//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] « Dieu seul le sait » (1957) de John Huston en version restaurée
Dieu seul le sait affiche

[CRITIQUE] « Dieu seul le sait » (1957) de John Huston en version restaurée

Six ans après le mémorable duo Humphrey Bogart/Katharine Hepburn dans La reine africaine (1951), le cinéaste John Huston récidive avec Robert Mitchum et Deborah Kerr dans Dieu seul le sait (Heaven knows, Mr Allison, 1957). L’aventure est une nouvelle fois au rendez-vous pour notre plus grand bonheur de cinéphiles.

 

Synopsis :

Seul rescapé d’un torpillage survenu pendant la guerre du Pacifique, le caporal Allison (Robert Mitchum) débarque sur une île qu’il croit déserte. A son grand étonnement, il y découvre sœur Angela (Deborah Kerr), l’unique survivante d’une mission catholique, détruite par les bombardements japonais. Parmi les problèmes que les deux « robinsons » doivent affronter, ceux que posent leur étrange cohabitation ne sont pas les moindres puisque l’armée japonaise s’installe à son tour dans l’île…

 

Dieu seul le sait  :
Un duo que tout oppose
dans un milieu exotique et hostile

 

Dieu seul le sait image 3
© Les Acacias

Un radeau perdu au milieu de l’océan. Est-il vide ? Il vogue en tout cas au gré des flots alors que les cartons du générique du long métrage Dieu seul le sait se succèdent sur l’écran. Une plage à l’horizon et voilà enfin un corps qui émerge de la frêle embarcation. Ce corps est celui de l’acteur Robert Mitchum, le visage mal rasé, le corps fatigué et habillé en tenue militaire.

L’histoire se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale et nous sommes non loin des côtes japonaises, pays alors en guerre contre les américains. Aussi, en débarquant sur l’île, le caporal Allison, le personnage interprété par Robert Mitchum, est aux aguets. Il rampe pour s’approcher d’un village avant de se redresser peu à peu au fur et à mesure de son avancée dans ce village qui s’avère au final désert. C’est ensuite au pied d’une église nichée un peu plus haut qu’il voit émerger Deborah Kerr en bonne sœur et seule habitante de cette île déserte.

Dans le long métrage Dieu seul le sait, le cinéaste John Huston place une nouvelle fois un duo que tout oppose dans un milieu exotique et hostile. Ici, une sœur Angela, interprétée par Deborah Kerr, n’a pas encore prononcé ses vœux et va devoir vivre cachée et dans la promiscuité avec un soldat.

Avec cette situation de départ comme source de conflits par excellence, Dieu seul le sait oscille entre comédie et suspense. Le duo va devoir faire cause commune pour échapper au danger que représente alors l’armée japonaise et sa présence soudaine sur l’île.

Cinéaste et scénariste talentueux

 

Cinéaste de talent, John Huston nous réserve dans ce Dieul seul le sait de très beaux moments de cinéma dont :

  • L’arrivée du caporal Allison sur l’île au début du film avec le corps de Robert Mitchum adoptant plusieurs postures pour se mouvoir dans l’espace (couché, debout, rampant).
  • La scène du premier débarquement des japonais qui tirent dans tous les sens pour s’assurer qu’ils ne restent plus personne sur l’île. Tapis dans une grotte avec le caporal Allison et la sœur Angela, nous ne voyons pas mais entendons l’avancée hors-champ des soldats japonais avec le risque et le suspense afférent qu’ils ne découvrent « notre » cachette.

De même, scénariste confirmé — le film est co-écrit avec le scénariste John Lee Mahin (Scarface, Quo Vadis) —, John Huston ne se contente pas de symboliser dans Dieul seul le sait l’ennemi dans un flou collectif et indéfini. À la faveur de scènes à suspense où le caporal Allison se faufile dans le camp ennemi, le réalisateur nous montre quelques scènes de vie : le jeu, le saké, le rituel du lever du drapeau…

Une très belle aventure cinématographique

 

Dieu seul le sait image 1
© Les Acacias

Enfin, Dieul seul le sait nous rappelle une époque où les cinéastes savaient prendre leur temps. Ainsi, John Huston n’hésite pas à dilater le temps, à laisser la tension monter et à multiplier les obstacles sur le parcours des personnages principaux. A titre d’exemple, la visite la nuit du caporal Allison au camp japonais pour trouver de la nourriture en est ainsi un bel exemple. Il passera toute une nuit à attendre le bon moment pour repartir.

Bref, méconnu, le film Dieul seul le sait de John Huston est une très belle aventure cinématographique à redécouvrir en salles.

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 17/08/2016
  • Distribution France : Les Acacias

Check Also

adieu mandalay affiche

[CRITIQUE] « Adieu Mandalay » de Midi Z : Immigration clandestine et amour tragique à Bangkok

Notre avis sur Adieu Mandalay (再見瓦城) de Midi Z, un drame amoureux au cœur de …

Vacances a Venise affiche

[CRITIQUE] « Vacances à Venise » (1955) de David Lean

Alors que l’été 2016 nous accorde quelques jours de-ci de-là de vraies journées et soirées …

Laisser un commentaire