enfr
Accueil / CONCOURS / [Critique] « Plaisir de vivre » de Maxime Gasteuil : L’humour au grand cœur
affiche Maxime Gasteuil

[Critique] « Plaisir de vivre » de Maxime Gasteuil : L’humour au grand cœur

Plaisir de vivre, le spectacle de Maxime Gasteuil, produit par Benjamin Demay, est à l’affiche au Sentier des Halles depuis le mois de septembre 2015. Il règne dans la cave voutée de ce lieu une douce « folie schizophrène ». L’avis et critique de Bulles de Culture sur ce show surprenant qui ne laissera personne indifférent.

Synopsis :

Maxime Gasteuil, jeune commercial dans le bâtiment, quitte Saint-émilion, son village natal, pour tenter sa chance dans la capitale. Après une arrivée tonitruante Gare de Lyon, l’innocence provinciale rencontre la folie parisienne…

A travers des anecdotes introduites parfois avec fracas, Maxime Gasteuil passe au crible les clichés du quotidien. Tour à tour, il croque son métro, ses quartiers, ses bistrots… et l’allumeuse de service. On frôle ici la caricature sans tombé dans le piège de l’exagération. Le jeune humoriste incarne dans son show une série de personnages hauts en couleurs : Jean-Loup le chef de chantier, le DJ du Phoenix club, Pedro le couturier espagnole, Gilbert  le Cro-Magnon, le client ivre du taxi, pour ne citer qu’eux. Le Plaisir de vivre ou quand le « Beauf » provincial rencontre le « Bobo » parisien… Portrait sans retenue de deux mondes que tout oppose en apparence. Mais au fond sont-ils réellement si différents ?

Plaisir de vivre : génération Stand-up

Maxime Gasteuil photo
© Matthieu Dortomb

Voilà un comédien qui mouille sa chemise avec générosité. Son passage au Cours Simon à 24 ans a certainement musclé son aisance scénique naturelle. Sans hésiter, il peut se réclamer de la génération stand-up. Jamel Debbouze parle de lui comme d’« un phénomène, une tuerie » ! Ce qui en soi, se passe de commentaire. Le spectacle Plaisir de vivre défile sur un rythme détonnant. Maxime Gasteuil nous interpelle, il est présent, là, à proximité du public. Son jeu de scène frôle l’exubérance. Il joue, chante et danse tout au long de cette série de sketchs qui de bout à bout forme un tout cohérent, n’hésitant pas à s’aventurer au-dessous de la ceinture, bien sûr. Voilà qui plaira à certains, sans déplaire aux coincés ! Sa vision du monde ? Celle de la vie de tous les jours passé au tamis d’un humour décalé. Il heurte nos préjugés sans ménagement, mais toujours avec respect.

Maxime Gasteuil… humoriste, humaniste !

Si certaines parties de Plaisir de vivre pêchent parfois, ce n’est pas par suffisance mais bien par un excès d’enthousiasme que l’on mettra volontiers sur le compte de la jeunesse. On pourrait aussi regretter un manque d’engagement, une forme d’évitement des sujets d’actualité qui fâchent. Oui mais non… Car Maxime Gasteuil a le courage de mettre en scène sa vie, sous la forme d’anecdotes croustillantes, avec un bon zeste de talent. Derrière ses mimiques, son jeu, son autodérision, se cache à ne pas en douter un humaniste sensible, un provocateur au grand cœur. Vous l’aurez compris, ce spectacle nous a rempli de fraicheur. Par un parlé-vrai et surtout un égo rangé au fond de la poche, Maxime Gasteuil dénote des scènes comiques habituelles. Vos rires et fous rires seront sincères, vos rigolades franches. Laissez-vous surprendre par le Plaisir de vivre… un Saint-émilion grand cru de l’humour.

En savoir plus :

  • Plaisir de vivre de Maxime Gasteuil du 25 septembre 2015 au 26 mars 2016 au Sentier des Halles (Paris, France), puis en tournée

Page suivante, gagnez des places pour le spectacle de Maxime Gasteuil

Nicolas Lavroff

Nicolas Lavroff

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Amateur de grands crus littéraires et musicaux et de culture sous toute ses formes, en particulier lorsqu'elle pétille et sort de sa bulle.

Top 5 Littérature : "Demande à la poussière" de Fante, "Tropique du Capricorne" de Miller, "Souvenirs d'un pas grand chose" de Bukowski, "Portrait du joueur" de Sollers, "Qu'avons nous fait de nos rêves" d'Egan
Top 5 Cinéma : "Casablanca" (1942), "Un jour sans fin" (1993), "American Beauty" (1999), "Le Seigneur des Anneaux" (2001-2003), "Gravity" (2013)
Nicolas Lavroff

Les derniers articles par Nicolas Lavroff (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.