//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / Dofus – Livre 1 : Julith (2015), des œufs brouillés qu’il faut réconcilier

Dofus – Livre 1 : Julith (2015), des œufs brouillés qu’il faut réconcilier

AFFICHE-DofusAdapté d’un jeu en ligne, Dofus – Livre 1 : Julith d’Antony Roux et de son comparse Jean-Jacques Denis vous plonge dans un monde médiéval fantastique à l’humour décalé et séduisant. Un film qui saura séduire les gamers et les esprits joueurs.
   

Synopsis :

L’histoire se déroule dans la paisible cité de Bonta qui vient tout juste de panser ses blessures d’une guerre lointaine qui opposa Julith et Jahash, deux illustres mages dont l’une est partenaire du Mal et l’autre allié du Bien. Cependant une ombre pèse sur la ville car Bonta abrite un objet convoité par Julith : le Dofus ébène, œuf de dragon légendaire, source d’une immense pouvoir malveillant. Les forces du bien se mettent alors en quête du Dofus ivoire, qui seul pourra contrer la menace.

     
Je marche sur des œufs en vous confiant cela, mais pas besoin d’être un gamer invétéré pour apprécier le film d’animation Dofus – Livre 1 : Julith .

Être un petit joueur suffit amplement !

Peut-être avez-vous déjà eu l’occasion de flirter avec cet univers, à travers la série Wakfu (2008) diffusé par France 3 ?

Dans tous les cas, vous ne serez pas déçu du voyage dans lequel vous embarquera Dofus.

Castagne œcuménique

 

Dofus image
© Ankama Animations, France 3 Cinéma
Tous droits réservés

 

La recette gagnante est l’exploitation d’un scénario simple, construit sur notre antique dualité entre le Bien et le Mal. L’ingénu et complaisant protagoniste Joris remuera ciel et terre pour sauver ses amis et mettre la main sur cet œuf, encore mieux planqué que lors des Fêtes de Pâques.

Notre ami parcourra un véritable chemin de croix en compagnie de ses deux apôtres, Bakara et Khan, qui sauront ouvrir nos yeux chastes et pervertir notre âme vertueuse par leurs attitudes concupiscentes et leurs blagues potaches.

Dans Dofus – Livre 1 : Julith , on peut quelque fois regretter le caractère bienveillant du personnage central. Un parti-pris assumé par les auteurs qui ont également joué la carte de la rédemption pour leurs héros maléfiques.

Miséricorde…

Choix funeste pour les esprits cyniques mais amplement compensé.

L’empreinte d’une nostalgie

 

Dofus image
© D. R.

 

Les réalisateurs Anthony Roux et Jean-Jacques Denis ont fouillé dans leur mémoire enfantine et n’ont pas hésité à truffer leur bébé de références des années 80. On aperçoit l’humour décalé et un poil érotomane d’un Nicky Larson, ainsi que des courses olympiques et effrénées dignes d’Olive et Tom. Ce cocktail de référence ne manquera pas de séduire un ensemble de génération : les vieux de la vieille tout comme les néophytes.

S’il pleut et que vous vous ennuyez entre vos quatre murs, munissez-vous de votre veste, de votre parapluie et de quelques euros pour aller voir Dofus – Livre 1 : Julith . Et si en sortant des salles obscures, vous vous sentez lésé et souhaitez vous faire rembourser, et bah… dites-vous qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs.

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 03/02/2016
  • Distributeur France : Gebeka Films 

Check Also

[CRITIQUE] « The Last Girl » (2017) : La réincarnation du film de zombies

The Last Girl (The Girl with All the Gifts) réalisé par Colm McCarthy nous immerge dans un monde …

Coudre et Découdre photo 5 Ines Bensalem

[INTERVIEW] Ines Bensalem, réalisatrice de « Coudre & découdre » (2016)

La réalisatrice Ines Bensalem vient de remporter le Grand Prix du jury du Festival Ptit …

Laisser un commentaire