//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “Free State Of Jones” (2016), dans les coulisses troublantes de la Guerre de Sécession
FREE STATE OF JONES Affiche

[CRITIQUE] “Free State Of Jones” (2016), dans les coulisses troublantes de la Guerre de Sécession

Free State of Jones de Gary Ross est un drame historique qui plonge le spectateur en plein Mississippi, dans l’envers du décor de la Guerre de Sécession. L’occasion pour Mathew McConaughey de nous présenter son accent sudiste dernier cri dans le rôle de Newton Knight, véritable révolutionnaire totalement oublié des livres d’Histoire.

Synopsis :

En pleine guerre de Sécession, Newton Knight (Mathew McConaughey), courageux fermier du Mississippi, prend la tête d’un groupe de modestes paysans blancs et d’esclaves en fuite pour se battre contre les États confédérés. Formant un régiment de rebelles indomptables, Knight et ses hommes ont l’avantage stratégique de connaître le terrain, même si leurs ennemis sont bien plus nombreux et beaucoup mieux armés…

Robin du Bayou

 

 

Free State of Jones explore les coulisses de la Guerre de Sécession en mettant à mal les livres d’Histoire. Scrupuleusement basé sur des faits documentés, le film raconte la vie de Newton Knight, un déserteur sudiste qui trouve refuge dans le bayou du Mississippi aux côtés d’esclaves en fuite et d’autres déserteurs de plus en plus nombreux.

Las de l’injustice et des inégalités, Newton va se rebeller contre l’armée des confédérés en devenant une sorte de “Robin du Bayou”. Il prend aux riches exploitants et redistribue à sa communauté multiethnique grandissante. Ensemble, ils finiront par reconquérir trois comptés en s’autoproclamant État Libre avant de devoir battre en retraite, n’ayant pas reçu le soutient des nordistes.

 

L’Histoire américaine, revue et corrigée

 

 

L’histoire déjà surprenante de Free State of Jones prend un tournant encore plus déconcertant dans le dernier tiers du film, une fois la guerre terminée. Dans les livres scolaires, la fin de la Guerre de Sécession marque l’abolition définitive de l’esclavage. Mais la réalité qu’expose le film est toute autre.

À peine le traité de paix fut-il signé que les riches exploitants retrouvèrent leurs domaines et y rétablirent aussitôt l’esclavage au moyen d’iniques lois locales. Et avec le retrait des troupes fédérales, les terribles factions du Ku Klux Klan réprimèrent sauvagement toutes formes de résistance.

Free State of Jones corrige l’histoire et va même plus dans le film (à travers certains flash forward intriguants) pour montrer que les États-Unis sont loin d’avoir régler leurs problèmes raciaux qui affectent encore aujourd’hui profondément la société américaine.

Free State of Jones, un film trop noir et blanc

 

 

L’histoire de Free State of Jones est percutante, mais la dramaturgie l’est un peu moins. Les personnages ont des positions trop facilement définies. Et face au poids de l’Histoire dans le récit, il ne reste que très peu de places pour faire vivre les quelconques doutes et questionnements intérieurs de ces protagonistes.

Pas assez de gris donc dans ce film qui n’a pas la prétention d’un 12 Years a Slave (2014) de Steve McQueen. Mais le film s’attaque tout de même à l’Histoire, avec un grand H, et à travers cette véritable exploration du passé, certains faits importants réapparaissent. En voyant le combat de ces pauvres fermiers et esclaves sudistes face à l’armée et aux riches exploitants/esclavagistes, c’est en fait une véritable lutte des classes qui est en jeu.

Le Free State of Jones est une véritable révolution américaine à petite échelle où il est question d’égalité des droits de l’Homme mais aussi d’égalité des classes. Les 99% de pauvres qui renversent les 1% de riches ! Comme l’en témoigne les principes même de cet État Libre qu’énonce Newton Jones, son fondateur :

Principe numéro un : aucun homme ne doit rester pauvre pour qu’un autre puisse s’enrichir.
Principe numéro deux : aucun homme de doit dicter à un autre sa raison de vivre ou sa raison de mourir.
Principe numéro trois: ce que tu sèmes dans le sol et ce que tu entretiens, personne ne peut te le prendre.
Et principe numéro quatre: tout homme est un Homme. Si tu marches sur deux jambes, tu es un homme. C’est aussi simple que ça.

Newton Jones avait compris que le problème racial aurait pu être régler par l’unification des classes. Une compréhension pertinente de la société qui fait encore défaut à ce jour.

 

 

Free State of Jones révèle une partie sombre de l’Histoire américaine et apporte une connaissance plus approfondie du passé américain. Le film manque tout de même de complexité et d’ouverture pour vraiment captiver le spectateur tout le long du film — qui dure tout de même 2h19. Mais les faits sont tellement sidérants qu’on ne peut décrocher de ce chapitre si dramatique et violent de l’Histoire américaine.

Quand le cinéma est plus instructif que les manuels scolaires, on ne regrette pas les bancs de l’école. Et puis les bons fauteuils rouges, c’est plus confortable.

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 14/09/2016
  • Distribution France : Metropolitan FilmExport
Emilio M.

Emilio M.

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Passionné de films et de séries, made in USA et d’ailleurs…

TOP 3 Films récents : "The Revenant" (2015), "Sicario" (2015), "Boyhood" (2014)
TOP 3 Séries : "The Wire" (2002-2008), "The Office" (US) (2005-2013), "Louie" (2010-...)
Emilio M.

Check Also

sélection des sorties cinéma du mercredi 30 août 2017 image

Notre sélection des sorties cinéma du mercredi 30 août 2017

Petit paysan, Le Prix du succès, Wind River, Gabriel et la montagne, Le Veuf, Bonne …

sélection des sorties cinéma du mercredi 23 août 2017 image 1

Notre sélection des sorties cinéma du mercredi 23 août 2017

120 battements par minute, Les Proies, Profession Magliari, Hitman & Bodyguard, Mort à Sarajevo et …

Laisser un commentaire