//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “Deadpool” (2016) casse la méta-baraque !

[CRITIQUE] “Deadpool” (2016) casse la méta-baraque !

Deadpool débarque enfin sur les écrans ! Délirément ancré dans l’univers des X-Men, le premier film de Tim Miller met en abyme Ryan Reynolds dans le rôle-titre de sa vie. Un film fait par des fans et pour les fans, bourré d’humour méta et de références geek à gogo. Un premier tour de piste qui tente le diable en donnant carte blanche à l’anti-héros le plus populaire et le plus déjanté de l’univers Marvel.

Synopsis :

Deadpool (Ryan Reynolds) s’appelle à l’origine Wade Wilson : un ancien militaire des Forces Spéciales devenu mercenaire. Après avoir subi une expérimentation hors norme qui va accélérer ses pouvoirs de guérison, il va devenir Deadpool. Armé de ses nouvelles capacités et d’un humour noir survolté, Deadpool va traquer l’homme qui a bien failli anéantir sa vie.

L’avènement de Deadpool…

 

Depuis le tout premier X-Men de Brian Singer en 2000, la franchise du Professeur Xavier et de son école de mutants a bien évolué. Dans le même temps, le film de super-héros est devenu le genre dominant à Hollywood grâce aux prouesses technologiques d’effets spéciaux et de prises de vues numériques haute définition.

En cette ère de l’Internet tout-puissant, le règne du geek-roi est ainsi fermement établi. L’heure de Deadpool a enfin sonné…

Que ce soit dans le comic book ou dans le film, le personnage de Deadpool représente le fan à la perfection. Méta-conscient du 4ème mur qu’il démolit en permanence (celui-là même qui sépare la réalité de la fiction), il interagit directement avec son ami lecteur/spectateur avec une connivence unique, bourrée de clins d’œil référencés et dégoulinant de culture geekissime.

Deadpool est en quelque sorte le fan ultime de l’univers Marvel “dans” l’univers Marvel. Tout ce que les fans rêveraient de faire ou de dire dans un film de super-héros, Deadpool le réalise, avec une insolence et une désinvolture jouissive. Un véritable “geek come true” pour toute cette génération d’adultes élevée aux films Marvel, DC et compagnie, et qui trouve en Deadpool un fidèle ambassadeur déluré, cool, et surtout totalement décomplexé.

… après des années de galères !

 

Deadpool arrive donc à point nommé et peut enfin voir le jour dans une glorieuse version non censurée et “rated R” aux États-Unis — R pour “restricted”, les mineurs de moins de 17 ans doivent être accompagnés d’un adulte —. Et pourtant, malgré la pertinence évidente de son avènement, le développement du film ne fut pas une mince affaire pour son producteur et interprète, Ryan Reynolds.

En effet, cela fait onze ans que l’acteur tente de développer un film Deadpool. Certains se rappelleront certainement de sa première interprétation de Wade Wilson, au second plan de X-Men Origins: Wolverine en 2009. Une version très éloignée du Deadpool adulée par les fans, évidemment référencée dans le film sous forme de petite figurine qui finit cyniquement à la poubelle — elle aussi aussi référencée dans la  vidéo de marketing virale ci-dessous diablement revancharde.

 

 

L’échec relatif de ce premier essai ne décourage pas pour autant Ryan Reynolds qui suit avec intérêt le développement d’une nouvelle version de Deadpool, beaucoup plus fidèle aux comics. D’autant plus qu’avec X-Men Days of Future Past, une nouvelle timeline est établie dans l’univers Marvel, permettant non seulement d’effacer les ratés de X-Men: The Last Stand mais aussi de relancer cette nouvelle version indépendante du fameux anti-héros.

Le scénario de Deadpool est alors commandé par la Fox en 2010. Deux ans plus tard, à l’aide de sa compagnie d’effets spéciaux Blur Studios, Tim Miller réalise une séquence-test bourrée d’action, avec la voix de Ryan Reynolds, évidemment sur le coup. Mais la frilosité du studio face à la violence et la vulgarité du personnage ralentit sensiblement le développement du projet. La Fox demande en effet une version PG-13 (grand public) du scénario pour pouvoir l’intégrer dans le canon X-Men sans risques de le dénaturer.

Le projet semble au point mort lorsqu’en 2014, en plein milieu du célèbre Comic Con de San Diego, la fameuse séquence-test fuite “accidentellement” sur le net (cf. vidéo ci-dessous).

 

 

La vidéo fait le buzz et les fans en redemandent. Les studios finissent par céder et donnent enfin leur feu vert à la version “R-Rated” — forcément moins rentable — du scénario. Deadpool va enfin voir le jour grâce aux fans, comme il se doit, après six années de galère et de persévérance.

Emilio M.

Emilio M.

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Passionné de films et de séries, made in USA et d’ailleurs…

TOP 3 Films récents : "The Revenant" (2015), "Sicario" (2015), "Boyhood" (2014)
TOP 3 Séries : "The Wire" (2002-2008), "The Office" (US) (2005-2013), "Louie" (2010-...)
Emilio M.

Laisser un commentaire