//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [Critique DVD] “The Wolfpack” (2016) : Dans la gueule du loup
The wolfpack DVD

[Critique DVD] “The Wolfpack” (2016) : Dans la gueule du loup

The wolfpack DVDThe Wolfpack est l’œuvre qui met en scène une meute de loups apprivoisés par l’obscurité de leur tanière et effrayés par la lumière de la ville. Des louveteaux devenus hommes sauvages, se livrent dans ce documentaire de la trappeuse Crystal Moselle. Notre critique. 
     

Synopsis :

Il était une fois, dans une ville fort fort urbanisée du Lower East Side (Manhattan), 7 enfants bloqués au sommet d’un haut immeuble, protégés par une horrible créature vociférante : leur père. Les Soleils et les Lunes défilèrent devant les carreaux de leur fenêtre, mais les 7 frères et sœurs vécurent dans l’espoir, qu’un jour, quelqu’un bougerait enfin ses fesses pour venir défoncer la porte qui les sépare de notre triste monde.

C’est un monde étrange que nous dévoile The Wolfpack. Un univers parallèle telle que la matrice, où les histoires se succèdent au grè de l’imaginaire des frères Angulo. Depuis leurs naissances, seule la lumière artificielle des ampoules leur permettent de produire de la vitamine D. Menottée par le mâle dominant de la meute, la fratrie se réinvente un monde. Leur source de liberté, ils la puisent dans une réserve de myriade de films qu’ils recréent à volonté en s’improvisant accessoiriste, scénariste et acteurs.

Paradoxe

 

WolfPack
© D.R.

 

La réalisatrice Crystelle Moselle souligne un paradoxe. En voulant protéger sa progéniture du monde « civilisé », leur père, certain du bienfondé de ses actes, a créé des marginaux. Ses enfants sont devenus des louveteaux craintifs qui se trouvent en difficulté d’établir des liens sociaux, et qui ne se sentent véritablement en sécurité que dans la gueule du loup.

Leur vie insipide imposée par leur gardien, ne tolère aucun contact social avec leurs semblables. Aucun partage du rotavirus, la petit bête sympathique responsable de notre bien aimé gastro qui vous fil la courante, n’a pu être partagé sur les bancs de l’école. Quel triste sort de ne pouvoir partager ses instants précieux.

Par ailleurs, la protection, que ce grand gourou a infligé à ses enfants, s’est muée en haine et répulsion envers leur concepteur.

 

WolfPack
© D.R.

 

Leur apprentissage du monde extérieur, ils le tirent du cosmos cinématographique. Etrange manière de développer le sens moral de ses enfants à travers les films de Quentin Tarantino ! Imaginez un peu les conversations quotidiennes :

“Oh, là mon pote je t’arrête, tu déconnes. Masser les pieds et bouffer la chatte d’une gonzesse ça fait deux,

  • Qui a dit le contraire ! Je te dis que c’est du même ordre !”

Que de langage fleuri. On se lèche déjà les babines rien qu’en imaginant la suite !

 

Misanthropes, ce documentaire peut vous être utile. Vous verrez qu’il n’est pas bénéfique de se couper intégralement du monde car notre vision des choses, si elle ne veut pas devenir une vérité fantasque, comme celle du paternel, doit être confrontée à l’avis d’autrui. Et peut-être parce que « le bonheur n’est vrai que lorsqu’il est partagé ».

 

 

En savoir plus :

  • Disponible en DVD/Blu-Ray chez Luminor depuis le 13 janvier 2016
Pierre L.

Pierre L.

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
TOP 5 Cinéma : "Le cercle des poètes disparus" (1989), "Vol au dessus d'un nid de coucou" (1975), "La soif du mal" (1958), "La corde" (1948), "Gran Torino" (2008)
Pierre L.

Laisser un commentaire