//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / Creed : L’Héritage de Rocky Balboa (2015), gonna fly now!
Affiche Creed Rocky Balboa

Creed : L’Héritage de Rocky Balboa (2015), gonna fly now!

Affiche Creed Rocky Balboa

A une époque où les franchises sans âmes défilent sur nos écrans à coup de marketing assommant, c’est avec un plaisir immense qu’on accueille Creed : L’Héritage de Rocky Balboa de Ryan Coogler, le nouveau volet de la saga Rocky. Tout en gardant l’immense Sylvester Stallone dans le rôle de sa vie, ce nouvel opus a l’intelligence de se centrer cette fois-ci sur le fils d’Apollo Creed, l’éternel rival de Rocky.
      

Synopsis :

Adonis Creed (Michael B. Jordan) est le fils du plus grand champion de boxe que la terre ait jamais portée. Lorsque le jeune Creed décide d’abandonner sa vie monotone pour marcher sur les traces de son défunt père c’est naturellement à Rocky Balboa (Sylvester Stallone), ancien champion du monde et ami d’Apollo Creed (Carl Weathers), qu’il s’adresse pour prendre en main son entraînement…

 

Creed photo 1
© 2015 Metro-Goldwyn-Mayer Pictures Inc. and Warner Bros. Entertainment Inc.

La double force de Creed :

autant une suite qu’un film indépendant

 

Disons le tout de suite, Creed : L’Héritage de Rocky Balboa est autant un Rocky 7 qu’un film de Ryan Coogler. Le jeune réalisateur a eu la sagesse d’écrire un scénario racontant une nouvelle histoire avec ses propres enjeux, tout en faisant partie intégrante de la saga initiée par Sylvester Stallone. Ainsi, c’est avec une joie non dissimulée que l’on retrouve la Philadelphie urbaine qui a fait le sel des précédents épisodes, ainsi que ce Rocky vieillissant et usé qu’on avait commencé à voir dans Rocky Balboa (2006). Le film est jalonné de références à l’ensemble de la saga que les fans de la première heure seront heureux de se rappeler, tandis que les néophytes, tel le jeune Creed, ressentiront l’ampleur d’un passé qu’ils n’ont pas vécu, continuant ainsi de magnifier l’histoire qui est racontée.

De par son écriture habile, Coogler a su jongler de manière talentueuse avec un héritage cinématographique imposant et le besoin de renouveler un mythe fané pour nombre de spectateurs.

 

Creed photo 1
© 2015 Metro-Goldwyn-Mayer Pictures Inc. and Warner Bros. Entertainment Inc.

Un feel good movie

emprunt d’émotions et d’humanité

 

Ne reniant pas la fibre dramatique qui a toujours constitué la saga, le réalisateur poursuit dans cette veine en livrant un Creed : L’Héritage de Rocky Balboa chargé d’humanité où le cœur de l’histoire est la relation entre un Rocky esseulé en fin de vie et Adonis, ce fils spirituel sorti de nulle part. A plusieurs reprises, on a la gorge nouée et l’œil humide face aux tirades chargées d’émotion que se lancent les protagonistes.

Maîtrisant de bout en bout la palette d’émotions qu’il veut provoquer, Ryan Coogler nous livre un feel good movie mâtiné de drame porté par un duo d’acteurs exceptionnels. En parlant de prestations, Michael B. Jordan confirme qu’il est un des acteurs à suivre de près tandis que Stallone nous fait regretter que sa filmographie ne compte pas plus de rôles dramatiques.

Plus un film sur les relations humaines que sur la boxe, Creed : L’Héritage de Rocky Balboa est une œuvre coup de poing.

 

Creed photo 1
© 2015 Metro-Goldwyn-Mayer Pictures Inc. and Warner Bros. Entertainment Inc.

Une réalisation virtuose

 

Véritable auteur qui a fait ses armes avec le politique Fruitvale Station (2013), Ryan Coogler injecte une dose de réalisme jusque-là inédite dans la franchise. Le premier combat tourné intégralement en plan-séquence vaut à lui seul le déplacement tant il est un monument de chorégraphie et de maîtrise. Alternant entre moments épiques et passages plus intimes, le film est un ascenseur émotionnel permanent qui réussira à faire adhérer les spectateurs les plus réfractaires à l’univers de la saga.

Plus qu’une énième suite, Creed : L’Héritage de Rocky Balboa réussit le tour de force de raconter une nouvelle histoire au sein d’une saga vieille de quarante ans, en comprenant quand couper le cordon avec la franchise d’origine et quand faire vibrer la corde nostalgique des spectateurs.

Avec Creed : L’Héritage de Rocky Balboa, Ryan Coogler nous livre le meilleur Rocky

<

p style=”text-align: center;”>  

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 13/01/2016
  • Distribution France : Warner Bros. France
Salvatore V.

Salvatore V.

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Passionné de pop-culture (et de culture tout court en général), je suis amoureux de tout ce qui raconte une histoire. Ayant un faible pour le cinéma de genre et l'animation, je milite pour un cinéma qui conte, qui émerveille, qui effraie et qui prend aux tripes. On ne pense pas devant un film, on ressent.

TOP 5 Cinéma : "Sueurs froides", "Conan le barbare", "Docteur Strangelove", "Le Château dans le ciel", "Les Fils de l'homme"
TOP 5 BD: "Ghost Money", "Les épées de verre", "Le vol du corbeau", "Les gardiens du Maser", "Siegfried"
TOP 5 Comics : "Daredevil l'homme sans peur", "Silver Surfer: Requiem", "House of M", "The Dark Kight returns", "Old man Logan"
TOP 5 TV : "Penny Dreadful", "Viking", "Doctor Who", "Community", "Cowboy Bebop"
Salvatore V.

Check Also

cinéma du mercredi 20 septembre 2017 imageFaute d'amour, Mon Garçon, Des rêves sans étoiles et Ça

Sorties cinéma du mercredi 20 septembre

Quel film voir cette semaine ? Faute d’amour, Mon Garçon, Des rêves sans étoiles et …

Le Roi Arthur La Légende d'Excalibur affiche

[CRITIQUE] “Le Roi Arthur : La Légende d’Excalibur” (2017) de Guy Ritchie

Notre avis sur le film Le Roi Arthur : La Légende d’Excalibur (King Arthur: Legend …

Laisser un commentaire