//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / MUSIQUE / Week-end des Musiques à l’image, retour sur 2 moments forts
AFFICHE week end musique à l'image

Week-end des Musiques à l’image, retour sur 2 moments forts

AFFICHE week end musique à l'imageLes 21 et 22 novembre 2015, les Audi talents awards, en partenariat avec la Philharmonie de Paris, ont organisé le Week-end des Musiques à l’image avec deux grand temps forts : le concert d’Alexandre Desplat et l’hommage à David Lynch par David Coulter. Retour sur ces deux moments.
   

Concert

d’Alexandre Desplat 

Week end des Musiques à l'Image - Alexandre Desplat
© Double2/JC Guilloux

A peine rentré dans la Philharmonie de Paris, nouveau bâtiment plein de modernité, on ressent déjà la solennité du lieu. Ce soir là, le majestueux auditorium de 30 000 m2 était de circonstances pour accueillir sur scène un talent confirmé du cinéma et de la musique symphonique, Alexandre Desplat, accompagné pour l’occasion par les musiciens du London Orchestra symphonique. 

Le spectacle très attendu du Week-end des Musiques à l’image commence de manière très émouvante par une Marseillaise, en présence du Président François Hollande,  symbolisant tout à la fois un hommage aux récents attentats tout en montrant que la fête doit continuer.  

Le public est alors debout. Puis, Alexandre Desplat commence pudiquement à dérouler le fil conducteur de sa soirée. Au gré de la projection d’extraits de films, on reconnait ses bandes originales emblématiques tels que La jeune fille à la perle (2003) de Peter Weber, The Ghost Writer (2010) de Roman Polanski ou encore Le Discours d’un Roi (2010) de Tom Hooper. 

Tout en douceur, la première partie permet une immersion dans le monde de l’artiste avec en point culminant l’interprétation de la musique de The Imitation Game (2014) de Morten Tyldum. A l’écoute, on est vite replongé dans cet univers mélancolique, teinté d’un besoin de délivrance, inhérent au sujet du film  qui retrace l’histoire vraie d’Alan Turing, ingénieur qui a décrypter la machine Enigma pendant la seconde guerre mondiale. 

Changement radical d’ambiance lorsque retentissent les premières notes joviales de The Grand Budapest Hotel (2014) de Wes Anderson qui a vallu à Alexandre Desplat l’Oscar de la meilleur musique de film cette année.  Dans la seconde partie, Alexandre Desplat est plus en interaction avec le public. Il prend le temps de leur parler, tout en se lançant à quelques blagues. D’une grande classe, il n’oublie pas de remercier tour à tour les merveilleux musiciens du London Orchestra en les faisant se lever entre chaque morceau.

On sent un plaisir incommensurable à jouer sur scène la bande son d’Harry Potter et les Reliques de la Mort (2010) de David Yates, adaptation de l’œuvre préexistence de John Williams en charge des premiers volets de la saga. Le morceau est le plus long joué sur la scène du Philharmonie avec un Alexandre Desplat qui semble vivre sa musique en menant un véritable combat contre les noirceurs de ses notes de musique. 

Après de nombreux applaudissements, celui-ci décide de faire un appel du pied aux plus jeunes en proposant la bande originale de Twilight : Tentation (2010) de Chris Weitz avant un hommage à Roman Polanski, présent dans la salle, avec La Vénus à la fourrure (2013).  Au final, 2h30 hors temps où la seule préoccupation était la musique….

    
Retour sur l’hommage à David Lynch
   

Dans le cadre du Week-end des Musiques à l’image, le musicien David Coulter nous a invité à un voyage sonore mais aussi visuel  dans l’univers du cinéaste David Lynch (Twin Peaks, Mulholland Drive). Intitulé In Dreams: David Lynch revisited, c’est une immersion dans les musiques des films et séries du réalisateur américain auxquelles nous avons eu droit dans la Salle des concerts du Philharmonie de Paris.

Enveloppés dans une brume et un fond sonore lynchiens, nous nous sommes laissé envoûter par ce concert où entre jeux de lumière et effets sonores, la dizaine d’interprètes sur scène a alterné entre musiques planantes – notamment par de jolis moments à la harpe et à la scie musicale – et musiques plus rock indie – notamment un très amusant duo entre la magnifique voix onirique de Sophia Brous et la violence du jeu de guitare de l’australien Kirin J. Callinan.

Ce sont donc les oreilles  et les yeux scintillants de réminiscences de Blue Velvet, Sailor et Lula, Lost Highway, Twin Peaks… que nous avons conclu ce très beau voyage.
      

     
Retour en photos sur les autres concerts du week-end
    

Durant l’ensemble du Week-end des Musiques à l’image, les Audi Innovative Lab ont fait découvrir au public de nombreux artistes cherchant à exploiter leur musicalité au service de l’image : TheUP, Gordon & Julien Appert, Joanie Lemercier, Superscript 2, ODEI, M/M et Martial Joeffre-Rouland.

Cet article a été écrit par:

Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.
Antoine Corte
 
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

En savoir plus :

Check Also

damien Saez image triple album le manifeste lulu

[CRITIQUE] « Le Manifeste Lulu » de Damien Saez

Damien Saez dévoilait en décembre 2016 le premier acte de son Manifeste avec Le Manifeste …

Divide

[CRITIQUE] « Divide » d’Ed Sheeran : disque mature avec le meilleur du flow actuel

Ed Sheeran est LA nouvelle idole ! Sorti depuis trois semaines, son disque Divide régale …

Laisser un commentaire