//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / Christopher Nolan, un cinéma d’immersion
Dunkirk tournage nolan
© Bulles de Culture

Christopher Nolan, un cinéma d’immersion

Christopher Nolan tourne actuellement son prochain film à Dunkerque ! C’est l’occasion de revenir sur la filmographie d’un réalisateur British qui a conquis Hollywood à force de talent et d’élégance…

Christopher Nolan : une allégeance au Film Noir

Christopher Nolan s’est fait connaître avec Following (1999), premier film relativement obscur, mais qui révèle déjà l’attrait du réalisateur pour les effets de mise-en-scène propres au Film Noir : filmé en noir et blanc, dévoilant un milieu urbain moite et nimbé de mystère, Following suit les obsessions d’un héros solitaire. 

christopher nolan Memento affiche

Un an plus tard, Christopher Nolan livre Memento (2000), œuvre plus accomplie qui bénéficie d’un excellent bouche-à-oreille et d’une fan-base importante. Le début des années 2000 marque alors le plein essor du support DVD : Memento est un pur objet à revoir et à revoir, dont on manipule la vision à coup de télécommande (pause, rewind, play, rewind again…). Monté et remonté à outrance, Memento illustre le phénomène que les américains appellent dorénavant Neo-Noir, ou la relecture postmoderne du Film Noir.

Parfois anxiogène et désespéré, le genre propose une construction narrative fragmentée, discontinue, faite de flashbacks, de montages parallèles et de twists à répétition, requérant une approche cinématographique « cérébrale ». Le spectateur cherche à déchiffrer une énigme, à assembler les pièces d’un puzzle dont la dernière sera donnée dans les derniers instants du film.

Guy Pearce dans Memento, Al Pacino dans Insomnia (2002), Christian Bale en Batman, Leonardo DiCaprio dans Inception (2010) … incarnent le héros Neo-Noir car dupé, animé par la vengeance et souffrant de troubles d’identité, de maux psychologiques (mémoire, insomnie, traumatismes impossibles à dépasser…) ou bien encore de romance malheureuse. Où l’on questionne l’instant présent et le bien-fondé de ce que l’on voit à l’écran en même temps que le personnage principal, souvent taxé d’existentialisme. Même l’ambiance « fin du monde » du science-fictionnel Interstellar (2014) achève le caractère quelque peu fataliste de l’œuvre de Christopher Nolan. 

La suite en page 2

Check Also

Le grand méchant renard et autres contes affiche

[CRITIQUE] « Le Grand méchant renard et autres contes » (2017) de Benjamin Renner et Patrick Imbert

Après son succès en librairie aux éditions Delcourt, Le grand méchant renard de Benjamin Renner …

K.O. affiche

[CRITIQUE] « K.O. » (2017) : Le mystère selon Fabrice Godert

Après des débuts sur grand écran très remarqués (Simon Werner a disparu nominé pour le …

Laisser un commentaire