//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / Good Luck Algeria (2016) de Farid Bentoumi

Good Luck Algeria (2016) de Farid Bentoumi

AFFICHE Good Luck AlgériaGood Luck Algeria est le premier long-métrage de Farid Bentoumi. Présenté en compétition au Festival de l’Alpe d’Huez 2016, le film est inspiré de l’histoire du frère du réalisateur qui a décidé de représenter l’Algérie aux Jeux olympiques d’hiver. Notre critique.
   

Synopsis :

Sam (Sami Bouajila) et Stéphane (Franck Gastambide) sont deux amis qui tiennent ensemble un entreprise de skis haut de gamme. En difficulté, la société vient juste de perdre le sponsoring de leur athlète qui devait les représenter aux Jeux Olympiques. Pour éviter la faillite et faire connaitre leur marque, Sam décide de représenter les couleurs de son pays natal, l’Algérie, aux Jeux Olympiques d’hiver. Mais entre la qualification et les péripéties pour les inscriptions, le chemin va être long pour accéder à la compétition.  

Un Rasta Rockett à la française

Good Luck Algeria photo 2
© AdVitam

Derrière cette thématique, on retrouve avec nostalgie l’image du film Rasta Rockett (1993) de Jon Turteltaub qui avait marqué les esprits. Comme ces athlètes jamaïcains, le combat de Sam pour arriver à sa qualification aux Jeux Olympiques est un enjeu très fort qui va rythmer le coeur du spectateur tout au long du film. 

Il faut dire que Good Luck Algeria possède toutes les caractéristiques d’un bon feel good movie basé sur des valeurs universelles. Le prisme de la compétition sportive n’est qu’une occasion pour aborder des thématiques diverses et variées : le dépassement de soi, l’importance de la terre et de la famille, les difficultés économiques liées à la création d’entreprise. 

Pour incarner le plus cette humanité, le réalisateur à fait appel à un comédien amateur, Bouchakor Chakor Djaltia, pour jouer le rôle du père de Sam. Pour ce dernier, pas besoin de jouer de faux semblant, il porte en lui cette sagesse donnant une authenticité à Good Luck Algeria. On retient notamment la scène où il explique à son fils l’importance du don de soi, face à des cousins avides de biens matériels. 

On sent dans Good Luck Algeria une force à unir toute une communauté algérienne vivant en France. Loin de leur pays de coeur, il y a une solidarité et un lien indéfectible qui lie à jamais l’ensemble des algériens, résidents ou pas. Plus que jamais, l’Algérie est dépeinte comme une terre d’accueil et de bienséance. Le réalisateur regrette pourtant de ne pouvoir avoir filmé dans ce pays pour son film, se rabattant sur les paysages marocains.

Un casting iconoclaste

Good Luck Algeria Photo 1
© AdVitam

Pour son casting, Farid Bentoumi a choisi de casser les codes en proposant ses rôles titres à des comédiens en contre emploi. En premier lieu, Franck Gastambide, habitué aux fières fanfaronneries dans ses réalisations comme le récent Pattaya (2015), est étonnement émouvant dans une interprétation en retrait. De même, Chiara Mastroianni lâche les films dramatiques et fait une incursion dans la comédie légère avec Good Luck Algeria. Dans la mesure, elle donne facilement le sourire avec ce rôle de femme enceinte complètement dépassée par les évènements. 

Derrière cette réalisation ordonnée, Good Luck Algeria possède des petits défauts. Une technique sans prise de risque amène à une mise en scène qui manque de point de vue. La montée émotionnelle est forte, surtout en fin de film, mais elle est conditionnée à ce que le spectateur ait été pris dans la montée d’adrénaline dès le début de la narration. Attention aux retardataires, comme nous, qui avons manqué le wagon. Trop concentré par une recherche d’audace et d’innovations, on a certainement dû passer à côté de la légèreté du propos et de sa simplicité. 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 30/03/ 2016
  • Distribution France : Ad Vitam

Check Also

Les Gardiens de la Galaxie Vol.2 affiche

[CRITIQUE] « Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 » (2017) de James Gunn

Après le succès inattendu du premier opus, James Gunn rempile pour Les Gardiens de la …

Affiche Message From The King

[CRITIQUE] « Message From The King » (2017) : Fabrice du Welz à L.A.

Le belges Fabrice du Welz est parti aux États-Unis pour tourner son film Message From The …

Laisser un commentaire