//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / Five (2016), un beau roman d’amitié
FIVE_affiche

Five (2016), un beau roman d’amitié

FIVE_affichePour son premier long-métrage, Igor Gotesman choisit d’adapter son propre court sorti en 2012, FiveIl s’adjoint les services cinq étoiles de M. Yves Saint-laurent, Pierre Niney, avec lequel il a déjà collaboré pour la série Casting(s) de Canal+, pour une comédie pleine de rythme et de fous rires. Un premier essai plutôt réussi et même carrément transformé ! Notre critique. 
  
  

Synopsis :

Cinq amis d’enfance rêvent depuis toujours d’habiter en colocation. Lorsque l’occasion d’emménager ensemble se présentent, Julia (Margot Bancilhon), Vadim (Igor Gotesman), Nestor (Idrissa Hanrot) et Thimothée (François Civil) n’hésitent pas une seconde, surtout quand Samuel (Pierre Niney) se propose de payer la moitié du loyer! A peine installés, Samuel se retrouve sur la paille mais décide de ne rien dire aux autres et d’assumer sa part en se mettant à vendre de l’herbe. Mais, n’est pas dealer qui veut et lorsque tout dégénère, Samuel n’a d’autres choix que de se tourner vers la seule famille qui lui reste: ses amis!

 

No new friends!

 

five-image-10
© StudioCanal

 

L’amitié doit avoir une place très importante dans la vie d’Igor Gotesman car la plus belle réussite du film réside dans le fait qu’on croit vraiment à l’histoire d’amitié entre les différents protagonistes. Même si on n’est pas sûr de vouloir faire partie de la bande, car cela impliquerait de se coltiner un fou furieux comme Timothée —le juste incroyable François Civil—, on s’attache vite aux cinq larrons de cette histoire. C’est donc un vrai bonheur de les voir se transformer au fil des aventures qu’ils traversent, les voir mûrir, se révélant à eux-mêmes, devenant plus proches les uns des uns face à l’adversité, et nous faisant mourir de rire au passage.

 

Casting Five Stars,
la chance du débutant ? 

 

five-image-5
© StudioCanal

 

Mis à part quelques erreurs comme des plans pas très bien maîtrisés et pas forcément utiles, la réalisation est par ailleurs plutôt soignée, que ce soit au niveau des dialogues et surtout au niveau du rythme, ingrédient indispensable qui fait malheureusement souvent défaut dans de nombreuses comédies françaises. On oublie très vite qu’il s’agit d’un premier film, pire seuls ceux très attentifs continueront tout le long à chercher des défauts. Les autres seront trop occupés à passer un bon moment. Avec Five, Igor Gotesman montre, à condition évidemment de rester dans cette exigence de qualité, qu’il a un talent certain pour la comédie.

 

five-image-4
© StudioCanal

 

Il a de plus l’intelligence de bien s’entourer avec l’infatigable Pierre Niney , mais aussi le juste incroyable François Civil—oui, vraiment!—que l’on n’a pu juste entrevoir dans la série à succès Dix pour Cent de Cédric Klapish, mais qui a déjà été deux fois prénommé au César de La révélation masculine pour Soit je meurs, soit je vais mieux de Laurence Ferreira-Barbosa en 2009 et Bus Palladium de Christopher Thompson en 2012  . La très jolie Margot Bancilhon, seule fille de la bande, réussit quant à elle à ne pas se noyer dans cette marée de testostérone.On ne peut qu’espérer que son physique à la Bardot, ne fasse pas oublier qu’elle est une actrice prometteuse, nommée en 2014 au César du Meilleur Espoir Féminin pour sa prestation dans Les Petits Princes de Vianney Lebasque.  Hypocrite celui qui dira, que dans l’univers impitoyable qu’est le Cinéma, on n’est pas plus armé quand on présente à la fois le fond et la/les forme (s)!

 Pour ajouter au crédit du nouveau réalisateur, il n’est pas mauvais non plus devant la caméra. Le seul bémol au niveau casting pourrait donc venir du 5e larron, Idrissa Hanrot. Le « pourrait » prend en effet tout son sens, quand on voit que pour un premier rôle, ce cher Idrissa se retrouve très souvent dans des positions très compromettantes, un exercice souvent redouté par les acteurs les plus expérimentés. On lui accordera donc au moins le crédit de nous apporter le supplément « hot » du film!

Des comédiens tous —ou presque—super doués, une avalanche de situations plus cocasses les unes que les autres, un caméo d’une actrice emblématique du cinéma français, qui prend visiblement beaucoup de plaisir à sortir de son registre habituel, on rigole beaucoup dans cette comédie qui est bien partie pour être une des réussite de l’année 2016. 

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 30/03/2016
  • Distribution France : StudioCanal 

Check Also

Les Gardiens de la Galaxie Vol.2 affiche

[CRITIQUE] « Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 » (2017) de James Gunn

Après le succès inattendu du premier opus, James Gunn rempile pour Les Gardiens de la …

Affiche Message From The King

[CRITIQUE] « Message From The King » (2017) : Fabrice du Welz à L.A.

Le belges Fabrice du Welz part aux Etats-Unis pour tourner son film Message From The King. …

Laisser un commentaire