//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / « American Hero » (2015) de Nick Love
American Hero affiche

« American Hero » (2015) de Nick Love

Présenté hors compétition et en clôture du Festival International du Film Fantastique de Gérardmer 2016 où Bulles de Culture a été membre du Jury Syfy, American Hero de Nick Love a été une bonne surprise du festival. Notre avis sur le film.

Synopsis :

Melvin (Stephen Dorff) est super-héros malgré lui. La trentaine bien entamée, il habite encore chez sa mère (Andrea Cohen) et ne vit que pour la fête, les femmes et la drogue. Jusqu’au jour où il réalise que la seule façon pour lui de revoir son fils (Jonathan Billions), que la justice lui interdit d’approcher, c’est d’accepter son destin, et d’exploiter ses super-pouvoirs pour lutter contre le crime.

 

American Hero :
« documentaire » sur un super-héros

 

 

American Hero se déroule en Nouvelle-Orléans, dans les quartiers touchés par l’ouragan Katrina. Une équipe de tournage y est venu tourner un film documentaire sur un homme un peu spécial, Melvin, interprété par Stephen Dorff (Blade, Somewhere). Le problème, c’est que celui-ci est introuvable. Nous voilà donc dans la roue de son meilleur ami, Lucille, un homme en fauteuil roulant interprété par Eddie Griffin (série Malcolm & Eddie), à parcourir les quartiers de la Nouvelle-Orléans à sa recherche.

Caméra épaule, cadre flottant, jump cut, le réalisateur Nick Love filme cet American Hero comme un faux documentaire réalisé sur Melvin, avec même des explications pseudo-scientifiques sur ses super-pouvoirs données par son ami Lucas, le professeur de sciences interprété par Yohance Myles (série Containment), qui l’étudie et prend soin de lui avec Lucille.

Car avec son tempérament auto-destructeur, Melvin n’est pas un héros comme les autres. Il fume, boit, se drogue, s’envoie en l’air. Divorcé et privé de son fils par la justice, Melvin ne pense qu’à s’amuser en se lançant des défis à la Jackass comme sauter dans une petite piscine gonflable depuis le toit d’une maison ou en n’utilisant ses super-pouvoirs que pour des petits shows dans la rue ou dérober des braqueurs pour gagner quelques sous.

Mais une crise cardiaque où il va frôler la mort durant une poignée de minutes va changer tout cela..

Une approche sociale intéressante

 

 

Dans la lignée de Hancock (2008) ou Deadpool (2016), American Hero nous présente donc un personnage de super-héros un peu plus différent et décalé que la personnalité habituellement plus lissée de ce type de personnage. De plus, l’approche « faux documentaire » adopté par Nick Love y ajoute au genre une approche sociale et réalisteavec notamment de très beaux portraits d’habitants et une très belle scène de chant gospel dans une église.

Si on pourra reprocher à American Hero d’oublier peu à peu ce côté documentaire au profit de l’histoire plus classique d’un homme qui cherche à s’amender, il restera malgré tout le plaisir de passer un bon moment en compagnie du duo Stephen Dorff/Eddie Griffin.

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 08/06/2016
  • Distribution France : Chrysalis Films

 

Check Also

[CRITIQUE] « The Last Girl » (2017) : La réincarnation du film de zombies

The Last Girl (The Girl with All the Gifts) réalisé par Colm McCarthy nous immerge dans un monde …

cannibales-regis-jauffret-couverture-livre

[CRITIQUE] « Cannibales » de Régis Jauffret : Une délicieuse cruauté

Régis Jauffret nous convie avec Cannibales dans un roman épistolaire savoureux, aux échanges de lettres …

Laisser un commentaire