//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] « Victoria » de Justine Triet (2016)
Victoria affiche

[CRITIQUE] « Victoria » de Justine Triet (2016)

Le cinéma français offre enfin un rôle mûr à Virginie Efira, quadra pulpeuse et sexy en plein chaos sentimental. Drôle et percutant, Victoria de Justine Triet est à voir absolument.

Synopsis :

Victoria Spick (Virginie Efira) est avocate. Lors d’un mariage, elle croise son ancien client Sam (Vincent Lacoste) et Vincent (Melvil Poupaud), un ami de longue date. Ce dernier, accusé d’agression sur sa compagne, lui demande de l’aide…

Victoria :
dépression nerveuse, version comique

 

Victoria image3__c_Ecce_Films
© Ecce Films

 

J’avais envie de faire le portrait d’une femme qu’on découvrirait progressivement, par différentes strates, et dont les problème sexuels seraient engloutis par d’autres choses.
— Justine Triet

Dans ce procès qui oppose Vincent à son amante hystérique, Victoria projette un peu d’elle-même, ses déceptions amoureuses, ses déboires sentimentaux (une liaison sulfureuse avec un magistrat), ses rencontres d’un soir peu concluantes avec des avatars sexuels. Et c’est là que tout se mélange, quand la distance est perdue.

L’avocate perd pied dans son travail au fur et à mesure que sa vie personnelle se délite. Victoria a besoin de parler. Or à ce stade, ni son psy ni sa voyante ne semblent lui apporter les clés de compréhension qui lui font défaut. Elle commet alors une faute professionnelle (parler à un témoin de la « victime ») qui la radie du barreau pendant six mois.

Cette période de rupture place Victoria face à elle-même. C’est la dépression, dans tout ce que cela confère de pathétique. Entre des relations toxiques (un ancien compagnon, un ami qui n’en est pas un) et des hautes responsabilités (deux petites filles à aimer), Victoria est seule et doit se rassembler.

Virginie Efira,
merveilleuse de sensualité

 

Victoria image2__c_Ecce_Films
© Ecce Films

 

Dans cette comédie de mœurs, Justine Triet n’y va pas de main morte sur la caricature : un dalmatien possessif devient témoin-clé d’une affaire sordide, des amants en crise s’entretuent en plein mariage, une communauté de blogueurs s’épanouit dans le lynchage personnel au nom de la liberté de création… rien ne va plus dans ce bas monde où tout vire à l’absurde.

Virginie Efira est merveilleuse de sensualité dans son rôle de femme à bout, et exploite pleinement le caractère décalé de toute situation.

Un couple improbable qui détonne

 

Victoria image__c_Audoin_Desforges
© Audoin Desforges

 

Victoria recroise Sam, qui s’installe chez elle et la portera à bout de bras le temps qu’elle se reprenne. Elle ne le voit pas, bien qu’il soit omniprésent dans son quotidien. Et puis un jour, elle le regarde. En plein procès, embrumée par l’alcool et les médicaments, Victoria prend conscience de la complicité naissante qui les unit.

Finalement, ce qui reste étrange, mystérieux et désirable, c’est ce qui est encore caché, prudent et presque vierge : Sam.

— Justine Triet

Une cougar et un jeunot ?

Une avocate et un ancien dealer ?

« Et pourquoi pas ? », se dit Victoria.

Justine Triet mise sur un couple insolite et des plus modernes, et croit en la romance. Victoria propose ainsi une vie alternative, une possibilité de bonheur rafraîchissante et qui fait fi de nos vies étriquées.

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 14/09/2016
  • Distribution France : Le Pacte

Check Also

Ava photo Léa Mysius

[INTERVIEW] Léa Mysius, réalisatrice de « Ava »: « Une volonté de réenchanter le monde »

Léa Mysius, 28 ans, vient de recevoir le prix SACD à la Semaine de la …

Ava critique photo Noée Abita

[CRITIQUE] « Ava » (2017), un tourbillon étonnant de densité

Ava, prix SACD de la Semaine de la Critique 2017, est le premier-long métrage de …

Laisser un commentaire