//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] « Jack Reacher : Never Go Back » (2016) d’Edward Zwick

[CRITIQUE] « Jack Reacher : Never Go Back » (2016) d’Edward Zwick

Dans Jack Reacher : Never Go Back d’Edward Zwick, l’acteur Tom Cruise endosse une nouvelle fois le costume du justicier solitaire, imaginé par le romancier britannique Lee Child. Notre avis sur ce deuxième opus.

Synopsis :

Le major Susan Turner (Cobie Smulders) est arrêtée pour trahison et Jack Reacher (Tom Cruise) ne reculera devant rien pour prouver l’innocence de la jeune femme qui dirige son ancienne unité. Ensemble, ils sont décidés à faire éclater la vérité sur ce complot d’État.

Jack Reacher : Never Go Back,
un début de film étonnant…

 

 

Adapté une première fois en 2012 par le réalisateur Christopher McQuarrie (Jack Reacher), le héros des romans de Lee Child est cette fois-ci transposé au cinéma par le réalisateur Edward Zwick (Le Dernier Samouraï, Blood Diamond). Et contrairement au classique du film d’action où dès les premières images, le spectateur est immédiatement plongé au cœur de l’action, l’histoire du film Jack Reacher : Never Go Back joue à notre grand étonnement plus sur la surprise que sur le suspense.

Ainsi, la première scène du film — la scène du bar visible dans le teaser ci-dessous — montre l’après. Quand nous pénétrons avec les forces de l’ordre dans un bar, un combat a déjà eu lieu et Jack Reacher attend calmement la suite de l’histoire.
De même, plus tard, quand Jack remonte les États-Unis en bus et en stop pour faire la connaissance du major Susan Turner, il arrive dans son bureau quand elle n’y est plus parce qu’elle elle a été arrêtée et accusée d’espionnage.

Mais si ce début de films, loin des standards habituels, surprend quelque peu, la suite de ce Jack Reacher : Never Go Back s’avère vite le récit on ne peut plus classique d’une course contre la montre pour prouver son innocence.

… mais une suite sans surprise

 

Si le producteur Tom Cruise a fait appel pour ces deux premiers Jack Reacher à deux réalisateurs plutôt intéressants (et qui sont aussi scénaristes), il est à regretter que Jack Reacher : Never Go Back ne soit pas plus inventif scénaristiquement et/ou visuellement vis-à-vis du genre. Efficace et sans surprise, il semble plus exister pour mettre en valeur Tom Cruise qu’autre chose.

Donc, rien d’étonnant à ce que le casting de ce Jack Reacher : Never Go Back soit si peu inspiré. Au côté d’un Tom Cruise en justicier solitaire et  surentraîné, l’actrice Cobie Smulders (How I Met Your Mother) est peu crédible dans le rôle d’un major de l’armée américaine.

Et si pour pimenter un peu la franchise, les auteurs du film ont introduit un personnage d’adolescente qui pourrait être la fille de notre héros, ce personnage, interprété par Danika Yarosh (Heroes Reborn), se révèle vite être le cliché de l’adolescente perdue mais aux dons cachés.

Enfin, depuis des acteurs comme Jack Nicholson dans Batman (1989) ou feu Alan Rickman dans Piège de cristal (1988), le méchant est souvent un personnage intéressant dans un film d’action. Et dans Jack Reacher : Never Go Back, celui interprété par l’acteur Patrick Heusinger (Gossip Girl) est hélas loin de soulever notre intérêt.

Bref, le long métrage Jack Reacher : Never Go Back est un petit film de série B sans surprise, plus adapté à une sortie DVD ou VOD qu’à une sortie en salles. Il est en tout cas très loin du niveau des films d’action (Mission Impossible, Edge of Tomorrow) que Tom Cruise nous a habitué.

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 19/10/2016
  • Distribution France :  Paramount Pictures France

Check Also

Ghost in the Shell affiche film

[CRITIQUE] « Ghost in the Shell » (2017) : Le transhumanisme olympien

Après Kristen Stewart dans Blanche-Neige et le chasseur (2012), Rupert Sanders met en scène Scarlett …

Blockbusters

Sorties cinéma 2017: 12 films américains blockbusters à voir

En 2017, l’Empire (Américain) contre-attaque! Les grosses franchises (de plus en plus nombreuses) sortent le grand …

Laisser un commentaire