//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “L’Attrape-Rêves” (2014) de Claudia Llosa
affiche-lattrape-rêves

[CRITIQUE] “L’Attrape-Rêves” (2014) de Claudia Llosa

Avec L’Attrape-Rêves (Aloft), Claudia Llosa signe son troisième long-métrage en s’appuyant sur un casting international composé de Jennifer Connelly, Cillian Murphy et Mélanie Laurent. Une plongée dans l’ésotérisme du Grand Nord. Notre avis sur le film. 

Synopsis :

À Nunavut, dans le Grand Nord canadien, Nana Kunning (Jennifer Connelly) consulte un guérisseur pour l’un de ses fils. Cette rencontre va bouleverser le cours de son existence. Vingt ans plus tard, son fils aîné (Cillian Murphy) part sur les traces de sa mère, accompagné d’une journaliste française (Mélanie Laurent). Nana est devenue guérisseuse aux confins du Cercle polaire…

L’Attrape-Rêves, sur fond de perte sensorielle

 

lattrape-reves-image
© D. R.

 

L’Attrape-Rêves est construit comme une longue utopie hors temps où les sens sont désarçonnés et la raison inexistante. Dès la première scène du film, on surnage dans un univers étrange semblable à celui de La Route (2009) de John Hillcoat. On comprend vite le travail très fin de la réalisatrice qui a décidé de miser sur un film au parfum ésotérique, tout en essayant paradoxalement d’ancrer son récit dans un réel douloureux.

 

Un casting touchant grâce notamment à Jennifer Connelly

 

lattrape-reves-image
© D. R.

 

Pour ce faire, Claudia Llosa façonne des personnages sur mesure qui vont constituer le cœur d’un récit construit sur deux temporalités. Nana est la protagoniste la plus intéressante, dégageant une humanité renversante dans son geste et son attitude. Elle a un instinct maternel très protecteur envers son fils handicapé, qui est montré dès les premières secondes du film lorsqu’elle choisit de laisser son fils à un guérisseur.

Côté acteurs, on est davantage touché par Mélanie Laurent qui sort encore une fois des sentiers battus pour livrer une prestations simple et efficace. Tout juste sortie de son film écologique Demain (2015), qu’elle co-réalisait avec Cyril Dion, elle est immergé dans un décor vierge et préservé.

Jennifer Connelly irradie le film d’un souffle de spiritualité. On gardera en tête longtemps la scène sur une sorte de “balançoire naturelle”, où elle se perd dans ses pensées profondes pendant qu’un drame arrive.

Un film inabouti

 

lattrape-reves-image
© D. R.

 

L’Attrape-Rêves aborde un panel de sujets très intéressant : le souvenir, le deuil, la croyance en une force supérieure. Néanmoins, on peut regretter que le film n’aille pas plus loin et n’arrive pas bien à donner de l’ampleur à l’ensemble de ces thématiques. Les connexions entre les histoires se font en réalité d’une manière peut-être trop subtile. De ce fait, il n’y a pas cet élan final d’émotions qu’on devrait pourtant avoir dans ce genre de récit.

Au final, L’Attrape-Rêves arrive à nous transporter dans un univers particulier mais nous laisse quelque peu sur notre faim.

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 26/10/2016
  • Distribution France : Jour2Fête
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Laisser un commentaire