//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “Star Trek Sans limites” (2016), no man’s sky
Star Trek Sans Limites affiche

[CRITIQUE] “Star Trek Sans limites” (2016), no man’s sky

Star Trek Sans limites (Star Trek Beyond)  de Justin Lin : pour le 50e anniversaire de la série mythique Star Trek, le 13e film et 3e reboot de la saga poursuit le travail initié en 2009 par J.J. Abrams, en confiant au passage la réalisation au furieux Justin Lin. Fast enough?

 

Synopsis :

Une nouvelle aventure attend l’équipage de l’USS Enterprise aux frontières de l’inconnu et de l’espace. Cette fois, ils vont devoir secourir une planète et son peuple en danger. Mais cet appel va mettre en danger non seulement un équipage fatigué et en plein doute mais également la Fédération toute entière …

Star Trek Sans limites :
reboot forever

 

Star Trek Sans Limites image 1
© Paramount Pictures France

 

Disons le tout de suite, la série Star Trek se cherche toujours au cinéma. Elle l’a d’ailleurs toujours fait. Pied de nez ou paradoxe de la ligne narrative, il n’en reste pas moins que cet ultime épisode, Star Trek Sans limites,  ravira les fanboys mais ennuiera quelque peu les amateurs ou novices de science fiction, ayant l’impression d’une surenchère visuelle sur une histoire courue d’avance où les gentils gagnent et les méchants meurent.

Attention :
Un premier degré peut en cacher un autre

 

Star Trek Sans Limites image 2
© Paramount Pictures France

 

Mais rester sur une lecture premier degré serait dommageable à quiconque aime aller plus loin dans les confins du sens critique. Pour commencer, avec Star Trek Sans limites, les scénaristes Simon Pegg et Doung Jung ont eu la difficile tâche de réconcilier les fanboys de la première heure et d’en séduire les nouveaux. Exit donc les intrigues tordues et sans queue ni tête des deux premiers reboots.

Ici, la narration se concentre sur une (énième) mission piégeuse (comme d’habitude) et une ligne narrative claire : sauver un peuple et sa planète. Mais le premier acte de Star Trek Sans limites détonne : pointe d’humour, personnages plus attachants, les scénaristes se paient même le luxe de ralentir l’action pour poser un peu plus en profondeur les personnages, leurs doutes et leurs questions quant à leur avenir.

Certes, Kirk (Chris Pine) doutant de son envie de poursuivre ses missions et las de son boulot, on peine à y croire complètement, l’âge du comédien n’aidant pas… Mais il faudra attendre la fin des péripéties pour voir se dessiner les réponses aux questions existentielles. Classique mais efficace.

Un clasico du genre

 

Star Trek Sans Limites image 3
© Paramount Pictures France

 

Classique aussi, la surenchère visuelle de Star Trek Sans limites. Car il est vrai qu’une fois l’intrigue lancée, les réflexions philosophiques passent au second plan. Le rythme suit les clasicos du genre, les effets visuels aussi.

A ce titre, mention spéciale pour les 20 minutes de l’attaque de l’USS Enterprise, aussi impressionnantes que palpitantes !

Osons toutefois un parallèle entre Star Trek Sans limites et le nanar de l’été, Independance Day : Resurgence (2016), qui reprend les codes visuels de ce passage (à moins que ce ne soit le contraire) dans l’ultime attaque du vaisseau-mère. Il se dit dans les milieux autorisés qu’Hollywood serait en manque de créativité.

A voir la pauvreté des blockbusters de cet été, on peut sérieusement se poser la question…

Des thématiques
(enfin) nouvelles et actuelles

 

Star Trek Sans Limites image 4
© Paramount Pictures France

 

L’originalité de série Star Trek reposait en partie sur l’affrontement et les échanges d’idées. Il est vrai que si l’on s’en tient aux images, les propos de  Star Trek Sans limites demeurent largement sous-dimensionnés.

