//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SERIES / [CRITIQUE] “Quarry” saison 1 de Michael D. Fuller et Graham Gordy

[CRITIQUE] “Quarry” saison 1 de Michael D. Fuller et Graham Gordy

Quarry de Michael D. Fuller et Graham Gordy est une adaptation de la série de romans éponyme de l’écrivain Max Allan Collins. Notre avis sur la première saison de la série télévisée diffusée sur OCS Choc en US+24.

Synopsis :

Au cœur des tensions de la guerre du Viêt Nam, Mac Conway (Logan Marshall-Green), un vétéran rejeté par sa famille, ses amis et diabolisé par le public et les médias, est recruté dans un réseau de criminels chargés de nettoyer les rives du Mississippi…

Quarry et le retour du Viêt Nam

Nuit dans les marais. Un homme, Mac Conway, surgit du bas de l’écran, ramasse une arme par terre, fait quelques pas vers inconnu qui se tient debout et immobile comme un personnage de jeu vidéo. Mac lui tire deux fois dans le dos puis s’avance vers sa victime, se penche pour le déplacer quand il croise le regard silencieux d’une grosse tortue terrestre. Flashback : Nous sommes en 1972. De retour du Viêt Nam, deux vétérans de la guerre, Mac et Hector (Jamie Hector), reçoivent un comité d’accueil houleux sous les yeux d’un mystérieux observateur.

Côté récit, comme la série Bloodline, Quarry débute par une scène mystérieuse et forte dont les épisodes suivant tâcheront probablement de relier peu à peu les fils ayant poussé le personnage principal à ce point de non-retour montré en ouverture.

Côté histoire, la série explore une nouvelle fois un moment traumatique de l’histoire américaine. Ici, c’est le retour des “héros” mal aimés de la guerre du Viêt Nam qui ne trouveront dans leur pays qu’indifférence et jobs mal payés. Embarqué par son frère d’arme Hector dans un réseau de tueurs à gages, Mac Conway va vite se retrouver dans un cercle de meurtres et de corruption dont il ne pourra plus se défaire.

Mais le veut-il vraiment ?

Ambiance sombre et moite

Dans une lumière stylisée et délavées, le réalisateur Greg Yaitanes (Dr House, Banshee) filme des corps qui se meuvent dans une ambiance sombre et moite. Toujours en sueur et la chemise ouverte, l’ancien tireur d’élite de l’armée, Mac, erre désillusionné et sans but depuis son retour au pays : sa femme, Joni (interprétée par Jodi Balfour), l’a trompé pendant son absence et la nouvelle femme de son père ne veut pas le voir. Sa solitude rejoint celle du tueur à gages queer, Buddy (interprété avec un certain plaisir par Damon Herriman), personnage fantasque et sensible.

Le point de rencontre de ces deux solitaires est Le Broker (interprété par le toujours très bon Peter Mullan), personnage trouble et maillon essentiel de ce réseau clandestin de tueurs.

Réalisation au top mais…

Accents, costumes, décors, véhicules, musiques jazzy et rock, moustaches… le réalisateur Greg Yaitanes et son équipe ont fait un gros travail de reconstitution des années 70 que le rendu cinématographique de l’image met très largement en valeur.

Hélas, la série Quarry a du mal à démarrer. Le choix des scénaristes Michael D. Fuller et Graham Gordy (scénaristes sur la série Rectify) de décrire les trajets d’un personnage perdu avec un rythme lent n’aide bien évidemment pas à faire avancer le récit.

Pourtant, les épisodes ne manquent pas de scènes spectaculaires, de coups de feu ou de course-poursuites, mais elles sont peu nombreuses et la série repose essentiellement sur le drame psychologique d’un personnage traumatisé par la guerre, accompagné cependant de fascinants et oniriques intermèdes (mi-rêves mi-cauchemars de Mac) sous l’eau d’une piscine. Cette série où on tue pour survivre (gagner sa vie ou sauver sa peau) tarde trop à révéler ses enjeux.

Bref,  malgré ses qualités indéniables de réalisation, les premiers épisodes de la première saison de Quarry ne nous ont pas vraiment convaincus mais séduiront peut-être les amateurs de polar plus patients.

En savoir plus :

  • Quarry est diffusé tous les samedis à 20h40 en US+24 sur OCS Choc à partir du 10 septembre 2016
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Laisser un commentaire