Sébastien Le Délézir : Oui parce que déjà, nous, on est pas vraiment SF donc ça nous intéressait pas. Et en plus, on connaît bien la télé française. Ça fait quand même, moi dix ans et Manon quinze ans, qu’on écrit et on sait très bien que ce n’est pas la peine de faire des effets spéciaux. Ça coûte une fortune et ça sera forcément raté.

Manon Dillys : On ne peut pas rivaliser avec les séries américaines ou les séries anglaises. Il fallait justement qu’on fasse notre truc à nous avec moins de moyens mais c’était une contrainte du coup très intéressante. C’est vraiment de l’anticipation : faire entrer l’extraordinaire dans la vie de tous les jours.

Sébastien Le Délézir : Il ne faut pas que ce soit Super Jaimie [NDLR : la série américaine Super Jaimie (1976-1978)]. Parce que si c’est Super Jaimie, c’est facile à faire.

“Les autres épisodes d’Emma
sont en cours d’écriture”

 

Bulles de Culture : Cela prend combien de temps pour écrire une série comme ça ?

Sébastien Le Délézir : Le premier épisode, on a mis 3-4 mois. On était sur d’autres projets en plus. Un épisode à deux, peut-être deux mois.

Bulles de Culture : En comptant les allers-retours avec la chaîne…

Sébastien Le Délézir : On a eu peu d’allers-retours avec la chaîne.

Manon Dillys : C’est vrai que la chaîne nous a fait particulièrement confiance.

Sébastien Le Délézir : Ils ne lisent qu’un synopsis au début et après, ils passent directement à la version dialoguée. Toute l’histoire du séquencier et tout, c’est fait entre nous avec la production mais la chaîne n’intervient pas. On gagne beaucoup de temps et ils ont un regard tout neuf sur la version dialoguée.

Bulles de Culture : Et au moment des lectures, il y a eu des modifications…

Manon Dillys : Bien sûr, d’une manière tout à fait normale. Et puis c’est vrai qu’il y a eu un énorme travail entre ce qu’on avait écrit et le passage à l’image. Et Alfred Lot [NDLR : le réalisateur de la série] a vraiment été le deuxième pilier de l’équipe pour savoir comment on va mettre ça en images et qui trouver dans les rôles. Et dans cet édifice qui s’est construit petit à petit, Alfred Lot nous a apporté beaucoup d’idées visuelles parce que ce n’est pas notre métier à la base. On avait des idées sur certaines choses mais on ne maîtrisait pas forcément tout et on était déjà beaucoup dans les personnages, dans l’écriture…

Sébastien Le Délézir : Il nous a apporté tout son savoir-faire, sa vision, son humilité car il n’a pas voulu se mêler d’écriture. Il nous a juste fait des remarques à chaque fois. La première fois qu’on l’a rencontré, on a déjeuné avec lui et là, on a tout suite commencer à se parler du bunker et il nous a dit : “Qu’est-ce que vous penseriez de ça et de ça ?” Et ça nous aide un regard neuf, surtout un regard de réalisateur qui a les images, qui sait ce que ça peut donner, qui voit, sent…

Manon Dillys : C’est toujours une interaction. C’est pareil quand les comédiens arrivent, on les voit jouer, ça nous inspire aussi pour d’autres choses. C’est toujours en mouvement et c’est toujours l’interaction du travail de chacun qui fait émerger l’ensemble final.

Bulles de Culture : Vous êtes donc restés impliqués jusqu’au bout…

Sébastien Le Délézir : Oui, on était sur le tournage quasiment tous les jours et Alfred Lot nous mêlait à toutes ses décisions. Parfois, on sentait que les intentions n’étaient pas forcément les bonnes parce que les comédiens… donc on passait par la scripte ou par Alfred. Sur une prise, on ne parlait jamais directement au comédien. Et c’est vraiment intéressant de travailler comme ça. En confiance et tout le temps en collaboration. Lui a collaboré sur nos textes, il nous a fait des remarques. Du coup, on a pu aussi lui faire des remarques sur le jeu.

Manon Dillys : Oui, on a discuté. C’est comme ça qu’on avance et qu’on progresse.

Bulles de Culture : Du coup, les autres épisodes sont écrits et ils ne restent plus qu’à tourner ?

Sébastien Le Délézir : Les autres épisodes sont en cours d’écriture. Il y en a cinq qui sont écrits, cinq premières versions, et il en reste trois à écrire.

Bulles de Culture : Donc vous les écrivez même si ce n’est pas sûr que TF1 valide la saison 1 ?

Sébastien Le Délézir : Oui, c’est le deal.

Manon Dillys : Oui, la commande a été passée une fois qu’on a écrit les deux premiers et là, c’est le seul risque que l’on prend.

Sébastien Le Délézir : Et on a pris d’autres auteurs pour nous aider pour la suite parce qu’on ne peut pas tous les écrire. On peut mais c’est long. On en écrira que quatre nous-même.

Propos recueillis au Festival de la Fiction TV de La Rochelle le 16 septembre 2016.

Suivant Prev

En savoir plus :

Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Check Also

festival de la fiction tv de la rochelle 2017 image le jury

Le palmarès du Festival de la Fiction TV de la Rochelle 2017

le Festival de la Fiction TV de la Rochelle a consacré cette année quatre jours …

Festival de la Rochelle 2017 affiche

Festival de la Fiction TV de la Rochelle 2017 : La programmation

Du 13 au 17 septembre, Le Festival de la Fiction TV de la Rochelle 2017 …

Laisser un commentaire