Pourtant, Pegg et Jung ont réussi à y inclure une thématique – poussive diront certains – mais ô combien actuelle : l’affrontement des individualismes (celui de Krall Vs celui de la Fédération). L’issue ne peut qu’être humaniste, à savoir la gouvernance des différences au profit de la richesse des échanges et des cultures, celle qui permet aux humains de se tourner vers l’avenir et l’infini.

A l’heure où le Monde se cherche de nouvelles utopies, il est plutôt bon signe que les studios aient laissé filtrer l’idée. D’autant qu’elle est questionnée en second plan par celle de la frontière, thématique éminemment américaine depuis la naissance de cette nation.

Faut-il, doit-on toujours repousser les recherches (scientifiques, technologique, intérieures, …) au point de risquer de se perdre et de perdre de vue ce qui fait l’essence même de l’humanité ?

A ces questions, ce 13e opus tente de poser les bases d’un nouvel avenir en y répondant : il ne s’agit pas tant de se battre et d’envoyer une force armée aux-dites frontières (et donc d’y aller avec le sceau de la peur) que de raffermir notre esprit d’explorateur et notre curiosité insatiable.

Cliquer sur le dossier pour afficher le spolier de Star Trek Sans limites

Les bases d’un renouveau

 

Star Trek Sans Limites image 5
© Paramount Pictures France

 

Quel est l’avenir désormais de la franchise Star Trek au cinéma ?

Star Trek Sans limites n’y répond que très partiellement. Visuellement, il n’y a rien à dire. Elle arrive aujourd’hui à une maturité que les trois reboots ont su faire émerger, malgré la mollesse ou le manque d’identité de Justin Lin sur ce coup-là. Tout au plus reconnaît-on sa patte sur la séquence rock qui permet…

Cliquer sur le dossier pour afficher le spolier de Star Trek Sans limites

Les comédiens y ont aussi trouvé leur place, même si l’on pourra reprocher un manque d’enjeux et surtout de conflits personnels (que le premier reboot avait pourtant posé). Pegg et Jung semblent avoir mis tout le monde d’accord, les “Trekkies” comme les novices, quant à la qualité narrative de la série au cinéma.

Pourtant, impossible de voir se dessiner une direction pour l’instant, malgré la confirmation du 14e film par le studio récemment. Il faudra sans aucun doute attendre la diffusion de la série Star Trek Discovery sur CBS.

Début de réponse donc en janvier 2017 !

On a hâte d’y être, mais la comparaison TV avec les récentes séries Battlestar Galactica et The Expanse dans un autre registre va être rude.

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 17/08/2016
  • Distribution France : Paramount Pictures France
Denis Tison

Denis Tison

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
En général, céréales de séries d'animation au petit-déjeuner, un bon carpaccio des séries du moment le midi, et un bon pot-au-feu de cinoche bien dramatique pour s'endormir.

TOP 3 Cinéma : "Les Enfants du Paradis" (1945), "La vie est belle" (1946), "Révélations" (1999)
TOP 3 TV : "The Wire" (2002-2008), "Deadwood" (2004-2006), "Les Soprano" (1999-2007)
TOP 3 Littérature : Tout Balzac, Trilogie Henry Miller "Sexus, Plexus, Nexus", Tout Stendhal
Denis Tison

Check Also

sélection des sorties cinéma du mercredi 13 septembre 2017 image Le Redoutable, Mother !, Nos Années Folles, Barry Seal : American Traffic, Mary et Les Grands Esprits

Sorties cinéma du mercredi 13 septembre

Quel film voir cette semaine ? Le Redoutable, Mother !, Nos Années Folles, Barry Seal …

Ghost in the Shell affiche film

[CRITIQUE] “Ghost in the Shell” (2017) : Le transhumanisme olympien

Après Kristen Stewart dans Blanche-Neige et le chasseur (2012), Rupert Sanders met en scène Scarlett …

Laisser un commentaire