//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] #Deauville2016 « Brooklyn Village » (2016), Grand Prix du Jury
brooklyn-village affiche

[CRITIQUE] #Deauville2016 « Brooklyn Village » (2016), Grand Prix du Jury

Brooklyn Village (Little Men) d’Ira Sachs aura été choisi par le jury du Festival de Deauville 2016, présidé par Frédéric Mitterrand, après une semaine de compétition acharnée. Bulles de Culture vous donne son avis sur le film. 

Synopsis :

Une famille de Manhattan hérite d’une maison à Brooklyn, dont le rez-de-chaussée est occupé par la boutique de Leonor, une couturière latino-américaine. Les relations sont d’abord très cordiales, notamment grâce à l’insouciante amitié qui se noue entre Tony (Michael Barbieri) et Jake (Theo Taplitz), les enfants des deux foyers. Mais le loyer de la boutique s’avère bien inférieur aux besoins des nouveaux arrivants. Les discussions d’adultes vont bientôt perturber la complicité entre voisins.

Une Amérique du quotidien

 

Brooklyn Village image
© D. R.

 

Brooklyn Village est le portrait parfait d’une Amérique du quotidien au coeur d’un quartier new-yorkais. Ira Sachs décide de poser sa caméra et de filmer paisiblement les péripéties entre les jeunes protagonistes.

Le film ressemble énormément au film Boyhood (2014) de Richard Linklater. Il parle avec légèreté de la jeunesse en faisant un focus sur l’évolution de ses personnages. A l’écran, on est dans une sobriété exemplaire laissant part à la réflexion.

Ira Sachs sublime certains plans avec l’aide d’une musique récurrente qui se marie parfaitement bien à l’état général du film. On remarque particulièrement les scènes de vélos où le champ de caméra suit le mouvement, laissant le paysage d’arrière plan défilé.

Brooklyn Village,
une histoire touchante
sur le thème du choix

 

Brooklyn Village image
© D. R.

 

Brooklyn Village est aussi une histoire touchante sur le thème du choix : le choix d’une amitié, le choix d’un avenir professionnel… Bravant les limites des barrières sociales, le film est d’un optimisme exceptionnel démontrant que la jeunesse peut vivre de ses rêves.

L’amitié des deux protagonistes est également très bien abordée. Inspirés de films tels que Et pourtant nous sommes nés (2008) et Bonjour (1959), deux longs métrages de Yasujirô Ozu, le réalisateur et son scénariste, Mauricio Zacharias, ont créé pour les deux enfants, têtes d’affiche de Brooklyn Village, une bulle aussi solide qu’il est impossible de la percer pour leurs parents.

Cette solidité est également le maître mot d’un film dont on ne regrette absolument pas qu’il soit mis en lumière par un Grand Prix à Deauville.

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 21/09/2016
  • Distribution France : Version Originale / Condor

Check Also

[CRITIQUE] « Baby Driver » (2017) : Edgar Wright à 200 à l’heure !

On savait qu’Edgar Wright en avait sous le capot. Mais avec son nouveau film Baby Driver, …

The Circle affiche film

[CRITIQUE] « The Circle » (2017), l’avenir transparent

The Circle de James Ponsoldt est une dystopie adaptée du livre best-seller de Dave Eggers sur …

Laisser un commentaire