//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / #Gerardmer2016 – « Bone Tomahawk » (2015), « The Witch » (2015) & « Southbound » (2015)

#Gerardmer2016 – « Bone Tomahawk » (2015), « The Witch » (2015) & « Southbound » (2015)

 

Pour le 2ème jour du Festival International du Film Fantastique de Gérardmer en tant que Jury de la chaîne de télévision Syfy, nous avons vu 3 films en compétition : Bone Tomahawk (2015) de S. Craig Zahler, The Witch (2015) de Robert Eggers et Southbound (2015) de Radio Silence, Roxanne Benjami, David Bruckner et Patrick Horvath. Voici notre avis sur ces films.     Si ni le soleil ni la neige n’étaient de la partie pour le second jour du Festival International du Film Fantastique de Gérardmer, la jolie brume sur le lac de Gérardmer et les forêts alentour a fait plonger agréablement le festival dans l’ambiance de la journée, entre western fantastique, sorcellerie et virée cauchemardesque.

Bone Tomahawk, la critique

 

STILL Bone Tomahawk 1
© D.R.

Synopsis :

1850. Dans la paisible ville de Bright Hope, une mystérieuse horde d’Indiens — appelés « troglodytes » car ils vivent dans des cavernes — kidnappent plusieurs personnes. Le shérif local (Kurt Russell), accompagné de quelques hommes, se lance alors à leur poursuite…

  Grand Prix du Jury, Bone Tomhawk est la très bonne surprise du festival. Après Les 8 Salopards (2015), Kurt Russell reprend son colt pour un nouveau western avec un sacré casting : Patrick Wilson (Fargo), Matthew Fox (Lost : Les Disparus), Richard Jenkins (The Visitor), David Arquette (Scream), Lili Simmons (Banshee), Kathryn Morris (Cold Case) et Sean Young (Blade Runner). Une grande partie du film est occupée par le trajet parcouru par les personnages pour retrouver les ravisseurs et s’attarde sur chacun d’entre eux :

  • le shérif (Kurt Russell) dont la spécialité est de tirer dans les jambes des suspects récalcitrants,
  • l’adjoint (Richard Jenkins) dont le jeu et les dialogues rappellent le rôle de Walter Brennan chez John Ford,
  • l’as de la gâchette et tueur d’indiens (Matthew Fox), élégant en toute circonstance,
  • le mari (Patrick Wilson) de la kidnappée qui surpassera la douleur et le risque de gangrène — il est gravement blessé à une jambe — pour sauver sa femme.

Mais le film se confronte aussi à l’horreur avec de très violents et sanglants face-à-face — notamment la confrontation finale avec les troglodytes cannibales —. Et c’est cet habile mélange du western avec le genre de l’horreur qui fait de ce Bone Tomahawk un western horrifique rythmé et très étonnant. À découvrir !    

En savoir plus :

 

  • Bone Tomahawk sera disponible en VOD à partir du 11/05/2016

 

 

The Witch, la critique

 

Synopsis :

1630, en Nouvelle-Angleterre. William (Ralph Ineson) et Katherine (Kate Dickie), un couple dévot, s’établit à la limite de la civilisation. La mystérieuse disparition de leur nouveau-né et la perte soudaine de leurs récoltes vont rapidement les amener à se dresser les uns contre les autres…

Prix du Jury Syfy, The Witch n’est ni un film d’horreur à grand spectacle ni un film d’exorcisme. S’appuyant sur les contes, les légendes, les témoignages et les écrits de l’époque, le film décrit une famille puritaine (un père, une mère et leurs 5 enfants) dont l’idéal de vie dans la religion va être mis à mal par les mauvaises récoltes, la crainte constante du péché et la présence d’une mystérieuse sorcière dans une forêt toute proche.

Pour raconter l’histoire de The Witch, le réalisateur Robert Eggers adopte une image désaturée et esthétique dans sa composition. Le film prend son temps et montre les mensonges, les silences et les non-dits qui vont vicier les relations entre les membres de cette famille.

Esthétique et austère, The Witch séduira les passionné(e)s de sorcellerie et d’histoires occultes, même si la lenteur de son récit et son approche du genre pourraient en dérouter d’autres.  

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 15/06/2016
  • Distribution France : Universal Pictures International France

 

 

Southbound, la critique

  STILL Southbound 1

Synopsis :

Dans un désert américain, le long d’une route abandonnée, des voyageurs épuisés vivent 5 histoires cauchemardesques. Dû à notre devoir de réserve en tant que membre du Jury Syfy, la critique du film Southbound sera publiée après la révélation du palmarès.     Prix du Jury Jeunes de la Région Lorraine, Southbound est composé de 4 court-métrages : The Way Out & The Way In de Radio Silence, Siren de Roxanne Benjamin, The Accident de David Bruckner, Jailbreak de Patrick Horvath. Protéiforme, le film a le défaut de ses qualités car le visuel des films est léché et les transitions entre eux sont fluides — le passage d’un court à l’autre se fait par le croisement des personnages —, les 4 approches du fantastique proposées sont finalement plutôt classiques. Mention spéciale :

  • aux 3 jeunes filles (Fabianne Therese, Nathalie Love, Hannah Marks) qui vivent un very bad trip dans Siren,
  • à l’horreur absurde et drôle de The Accident.

Bref, Southbound est un film d’horreur et de fantastique inégal dans le fond mais réussi dans la forme.
   

En savoir plus :

  • Date de sortie France : inconnue
  • Distribution France : inconnue

 

 

Les Ateliers du Cinéma

 

Gerardmer2016_les-ateliers-du-cinema
© jean-Christophe Nurbel
Bulles de Culture

  L’intérêt des festivals se trouve aussi dans les à-côtés, comme cette passionnante rencontre avec le directeur de production des Films 13, Rémi Bergman, qui nous a parlé des Ateliers du Cinéma — il en est le directeur —, créés récemment par Claude Lelouch pour former des apprentis du cinéma au métier d’auteur-réalisateur. Le principe est simple : les heureux élus auront la chance de suivre Claude Lelouch et son équipe au fur et à mesure de la création d’un film, de son écriture à sa finalisation en postproduction. Mais pas que… puisque, par exemple, les 13 heureux apprentis (de 19 ans à 41 ans) de la première promotion se baladent actuellement dans le festival pour voir les films en compétition, tout en devant réaliser un film chacun. V

Voilà une initiative que nous suivrons avec intérêt.  

En savoir plus :

 

En savoir plus :

Check Also

Le grand méchant renard et autres contes affiche

[CRITIQUE] « Le Grand méchant renard et autres contes » (2017) de Benjamin Renner et Patrick Imbert

Après son succès en librairie aux éditions Delcourt, Le grand méchant renard de Benjamin Renner …

K.O. affiche

[CRITIQUE] « K.O. » (2017) : Le mystère selon Fabrice Godert

Après des débuts sur grand écran très remarqués (Simon Werner a disparu nominé pour le …

Laisser un commentaire