//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] #Deauville2016 : « Eye in the Sky » (2015) de Gavin Hood
Eye in the sky affiche

[CRITIQUE] #Deauville2016 : « Eye in the Sky » (2015) de Gavin Hood

Opération Eye in the Sky de Gavin Hood est un nouveau « film de drone » avec Helen Mirren, Alan Rickman et Aaron Paul. Présenté à Deauville, le film sort directement en e-cinema. Et quand la guerre s’invite dans votre salon, mieux vaut savoir où l’on met les pieds… Notre avis. 

Synopsis :

Le colonel Katherine Powell (Helen Mirren), officier du service d’espionnage, est placé aux commandes d’une opération top-secrète impliquant plusieurs nations. Un groupe de terroristes réfugié à Nairobi doit être capturé ; les services secrets découvrent que le groupe prépare une attaque suicide. Le risque est imminent, il faut agir très vite pour stopper les terroristes coûte que coûte. Dans une base du Nevada, Steve Watts (Aaron Paul), pilote de drones, est prêt à intervenir pour éliminer la menace. Une petite fille entre dans la zone de tir… Entre dommages collatéraux et pressions politiques, sauront-ils prendre la bonne décision ?

Eye in the Sky, Le nouveau visage de la guerre…

 

 

Opération Eye in the Sky suit le déroulement d’une opération militaire britannique au Kenya pour débusquer une cellule terroriste préparant une nouvelle attaque meurtrière. Avec une narration en temps réel, le film jongle entre les points de vue des différents intervenants éparpillés à travers le monde. Car dans la guerre contre le terrorisme, les chaînes de commandement se retrouvent éclatées entre les différents pays de la coalition internationale.

Du pilote de drone dans le Nevada au Ministre de la Défense britannique à Londres en passant par l’agent infiltré au Kenya, la Secrétaire d’État américaine à Washington ou encore le Misistre des Affaires Étrangères anglais en déplacement diplomatique en Chine, tout le monde est connecté en temps réel dans une opération militaire plus high-tech que jamais.

Opération Eye in the Sky fait ainsi une démonstration des technologies modernes utilisées pour ces nouvelles mission. Il y a le fameux drone, évidement, cet œil dans le ciel qui peut aussi faire gronder la foudre à tout instant. Puis il y a les gadgets moins connus, plus intrusifs et discrets pour observer les terroristes, comme ces minuscules caméras volantes télécommandées prenant la forme camouflée d’un petit oiseau ou même d’un bourdon.

Mais ces technologies militaires ont beau être de plus en plus efficaces, la guerre n’y gagne pas plus de sens ou de cohérence, bien au contraire…

… et son inexorable absurdité

 

 

Sous son nouveau visage high-tech et libérée des frontières, la guerre n’a jamais été si insensée. C’est du moins ce que nous expose la trame de Opération Eye in the Sky, et ce de manière assez emphatique. Le réalisateur Gavin Hood (Mon nom est TsotsiX-Men Origins: Wolverine) dénonce l’absurdité de la guerre à travers un scénario de Guy Hibbert un peu trop simpliste mais néanmoins efficace.

La majeure partie de la dramaturgie est consacrée au récit en temps réel de l’opération. Les enjeux sont ainsi simplifiés, et ce sont surtout les personnages qui en pâtissent par leur manque de profondeur, malgré l’honnêteté des acteurs. Helen Mirren (The Queen, Dalton Trumbo) est une colonelle aveuglée par sa détermination à remplir sa mission (après six ans de traque limite obsessive), Aaron Paul (Breaking Bad) est un pilote de drone intègre et humaniste, Jeremy Northam (Tournage dans un jardin anglais) est un Ministre de la Défense incapable de prendre une décision, etc., etc.

Les personnages n’ont ainsi aucune véritable complexité. Ils sont des caricatures des rôles qu’ils doivent tenir dans cette réflexion/critique de la guerre un peu trop appuyée, avec une moralité qui évite de justesse un trop grand conformisme. Mais au moins le message est clair: aucune technologie de pointe, aucune loi, aucun protocole, aucune personne ne peut abroger le fameux prix de la guerre. Et à partir du moment où l’Homme s’en prend à l’Homme, l’absurdité n’est jamais loin.

À la mémoire d’Alan Rickman

 

 

Opération Eye In The Sky est le dernier film d’Alan Rickman, décédé en Janvier 2016. Cet acteur d’exception a marqué plusieurs générations de cinéphiles à travers des rôles plus cultes les uns que les autres, de Hans Gruber (Die Hard) à Severus Snape (Harry Potter).

C’est sans surprise qu’il tire ici son épingle du jeu avec une prestation impeccable et toujours aussi enthousiasmante. Dans le film, il interprète un Lieutenant Général travaillant au ministère pour assurer la liaison entre le corps militaire et le gouvernement civil. Comme les autres personnages du film, ce chef militaire aurait pu finir en cliché. Mais pas avec Alan Rickman. L’acteur shakespearien insuffle un flegme particulier à son personnage qui exprime une ambivalence originale avec ce qu’il faut d’humour pour s’accorder à l’absurdité dépeinte dans le film.

Et pour son dernier rôle à l’écran, Alan Rickman tient le mot de la fin dans l’ultime réplique du film : « Never tell a soldier that he doesn’t know the cost of war ». Le prix de la guerre, un soldat le connait très bien. Mais la société civile embringuée dans la guerre contre le terrorisme à distance semble s’en être détachée. Tout le message du film tient dans ces quelques mots, et il fallait un acteur de la trempe d’Alan Rickman pour sortir une telle réplique avec toute l’aisance et l’aplomb d’un homme au charisme et au swag inimitable.

RIP Alan Rickman…

Opération Eye in the Sky dénonce l’absurdité de la guerre de manière un peu appuyée mais avec une certaine efficacité. Helen Mirren s’approprie le rôle du Colonel avec une détermination frisant l’obsession, d’autant plus que le rôle était initialement (et plus conventionnellement) écrit pour un homme. Mais c’est bien Alan Rickman qui marque les esprits dans son ultime second rôle.

Le film n’est donc pas sans intérêt, mais dans le genre, on préfère la complexité de Good Kill d’Andrew Niccol. Un film moins satirique et plus subtil. Et vu que Opération Eye in the Sky sort directement en e-cinema, vous pouvez déjà vous organiser une « Soirée Drone » en double séance et comparer par vous-mêmes ces deux films qui ne manquent pas de pertinence.

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France en e-cinema: 09/09/2016
  • Distribution France : UGC Distribution

Check Also

L'amant double affiche film

Cannes 2017 « L’amant double » (2017), le cinéma français content de lui par François Ozon

L’amant double de François Ozon a été présenté vendredi en Compétition du 70ème Festival de …

Affiche Mobile Homes film

[Cannes 2017] « Mobile Homes » (2017) : Vladimir de Fontenay, un jeune réalisateur à suivre

Mobile Homes est le premier long-métrage de Vladimir de Fontenay, jeune réalisateur français installé aux …

Laisser un commentaire