//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / #Cannes2016 [CRITIQUE] « Moi, Daniel Blake » de Ken Loach, « Ma Loute » de Bruno Dumont
Moi Daniel Blake images-3
© Le Pacte

#Cannes2016 [CRITIQUE] « Moi, Daniel Blake » de Ken Loach, « Ma Loute » de Bruno Dumont

Que ce soit Moi, Daniel Blake (I, Daniel Blake) de Ken Loach ou Ma Loute de Bruno Dumont, on est sur des oppositions de classes sociales. On cultive nos différences et on méprise la personne qui ne vient pas du même milieu. Pour se raffermir, on n’oublie pas de ponctuer la soirée sur la terrasse du Palais du Festival au Mouton Cadet. 

Moi, Daniel Blake
Une caricature réussie

 

Moi Daniel Blake images-1
© Le Pacte

Synopsis :

Daniel Blake (Dave Johns) est contraint de faire appel à l’aide sociale à la suite de problèmes cardiaques. Son médecin lui a interdit de travailler mais les services sociaux lui donne l’obligation de rechercher un emploi sous peine de sanction. Daniel va croiser la route de Rachel (Hayle Squires), mère célibataire de deux enfants, prises dans l’engrenage des aberrations administratives de la Grande-Bretagne.

Ken Loach avait annoncé que Jimmy’s Hall (2014) serait son dernier film. Il n’a pas pu s’empêcher de continuer le cinéma pour revenir ce qu’il fait de mieux : Moi, Daniel Blake, un film résolument social.

Moi, Daniel Blake a cette particularité d’être terriblement émouvant. On y voit notamment Rachel allant jusqu’à la prostitution pour nourrir ses enfants, Daniel vendant ses effets personnels pour survivre. Les scènes sont extrêmement touchantes mais teintées d’un ton décalé, résolument comique. L’apprentissage de l’informatique par Daniel est atypique lorsque ce dernier croit qu’il faut mettre la souris sur l’écran pour faire bouger le curseur.

La performance de Dave Johns dans Moi, Daniel Blake est brillante, guidée par ses expériences dans le stand-up.

 

Moi Daniel Blake images-4
© Le Pacte

 

Dans Moi, Daniel Blake, On apprend énormément du contexte social en Grande-Bretagne. On prend conscience que l’être peut être complètement abandonné. Ils ne sont que des chiffres sur un ordinateur. Raisonnement en capitaliste, l’administration doit faire baisser à tous prix les taux du chômage et refusant le plus possible l’accès à l’aide sociale aux administrés.

Cette satire extrêmement efficace est tout de même assez caricaturale. Ken Loach est dans l’excès dans Moi, Daniel Blake perdant un peu de crédibilité.

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : inconnue
  • Distribution France : Le Pacte
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Check Also

    Fixeur photo

    [CRITIQUE] « Fixeur » (2016) de Adrian Sitaru

    Fixeur (The Fixer) est un film franco-roumain de Adrian Sitaru présenté en compétition du Festival …

    orpheline affiche film

    [CRITIQUE & CONCOURS] « Orpheline » (2016) d’Arnaud des Pallières

    Après son réussi Michael Kohlhaas sorti en 2013, Arnaud des Pallières nous revient avec son …

    Laisser un commentaire