//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / SPECTACLES / [CRITIQUE] “Les poissons partirent combattre les hommes” (2016) par Julien Barbazin
Les poissons partirent combattre les hommes festival des caves affiche

[CRITIQUE] “Les poissons partirent combattre les hommes” (2016) par Julien Barbazin

Alors que le Festival de Caves touche à sa fin pour sa dixième édition, retour sur notre petite visite à Besançon, ville d’origine du festival, où nous avons pu voir la pièce Les poissons partirent combattre les hommes, mise en scène par Julien Barbazin avec le comédien Benjamin Mba.

Synopsis :

Sur les plages d’Espagne, les touristes se dorent au soleil. Et sur les plages d’Espagne les immigrés clandestins viennent s’échouer, morts ou vifs.

Festival de Caves,
10ème édition

 

Festival-de-Caves 2016 afficheTGV puis TER et nous voilà arrivés à Besançon, une ville traversée par la rivière Doubs et située dans la région de Bourgogne-Franche-Comté. C’est dans cette ville façonnée par Louis XIV et le marquis de Vauban que le passionnant et passionné metteur en scène et directeur du Festival, Guillaume Dujardin, a creusé l’idée de monter un festival dans les caves de la ville. Et après avoir essaimé un peu partout dans la ville bisontine, le concept original du festival se décline maintenant dans de nombreux sous-sols de  France et même de quelques villes européennes.

Le concept : donner rendez-vous à une poignée de spectateurs la veille pour les conduire jusqu’au lieu de la représentation (sous-sols d’institutions, caves de particuliers…) qu’ils ne découvriront ainsi qu’au dernier moment. Et du fait de la taille des lieux (19 spectateurs et 3 acteurs maximum par représentation), les pièces de théâtre jouées dans le cadre du festival sont le plus souvent adaptés de textes contemporains.

Les poissons partirent combattre les hommes
par Julien Barbazin

 

Le soir de notre arrivée, deux spectacles se donnent en même temps à deux endroits différents de la ville de Besançon :

  • Les poissons partirent combattre les hommes par Julien Barbazin ;
  • et L’Amante anglaise par Anne-Laure Sanchez et Julio Guerreiro.

Nous optons pour le premier et nous rejoignons donc un groupe d’une vingtaine de personnes au lieu de rendez-vous situé ce soir-là près de la Porte de la Rivotte. De là, nous sommes conduits jusque vers la cour intérieure d’un immeuble d’où nous descendons dans la cave aménagée.

Au bas de l’escalier, une “femme”, habillée d’une très belle robe rouge et le visage maquillé de blanc, nous accueille avec le sourire. Nous nous répartissons des deux côtés de la pièce sur des canapés et des fauteuils. Sur la scène, placée entre les deux rangées de spectateurs qui se font face, du champagne, des flûtes et un tourne-disque, un drapeau européen et un micro. Enfin, dans un coin de la pièce est placée une modeste régie pour quelques effets de son et de lumière durant la pièce.

Les spectateurs assis, la voix enregistrée de la comédienne Céline Morvan se fait entendre et le spectacle commence…

“Avec tous ces Noirs qui se sont noyés,
les poissons commencent à avoir
des yeux d’humains”

 

Les poissons partirent combattre les hommes festival des caves image
© D.R.

Les poissons partirent combattre les hommes est un texte écrit par Angélica Liddell. Découverte au Festival d’Avignon en 2010, l’auteure, metteuse en scène et comédienne catalane est réputée pour ses textes et mises en scènes dérangeants et trash.

Ici, dans l’espace exiguë de la cave, la mise en scène de la Compagnie Les Écorchés est plus sobre mais tout aussi affirmée. Si dans l’odeur d’humidité et de vieilles pierres, Julien Barbazin a remplacé le drapeau espagnol par le drapeau européen, la pièce d’Angélica Liddell résonne toujours aussi brutalement avec l’actualité.

Habillé en femme, le comédien androgyne Benjamin Mba dialogue avec Monsieur La Pute que sont les politiques et l’Europe à propos du tragique naufrage d’émigrés clandestins qui traversaient à leurs risques et périls le détroit de Gibraltar pour gagner l’Europe. À la fois blanc et noir mais aussi femme et homme, son personnage raciste  et confortablement assis dans sa chaise longue posée sur la plage nous interroge et trouble à la fois.

Une mise en scène originale
et une interprétation de qualité

 

 

Originaire du Gabon, Benjamin Mba rappe dans une MJC de la banlieue de Dijon quand il découvre le théâtre grâce à la metteuse en scène Stéphanie Chaudesaigues. C’est la phrase du texte “Vous les noirs, vous ne souffrez pas comme nous” qui a particulièrement résonné en lui et qui lui a donné envie d’accepter la proposition de Julien Barbazin de monter cette pièce.

Habitué à travailler avec ce metteur en scène, il n’a eu aucun mal à accepter ces choix de mise en scène et à mettre son corps noir dans la peau de cette femme blanche. Travestie ainsi, son corps et sa voix donnent toute sa force à ce texte dénonciateur et rageur.

Une très belle performance d’acteur pour un public totalement ravi.

Bref, cette adaptation de Les poissons partirent combattre les hommes nous a offert une mise en scène originale et une interprétation clairement de qualité.

Une tournée du spectacle à prévoir ?

 

Les poissons partirent combattre les hommes festival des caves image 3
© D.R.

Les poissons partirent combattre les hommes a reçu un tel accueil pendant le festival — à Besançon mais aussi à Dijon où il a été joué pendant une semaine — que le metteur en scène Julien Barbazin envisage de prolonger peut-être l’aventure par une tournée. Ce qui serait une belle continuité pour les créations théâtrales du Festival de Caves qui ne sont souvent joués que dans le cadre de celui-ci. En tout cas, la discussion engagée avec les spectateurs à l’issue de la pièce au café Carpe Diem ne pourra que conforter cette idée.

De notre côté, nous sommes ravis de notre bref séjour dans la ville de Besançon où nous avons pu découvrir sur les lieux mêmes de son origine le concept du Festival des Caves qui crée chaque année depuis dix ans une très intéressante proximité entre spectateurs et artistes dans des décors vraiment surprenants.

Un must-see !

En savoir plus :

Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Laisser un commentaire