//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] #Deauville2016 : « Imperium » (2016) de Daniel Ragussis

[CRITIQUE] #Deauville2016 : « Imperium » (2016) de Daniel Ragussis

Le Festival du Cinéma Américain de Deauville rend hommage à l’acteur Daniel Radcliffe en projetant son dernier film Imperium de Daniel Ragussis. Bulles de Culture vous donne son avis sur ce film dans l’air du temps.

Synopsis :

Un agent du FBI (Daniel Radcliffe) infiltre un groupe de suprématistes pour empêcher un attentat.

 

Imperium, le terrorisme nazi

 

Imperium
© D. R.

 

Après Infiltrator (2016) de Brad Furman en ouverture du Festival du Cinéma Américain de Deauville, on se replonge dans un univers d’infiltré avec Imperium. Grande tendance dans le cinéma actuel, le danger terroriste est partout. Il l’est à nouveau de le film de Daniel Ragussis.

Pour autant, l’œuvre prend le contre-pied en ne parlant pas de terrorisme religieux, comme peut le faire Eye In The Sky de Gavin Hood, mais en traitant du fléau plus méconnu des crépuscules néo-nazis. En cela, Imperium réussit à nous emmener dans un univers sombre, dont les rouages font froids dans le dos. On découvre l’abomination des codes fascistes avec une ségrégation raciale inconcevables de nos jours poussant des individus à tuer au nom de la race aryenne.

Une mise en scène pas toujours intensive

L’enjeu est donc fort pour une mise en scène qui n’est pas toujours intensive. En effet, les scènes ne sont pas égales et on a du mal à être tenu en haleine durant tout le long. En particulier, l’installation de l’intrigue est un peu longue, surtout au moment de la préparation psychologique de l’agent principal en début de film précédent toute la partie infiltration.

La noirceur de Daniel Radcliffe

 

Imperium
© D. R.

 

L’attractivité du film est bien sûr Daniel Radcliffe. Celui qu’on prend toujours pour Harry Potter a pourtant fait bien du chemin depuis le jeune sorcier. L’acteur se constitue une carrière fournie de films plutôt indépendants avec des choix judicieux, comme dans le très juste Et Beaucoup Plus Si Affinités (2013) de Michael Dowse.

Dans Imperium, il signe une prestation très honorable en faisant ressortir une noirceur qu’on avait déjà vu dans Horns (2013) d’Alexandre Aja. Il garde cependant un petit côté juvénile qui peut gêner pour ce rôle charismatique qui demande de l’aplomb.

Imperium aura donc permis au Festival de rendre hommage très honorablement à Daniel Radcliffe, avec le prix du Nouvel Hollywood, tout en illustrant sa carrière par un film audacieux qui a totalement sa place à Deauville.

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : inconnue
  • Distribution France : inconnue

Check Also

[CRITIQUE] « Baby Driver » (2017) : Edgar Wright à 200 à l’heure !

On savait qu’Edgar Wright en avait sous le capot. Mais avec son nouveau film Baby Driver, …

The Circle affiche film

[CRITIQUE] « The Circle » (2017), l’avenir transparent

The Circle de James Ponsoldt est une dystopie adaptée du livre best-seller de Dave Eggers sur …

Laisser un commentaire